Il est temps de ratifier la Convention concernant la lutte contre la discrimination dans l’enseignement

26/11/2020

La Convention de l’UNESCO concernant la lutte contre la discrimination dans l’enseignement adoptée par la Conférence générale de l’UNESCO en 1960 est à la pointe des instruments de normalisation de l’UNESCO dans le domaine de l’éducation. Elle réaffirme que l’éducation est un droit fondamental et souligne l’obligation des États d’assurer un enseignement gratuit et obligatoire et proscrit toute forme de discrimination tout en promouvant l’égalité des chances en matière d’éducation.

Alors que la Convention a été ratifiée jusqu’à présent par 106 États membres, l’UNESCO invite régulièrement les États à ratifier cet instrument crucial qui représente la pierre angulaire de l’Agenda Éducation 2030 et un puissant outil de promotion d’une éducation de qualité, inclusive et équitable pour tous.  

L’année 2020 marque le soixantième anniversaire de l’adoption par la Conférence générale de l’UNESCO de la Convention de l’UNESCO concernant la lutte contre la discrimination dans l’enseignement. Aujourd’hui plus que jamais, cette Convention est particulièrement pertinente pour surmonter les obstacles à la pleine réalisation du droit à l’éducation. Ce 60e anniversaire offre l’occasion d’insister sur l’importance de la ratification de la Convention concernant la discrimination dans l’éducation. Les États membres qui ne sont pas encore parties à la Convention peuvent engager le processus de ratification afin de démontrer leur adhésion et le respect de leur pays pour les droits énoncés par cet instrument normatif majeur. 

Plus que jamais, la Convention est tout à fait pertinente pour surmonter les obstacles sur la voie de la pleine réalisation du droit à l’éducation. En effet, tandis que le monde n’était déjà pas en bonne voie de réaliser les engagements internationaux pris dans le domaine de l’éducation avant le Covid-19, cette pandémie a exacerbé les disparités, les élèves vulnérables, qui sont généralement davantage exposés au risque d’être victimes de discrimination, se trouvent en situation d’être laissés pour compte. Il est urgent et crucial de reconstruire en mieux, en veillant à ce que les systèmes éducatifs soient fondés sur les droits, inclusifs, non discriminatoires et résilients face à des événements perturbateurs.

Soixante ans après l’adoption de la Convention concernant la lutte contre la discrimination dans l’enseignement, il est temps de mettre effectivement un terme à tous les types de discriminations et d’assurer l’égalité des chances dans l’éducation, en droit et en fait.