L'UNESCO désigne huit nouveaux géoparcs

21/04/2021
11 - Sustainable Cities and Communities
15 - Life on Land

Paris, 21 avril—Le Conseil exécutif de l’UNESCO a approuvé la désignation de huit nouveaux géoparcs mondiaux UNESCO, ce qui porte à 169 le nombre de sites participant à ce réseau dans 44 pays.

En raison du COVID-19, aucune nouvelle candidature n'a pu être évaluée et le Conseil des Géoparcs mondiaux UNESCO a uniquement examiné celles qui avaient été différées en 2017-2019.  Les missions d'évaluation de ces sites avaient déjà été effectuées avant le début de la pandémie et les candidats ont soumis des rapports complémentaires fournissant les informations qui avaient été demandées lors de leur évaluation précédente par le Conseil.

Les nouveaux géoparcs mondiaux UNESCO sont les suivants :

Géoparc mondial UNESCO de Thuringia Inselsberg – Drei Gleichen, Allemagne

Situé en Thuringe, dans le centre de l'Allemagne, le géoparc couvre une superficie d'environ 988 km² à des altitudes allant de 250 à 900 mètres au-dessus du niveau de la mer. Sa géologie documente plus de 150 millions d'années de l'histoire de la Terre, depuis la formation du supercontinent Pangée jusqu'à son éclatement au Trias tardif, et il présente le seul affleurement de la limite Trias/Jurassique en Allemagne centrale. Les extraordinaires archives fossiles du géoparc ont fait l'objet de recherches pendant plus de 300 ans, ce qui a permis d'accumuler une grande expertise géologique. Ses récifs fossiles, parmi les premiers à être reconnus comme tels au XIXe siècle, sont les vestiges de la formation d'une petite île entourée de récifs dans la mer de Zechstein. Les visiteurs peuvent explorer trois de la centaine de grottes naturelles du géoparc. Son sentier Géo et Plaisir met en évidence le lien entre la géologie, les sols et les traditions culinaires locales d’une région caractérisée par des montagnes de faible altitude et des zones de loess.

Géoparc mondial UNESCO de Vestjylland, Danemark

Environ un tiers de la surface du géoparc est terrestre, le reste étant constitué de zones marines dans le Limfjord et la mer du Nord. La partie terrestre des paysages glaciaires vallonnés du géoparc, avec des plaines d'épandage, des lagunes et des lacs, a été formée par des périodes glaciaires successives, en particulier la plus récente, l'avancée principale ayant eu lieu entre 23 000 à 21 000 ans. Le vent et l'eau ont continué à avoir un impact sur le paysage de plusieurs manières très visibles. Le géoparc comprend 13 sites Natura 2000 et cinq réserves naturelles et fauniques englobant plus de 90 sites géologiques et naturels.

Géoparc mondial UNESCO du Saimaa, Finlande

Le géoparc tire son nom du lac Saimaa, le plus étendu de Finlande et le quatrième d'Europe. Situé dans le sud-est de la Finlande, au sud du réseau hydrographique de Vuoksi, le géoparc s'étend sur une altitude de 20 à 180 mètres au-dessus du niveau de la mer. Un tiers de sa superficie de 6 063 km² est constitué d'eau, parsemée de milliers d'îles, avec un littoral combiné long de plus de 8 000 kilomètres. Les fondations rocheuses de Saimaa témoignent de l'ancienneté de la région, qui faisait partie des fonds marins il y a environ 1,9 milliard d'années. Le socle rocheux a été façonné au fil du temps, lorsque la mer s'est retirée, que les montagnes se sont plissées et que les masses rocheuses se sont cristallisées en gneiss et en granites. L'ancien substrat rocheux a encore subi l'impact de la période glaciaire et du soulèvement des terres qui se poursuit aujourd'hui. Le sol de la région s'est formé au cours des 20 000 dernières années à la suite de l'érosion par la calotte glaciaire. Depuis lors, un certain nombre d'espèces uniques et menacées, dont le phoque annelé de Saimaa et le saumon d’eau douce (ouananiche de Saimaa), se sont retrouvées enclavées. D'impressionnantes peintures rupestres sur les rives du lac indiquent une présence humaine depuis l'âge de pierre. L'emplacement et les caractéristiques du géoparc permettent au visiteur d'observer les principaux types de formations de lobes de glace du district des lacs finlandais.

Géoparc mondial UNESCO de Grevena – Kozani, Gréce

Au nord de la Grèce, dans la région de l'Ouest de la Macédoine (dans un rayon de 40 à 70 km des frontières albanaise et nord-macédonienne), le géoparc couvre une superficie de 2 486 km², avec des altitudes allant de 380 à 3 800 mètres au-dessus du niveau de la mer. Il est traversé par le plus long fleuve de Grèce, l'Aliakamon. Sa géologie comprend des formations rocheuses datant d'environ un milliard d'années jusqu'à aujourd'hui, documentant plusieurs événements de plaques tectoniques, dont la naissance de l'océan Téthyen et l'émergence de l'Europe en tant que masse continentale distincte. Le Mont Orliakas, un récif qui chevauche l'ancienne zone de collision Afrique-Europe, est situé dans le géoparc. L'étude de ces caractéristiques géologiques a contribué de manière significative au développement de la théorie dominante concernant l'origine des plaques tectoniques. Le géoparc abrite également certains des fossiles de proboscidiens les plus importants au monde, les terres des éléphants, et la plus longue défense de mammouth connue, de plus de cinq mètres de longueur.

Géoparc mondial UNESCO de Belitong, Indonésie

Le géoparc est situé à environ 400 kilomètres au nord de Djakarta et englobe l'île de Belitung et plus de 200 îlots dans une zone marine de 13 000 km². La zone marine représente environ deux tiers de la surface totale du géoparc. Belitong est connu pour ses spectaculaires paysages de granit de Tor, de grands affleurements rocheux créés par l'érosion et les intempéries. On y trouve également des tectites rares formées par des impacts de météorites, connues sous le nom de pierre de Satam ou de Billitonite, ainsi que des ressources minérales exceptionnelles, comme le gisement d'étain primaire de Nam Salu, le filon d'étain le plus riche de la région de l'Asie du Sud-Est.  Situé sur des routes maritimes historiques de commerce et de migration, le géoparc abrite plus de 288 000 habitants de cultures diverses, dont la tribu Sawang. Les principales sources de revenus sont l'agriculture, la pêche et l'exploitation minière.

Géoparc mondial UNESCO de l’Aspromonte, Italie

Situé en Calabre, dans le sud de l'Italie, s'élevant du niveau de la mer à près de 2 000 mètres, le géoparc abrite plus de 273 000 habitants.
Sa géologie particulière est le résultat d'une évolution géodynamique et sismotectonique qui a débuté il y a plus de 500 millions d'années et qui est toujours en cours. Le géoparc se trouve sur un fragment péninsulaire de la chaîne des Apennins, qui correspond à un fragment de la chaîne alpine détaché de l'Espagne, du nord-ouest de l'Italie, de la Sardaigne et de la Corse. Un complexe de montagnes, de crêtes et de plateaux alterne avec des vallées profondes creusées par des cours d'eau naturels uniques appelés fiumare, qui ont sculpté la roche dure du substrat cristallin-métamorphique et créé des chutes d'eau spectaculaires. La géomorphologie unique du géoparc permet une belle vue à 360 degrés sur le détroit de Messine, l'Etna, les îles Éoliennes, les territoires grecs de Calabre, le territoire de Locri et la plaine de Gioia Tauro.

Géoparc mondial UNESCO de la Majella, Italie

Situé dans les Apennins centraux, le géoparc s'étend sur une superficie de 740 km² avec une amplitude altitudinale de 130 à 2 800 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le massif de la Majella compte plus d’une soixantaine de sommets, dont la moitié dépasse les 2 000 mètres, comme c'est le cas du mont Amaro. Le géoparc est creusé par une série de canyons et comprend de nombreux cours d'eau et quelques lacs, essentiels au maintien de la faune. Présentant l'un des reliefs les plus jeunes des Apennins, la zone est constituée principalement de calcaire fossilifère. Avec des vestiges de la présence humaine remontant à environ 600 000 ans, le géoparc comprend 95 géosites, dont l'un des plus anciens sites archéologiques d'Europe. La plupart d'entre eux ont une valeur éducative et touristique remarquable. Grâce à son paysage inhabituel de hauts reliefs près de la mer et à son hétérogénéité géomorphologique, le géoparc est caractérisé par une grande variété de microclimats, d'écosystèmes et de niches écologiques, ce qui a donné lieu à un degré exceptionnel et précieux de biodiversité.

Géoparc mondial UNESCO des Monts Sainte-Croix, Pologne

Situé dans le sud-est de la Pologne, dans la partie occidentale des montagnes Świętokrzyskie (Sainte-Croix), l'altitude du géoparc varie entre 200 et 400 mètres au-dessus du niveau de la mer et abrite plus de 252 000 habitants. Le géoparc se trouve dans la zone de suture transeuropéenne (TESZ), une frontière tectonique majeure entre la chaîne varisque (hercynienne) d'Europe occidentale, la plate-forme précambrienne d'Europe orientale et la ceinture orogénique des structures alpines, qui sont essentielles pour comprendre la structure géologique de l'Europe. Plus important encore, c'est la seule zone de la TESZ où des roches sédimentaires représentant la séquence de toutes les périodes géologiques, du Cambrien au Quaternaire, affleurent à la surface. Sa géologie, combinée à des siècles d'intervention humaine, a donné lieu à une riche diversité de paysages, de flore et de faune. Les traces de l'activité humaine dans le géoparc remontent à 60 000 ans et comprennent des camps de Néandertaliens et de magnifiques systèmes de grottes. De nombreuses carrières et mines anciennes témoignent de l'importance des gisements de minéraux, de minerais métalliques, de calcaire et d'autres ressources naturelles pour les populations locales à travers les âges.

Contact presse :

Plus d'informations :