Article

Impact de la Covid 19 sur le secteur culturel et artistique haïtien

13/10/2020
portauprince, Haïti

Au cours de la dernière session de la série de dialogue ResiliArt, artistes et créateurs se sont exprimé sur les incidences négatives de la Covid-19 sur le secteur culturel et artistique haïtien. « Diffusion et résiliences en temps de Covid-19 a été le thème retenu pour ce débat.

« L’impossibilité d’avoir des rencontres physiques à cause des mesures sanitaires a eu des incidences négatives sur l’organisation d’évènements culturels et artistiques » en témoigne Jean-Daniel Lafontant qui déplore la perte d’une dizaine de contrats dont l’annulation d’expositions qu’il devait organiser, notamment Roots of Résilience. Financièrement et économiquement, la Covid a été selon lui une catastrophe pour les artistes, insiste le commissaire culturel. Par ailleurs, il souligne que certains artistes affirment avoir vu amplifier leur créativité au cours de cette période.

Dans des conditions difficiles, Murielle Morné nous confie avoir quand même pu réaliser dans le Nord à travers son association Bote Kreyol l’atelier Mare Tèt qui consiste à enseigner aux femmes comment nouer un foulard sur la tête. Pour elle, porter le foulard revient à revendiquer notre culture, cette pratique déjà présente dans l’Afrique avant la colonisation puis interdite au Sud des Etats-Unis durant la période coloniale, une initiative qui s’inscrit en plein dans l’Afro-descendance.

Dans cette perspective, Giscard Bouchotte, créateur amoureux de l’art, relate avoir redécouvert le vodou haïtien, melting-pot unique de par sa spécificité selon les propos de Lafontant, lors d’un voyage au Benin ou il a été en contact avec le vodou béninois. Lafontant qui se voit comme un serviteur des loas (nom donné aux esprits du vodou haïtien) enchaine pour attirer l’attention sur la perception réductrice du vodou qu’en donne le cinéma américain. Il conviendrait donc d’en créer d’autres versions, insiste la Représentante qui invite les artistes à continuer les échanges sur le vodou.

Giscard Bouchotte, très connu avant tout comme critique d’art et organisateur d’expositions très appréciés partout dans le monde animait ce débat auquel a pris part à Jean Daniel Lafontant, commissaire culturel et prêtre vodou ; Jon Moise et Murielle Morne, membres de l’organisation ABAKO (Atis k ap Bare Kowona), un regroupement de personnalités du secteur culturel dont l’objectif est de sensibiliser les populations vulnérables à la lutte contre la propagation de la COVID-19.

La Représentante de l’UNESCO en Haïti, Madame Pilar Alvarez-Laso a lancé les échanges et précise le cadre du débat en soulignant l’impact de la COVID sur le secteur artistique et culturel. Pour elle, le ResiliArt fait référence à cette résilience qu’ont toujours eu les acteurs du secteur culturel, ce secteur d’une importance capitale à la fois pour l’économie et l’expression.

Par l’organisation de ces rencontres, l’UNESCO affirme son engagement envers les professionnels du secteur culturel haïtien en butte aux difficultés liées au contexte difficile de la covid-19 et affirme continuer le plaidoyer en faveur de la culture en Haïti.

Cliquez pour ici pour revivre le webinaire