Forum des jeunes de l’UNESCO : les jeunes ont plus que jamais leur mot à dire

19 Octobre 2017

Des anciens enfants soldats, des jeunes réfugiés, des entrepreneurs sociaux et des militants écologistes se réunissent au siège de l’UNESCO à Paris du 25 au 26 octobre pour la 10e édition du Forum des Jeunes de l’UNESCO – Repenser l’engagement des jeunes avec l’UNESCO.

L’UNESCO a invité une soixantaine de jeunes à la table des discussions en s’adressant à eux comme à des acteurs et partenaires, et non seulement comme de simples bénéficiaires de ses programmes. Le Forum va servir de plateforme pour recueillir les suggestions permettant à l’UNESCO d’améliorer ses actions auprès des jeunes.

 « On recense aujourd’hui 1,8 milliard de jeunes gens âgés de 10 à 24 ans dans le monde, ce qui représente la plus grande population jeune de l’histoire. C’est l’occasion pour les jeunes générations d’opérer des changements positifs », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. 

Un enfant sur dix dans le monde vit dans une zone en conflit et 24 millions d’entre eux ne sont pas scolarisés. L’instabilité politique, le chômage et la difficulté d’accéder à un espace politique et civique ont conduit à l’isolement croissant des jeunes dans le monde.

Ce Forum des jeunes a pour vocation de mettre en contact des jeunes femmes et hommes du monde entier, engagés dans leurs communautés  avec l’UNESCO, dans le but d’assurer une meilleure collaboration et une programmation plus adaptée.

 « Nous nous demandons souvent comment répondre aux besoins des jeunes, mais qui comprend mieux ces besoins que les jeunes eux-mêmes ? Il est donc essentiel que nous prenions l’initiative de ne plus les considérer comme de simples bénéficiaires de notre action et de commencer à travailler avec les jeunes en tant qu’acteurs et partenaires dans la mise en oeuvre de solutions concrètes pour résoudre leurs défis », ajoute Irina Bokova.

Cette étape vers une collaboration plus étroite avec les jeunes s’inscrit dans la philosophie du Programme de développement durable à l’horizon 2030 – Ne laisser personne de côté.

Depuis 1999, le Forum des jeunes de l’UNESCO fait partie intégrante de la Conférence générale de l’Organisation. A l’issue des deux jours de Forum, les jeunes participants formuleront des recommandations sur la manière dont l’UNESCO peut s’engager avec les jeunes, ainsi que des suggestions concrètes de collaboration. Le Forum permettra aussi d’envisager comment l’UNESCO peut continuer à travailler avec les jeunes au niveau régional et sous-régional.

 

Sélection de profils des participants

Maha AlSalehi est une jeune chercheuse et militante du Yémen qui dirige #IAmYemen – une campagne médiatique qui défend la paix et soutient la résolution des conflits dans ce pays. Elle a aussi participé à l’étude de la Résolution 2250 sur la jeunesse, la paix et la sécurité.

Jose Pedro Gioscia vient d’Uruguay. Il a utilisé le pouvoir des jeux-vidéo pour encourager les jeunes hommes et les garçons à s’opposer au harcèlement subi dans la rue par de nombreuses femmes de la région, en leur fournissant une expérience virtuelle leur permettant de se mettre à la place d’une femme.

Manyang Reath Kher est un jeune orphelin du Soudan. Manyang a vécu dans un camp de réfugiés pendant 13 ans avant de déménager aux Etats-Unis pour ses études. Il a fondé sa propre entreprise de café éthiopien pour offrir des emplois à des réfugiés du Soudan.

Mark Lozano est un jeune entrepreneur social des Philippines, qui a fondé « One Million Lights ». Cette organisation fournit aux communautés rurales un éclairage alimenté par l’énergie solaire, favorisant la scolarité des enfants et permettant aux adultes de travailler dans un environnement plus sûr, loin des dangers des lampes à pétrole.

Moitshepi Matsheng est une jeune femme du Botswana. Malgré la mort de ses parents, atteints par le sida, Moitshepi a poursuivi ses études. Elle a cofondé Young 1ove, une organisation qui propose une éducation sexuelle à des jeunes femmes dans le Sud et l’Est de l’Afrique.

Temi Mwale est une jeune femme née au Royaume-Uni. Elle fait partie de la liste Forbes « 30 under 30 ». Elle a grandi dans des logements sociaux situés dans des quartiers difficiles. Elle a été témoin de la violence des jeunes, et des gangs en particulier, dès son plus jeune âge. Actuellement, elle dirige le 4Front Project, qui vise à aborder les causes de la violence des jeunes.

Saddam Sayyleh est un orphelin qui a grandi dans un camp de réfugiés palestinien en Jordanie. Privé de soutien familial, victime d’abus physiques de la part des adultes du camp, il a quitté l’école à l’adolescence. Devenu adulte, il a repris ses études et a fondé ILearn, un programme qui répond aux besoins éducatifs très spécifiques des jeunes réfugiés et des enfants marginalisés. Il a obtenu une bourse d’études du Département d’Etat américain et ILearn compte désormais 12 000 bénéficiaires dans huit localités en Jordanie et au sein de communautés de réfugiés.

 

****

Les journalistes voulant participer au Forum des jeunes de l’UNESCO doivent contacter :

Djibril Kébé, Service de presse de l’UNESCO +33 (0) 1 45 68 17 41, d.kebe@unesco.org

Pour toute information complémentaire sur le Forum, veuillez contacter : Ashley Baldwin, a.baldwin@unesco.org