News

Les gagnants de l’Hackathon Mondial des Jeunes pour l’Education aux médias et à l'information révèlent des projets inspirants pour lutter contre la désinfodémie

05/11/2020

Cinq projets ont été reconnus à l'issue du "Hackathon Mondial des Jeunes pour l’Education aux médias et à l'information (EMI)", après deux semaines de travail intensif, comprenant des sessions de formation, de renforcement de l'esprit d'équipe et des conseils des animateurs.  Les équipes gagnantes ont été dévoilées lors d'un événement en ligne le 27 octobre 2020. Un représentant de chaque équipe gagnante a partagé ses projets et son expérience de cette aventure avec le public.

Ce concours international a mis les jeunes au défi de concevoir des solutions innovantes (jeux, sites web, applications et innovation communautaire) pour relever les défis et saisir les opportunités sociales telles que la promotion des informations vérifiées, l'inclusion et la protection de la vie privée. 

La désinfodémie liée à la crise du coronavirus est une pandémie parallèle de désinformation qui a un impact direct sur la vie et les moyens de subsistance des gens dans le monde entier. Eduqués aux médias et à l'information, les jeunes peuvent jouer un rôle essentiel pour résoudre ce problème.

En lien avec le thème principal de la semaine mondiale EMI "Résister à la désinfodémie : l’Education aux médias et à l'information pour Tous et par Tous", le hackathon a attiré 144 participants de 42 pays du monde entier. Les participants se sont organisés en équipes et ont proposé leurs solutions aux opportunités et défis mentionnés ci-dessus.

Cette opportunité était incroyable car ce hackathon nous a donné la possibilité de nous connecter à d'autres expériences et de réaliser ce projet dans le monde entier, et pas seulement localement.

Molina Saray, représentante de l'équipe du projet "Catalizador Social"

Les participants ont bénéficié de 2 jours de formation en ligne comprenant 9 sessions sur EMI et la conception créative par des experts de premier plan de la Fédération internationale des associations de bibliothécaires et d'institutions (IFLA), d'IBM et des membres de l'Alliance EMI de l'UNESCO.

Treize juges de l'Organisation mondiale de la santé, du Fonds des Nations unies pour la population, du MGIEP, d'IBM, de Twitter, de ByteDance, de l'UNESCO et de l'Alliance EMI de l'UNESCO ont participé à l'évaluation des 17 projets qualifiés. À la fin du processus d'évaluation, le jury a sélectionné les gagnants suivants.

Applications mobiles

  • Ondaba (Ouganda)
    Une application mobile ciblant les personnes ayant des besoins particuliers, les communautés et les organisations travaillant avec les personnes handicapées dans le monde entier pour faciliter la circulation de l'information sur EMI et réduire la discrimination.
     

Sites web

  • Catalizador Social (Mexique)
    Une plateforme web qui facilite la diffusion d'informations utiles et véridiques partagées par les femmes activistes engagées dans des actions de mobilisation civile non-violente pour lutter contre la discrimination.
     

Innovation communautaire

  • ChalkBack (États-Unis, équipe internationale)
    La boîte à outils interactive EMI de ChalkBack est une intervention communautaire visant à utiliser l’éducation aux médias et à l'information pour lutter contre la discrimination. La boîte à outils éduque les activistes sur l'éducation aux médias sociaux en particulier et comprend des conseils sur comment réagir "ChalkBack" de manière efficace, différentes façons de créer des campagnes de sensibilisation sur les médias sociaux, des conseils pour faire face au harcèlement sexiste en ligne et hors ligne, et des guides pour être autonomes tout en consommant des médias sociaux.
  • Nokuro Sumandak (Malaisie)
    Une initiative qui vise à lutter contre la désinfodémie par le biais d'activités en classe en intégrant l'éducation aux médias et à l'information dans l'apprentissage des élèves, créée en réponse à l'enseignement à domicile forcé dû à la COVID-19.
     

Jeux

  • Team Rocket (Philippines)
    Le projet Hearsay, propose de promouvoir l'éducation aux médias et à l'information par le biais d'une plate-forme de jeu qui aide à développer les compétences de pensée critique, essentielles pour évaluer la crédibilité et la fiabilité de l'information.
     

Au cours de l'événement en ligne, deux représentants des jeunes ont donné leur avis sur le sujet.

 

Le piratage de la désinfodémie a été une occasion extraordinaire d'apprendre d'autres participants sur leurs défis et leurs aspirations

Giannina Raffo, Comité des jeunes de l'Alliance EMI de l'UNESCO

Hye-sun Lee (République de Corée), doctorante de l'université de Sogang, a parlé du programme spécial de l'université en matière d’EMI avec plusieurs experts engagés dans un réseau organique de coopération entre le milieu universitaire et les enseignants. Alors que les jeunes de Corée du Sud discutent de la manière d'aborder la désinfodémie en ces temps difficiles, ils participent à des projets de recherche sur des cas réels. Mme Lee a présenté un cas dans lequel des jeunes ont été impliqués en tant que co-chercheurs, développant un cours d'éducation spécifique. Les jeunes agissent comme facilitateurs EMI, en partageant leur expérience, et enfin comme conseillers, tout en suggérant les ressources dont la société coréenne aurait besoin en termes d’EMI.

Giannina Raffo (Venezuela), Coordinatrice régionale pour l'Amérique latine et les Caraïbes du Comité des jeunes de l'Alliance EMI de l'UNESCO, a exprimé sa reconnaissance pour le hackathon auquel elle a également contribué en tant que facilitatrice, parmi cinq autres coordinateurs régionaux du Comité des jeunes de l'Alliance EMI.

La retransmission de l'événement peut être regardée en ligne à l'adresse suivante : http://www.gmil2020.com/2020_en/p1.php?s=21

 

À propos du Piratage de la désinfodémie

L’Hackathon Mondial des Jeunes s'est tenu à l'occasion des célébrations de la Semaine mondiale de l'éducation aux médias et à l'information 2020, du 5 au 27 octobre, et a été co-organisé par l'UNESCO et la République de Corée, avec le soutien d'IBM, de l'Organisation mondiale de la santé, du Fonds des Nations unies pour la population, de la Commission européenne, de la Suède et de l'Institut Mahatma Gandhi d'éducation pour la paix et le développement durable de l'UNESCO (MGIEP).