Inspirée par la musique, une jeune femme de Mossoul ouvre une nouvelle voie pour sa ville

16/06/2020

« La musique nourrit mon âme. J'écoute de la musique quand je suis heureuse et quand je suis triste », déclare Rawnaq, une jeune violoniste de Mossoul qui, même dans ses heures les plus sombres, a pensé que la musique pouvait donner à chacun les moyens de réaliser ses objectifs et ses rêves. 

En juin 2014, lorsque Mossoul est tombée aux mains des extrémistes violents, Rawnaq a été témoin des ravages de la guerre et de l'oppression. Elle n'avait que 15 ans. Cette ville iraquienne, connue comme l'une des plus anciennes du monde, abrite depuis des siècles des personnes d'origines, d'ethnies et de croyances religieuses diverses. Cet éventail d'influences culturelles a donné naissance à de nombreuses interprétations et expressions musicales, qui se sont tues au cours de l'été 2014, quand la musique a été criminalisée. 

Aujourd'hui la musique est de retour à Mossoul, elle se répand comme les aigrettes d'un pissenlit à travers ses mélodies nourries par d’anciennes traditions musicales. 

Comme de nombreux jeunes talents de Mossoul, Rawnaq ouvre une nouvelle voie pour sa ville. Avec son groupe, elle joue de la musique dans les rues et ce faisant elle brise les stéréotypes et sensibilise aux droits des femmes. 

Après m'avoir entendue jouer, beaucoup de gens ont changé d'avis, et pensent maintenant que les femmes peuvent elles aussi jouer de la musique, n'importe quand et n'importe où.

Rawnaq

Rawnaq utilise la musique pour raconter une nouvelle histoire, celle d’une ville de Mossoul en plein renouveau, où les femmes et les hommes sont engagés à part égale dans la reconstruction du lieu qu'ils considèrent comme leur foyer.

Dans le cadre de son initiative phare visant à Faire revivre l'esprit de Mossoul par le biais du patrimoine, de la vie culturelle et de l'éducation, le projet de l'UNESCO « À l'écoute de l'Iraq » s'attache à rassembler les différentes communautés et à faire revivre leur vie culturelle par la musique.