News

IA pour la planète : mettre en évidence les innovations en matière d'IA pour accélérer leur effet

25/02/2021

Les scientifiques estiment que l'humanité a encore dix ans pour résoudre les défis environnementaux mondiaux sans précédent auxquels elle est confrontée. Il est évident que le statu quo dans l'économie mondiale ne fonctionne pas et que nous devons trouver des moyens de faire des progrès exponentiels pour relever les défis environnementaux, notamment en matière de changement climatique, de perte de biodiversité et de gestion de la pollution. Les données de masse (big data), l'intelligence artificielle (IA) et la transformation numérique peuvent jouer un rôle important pour assurer la durabilité environnementale et le développement durable.

Afin d'aborder le rôle important que jouent les solutions basées sur l'IA pour assurer la durabilité environnementale, l'UNESCO, en collaboration avec le PNUE, StartUp Inside et Microsoft, a organisé une conférence virtuelle mondiale consacrée au thème de l'IA pour la planète le 16 février. La conférence a lancé une série de débats mensuels intitulés Tuesdays Together for the Planet (Les mardis ensemble pour la planète) tout au long de l'année 2021, destinés à mettre en lumière les applications de l'IA dans les domaines liés au développement durable et à la préservation de notre planète. Plus de 2 200 personnes issues de plus de 110 pays ont participé à cet événement numérique.

L'humanité a dix ans. Avec une bonne IA, cela peut suffire.

Gavin McCormick, Responsable de l'électricité (Climate TRACE) et Directeur exécutif (WattTime)

M. McCormick a fait part de son travail sur une initiative commune de neuf ONG et entreprises, consistant à utiliser l'IA et la technologie de télédétection pour améliorer la surveillance des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial.

Dans son discours d'ouverture, M. Xing Qu, Directeur général adjoint de l'UNESCO, a souligné les conséquences éthiques et démocratiques d’une IA faussée et insisté sur les importantes contributions de la Recommandation de l'UNESCO sur l'éthique de l'intelligence artificielle, en cours d'élaboration.

L'IA doit également être responsable en matière d'environnement. C'est pourquoi la Recommandation sur l'éthique de l'intelligence artificielle encourage les États à évaluer son impact en termes d'empreinte carbone, de consommation énergétique et d'extraction de matières premières.

Directeur général adjoint de l'UNESCO

Dans son discours d'ouverture, Mme Inger Andersen, Directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l'environnement, a mis en évidence trois manières dont l'intelligence artificielle peut être utilisée pour soutenir la durabilité. En effet, l'IA peut donner un sens à la complexité écologique et aider à surveiller l'environnement au niveau mondial. Elle peut aider les consommateurs à s'adapter à un mode de vie plus durable et à adapter leur comportement de consommation. Enfin, l'IA peut contribuer à réduire l'empreinte écologique et à favoriser la circularité.

Des partenariats public-privé renforcés sont essentiels pour garantir le développement et l’adaptation de solutions basées sur l'IA pour préserver la planète. Dans son discours d'ouverture, Shelley McKinley, Vice-Présidente de Microsoft Technology and Corporate Responsibility, a souligné les efforts déployés par le secteur privé pour atténuer le changement climatique et faire face aux défis environnementaux les plus urgents de notre époque. Microsoft a mis en lumière le lancement de son programme AI for Earth (IA pour la Planète), qui fournit des fonds à source ouverte pour changer les règles de l’innovation.

La conférence a également mis en évidence des projets innovants mis en œuvre par l'UNESCO qui exploitent l'intelligence artificielle pour le développement durable. En Serbie, le centre de l'UNESCO sur « L'eau pour le développement durable et l'adaptation au changement climatique » utilise l'IA dans la modélisation statistique dans le but d'identifier les domaines où la gestion des ressources en eau peut être améliorée. L'UNESCO utilise également l'intelligence artificielle pour renforcer la résilience des populations face aux catastrophes naturelles au Kenya, au Rwanda, au Soudan du Sud, en Tanzanie et en Ouganda.

Lors de l'événement de lancement, 20 experts et pionniers de l'IA ont partagé leur vision ainsi que des solutions basées sur l'IA dans trois groupes de travail traitant de l'atténuation du changement climatique, de la conservation de la nature et de la biodiversité, et de la promotion de la gestion de la pollution et des déchets. La nécessité de renforcer la collaboration internationale dans ce domaine constitue une préoccupation commune. « L'avenir de la planète dépendra de la force de nos partenariats, notamment entre les hommes et les machines » a souligné Anne Bowser, Directrice de l'innovation au Centre international universitaire Woodrow Wilson.

Dans son discours de clôture, Yoshua Bengio, lauréat du prix Turing en 2019, également connu sous le nom de « Prix Nobel de l'informatique », et fervent partisan des biens communs de l'IA et de la science ouverte, a insisté sur le besoin de garantir un accès ouvert à l'innovation basée sur l'IA. Afin d'aller de l'avant, Yoshua Bengio a recommandé de créer un écosystème et des incitations sociales pour l'innovation basée sur l'IA, en donnant aux scientifiques et au secteur privé les moyens de travailler ensemble au profit de la société dans son ensemble.

Les débat mensuels Tuesdays Together for the Planet (Les mardis ensemble pour la planète) réunissent les meilleurs experts du monde et les pionniers de l'IA pour partager des cas d'utilisation concrets, identifier les bonnes pratiques, célébrer les réussites et inspirer de nouvelles actions dans ce domaine dynamique.

Le prochain « mardi ensemble pour la planète » aura lieu le 16 mars à 14 h HEC et sera consacré à la mobilité durable et aux villes intelligentes.

Inscrivez-vous à l’adresse suivante : aifortheplanet.org