News

Interventions de santé numériques avec et pour les jeunes

29/10/2020

Les adolescents d’aujourd’hui passent sans transition de la vie en ligne à la vie hors ligne, l’information et l’éducation n’étant plus des domaines réservés de la salle de classe, mais celui des plates-formes numériques. Une enquête réalisée en 2019 par l’UNESCO et Restless Development auprès de plus de 3 000 jeunes âgés de 15 à 24 ans a révélé que les médias sociaux, les chatbots, les vlogs et les applications constituaient la deuxième source d’information la plus répandue concernant le corps, la sexualité et les relations, surpassée uniquement par « les amis et les pairs ».

Cherchant à améliorer les services de santé numériques utilisés par les adolescents et les jeunes, l’OMS, l’UNESCO, le FNUAP et l’UNICEF ont publié Interventions de santé numériques axées sur les jeunes : un cadre de planification, d’élaboration et de mise en œuvre de solutions avec et pour les jeunes (disponible en anglais). Cette publication vise à aider les concepteurs, les développeurs, les exécutants, les chercheurs et les bailleurs de fonds qui s’efforcent de créer, de mettre en œuvre et de soutenir des interventions de santé numériques mûrement réfléchies et efficaces destinées aux jeunes.

Le Chef de la section Éducation et Santé de l’UNESCO, Christopher Castle, a déclaré qu’il était essentiel et opportun de disposer d’un tel cadre. « Les médias numériques et les technologies à haut débit offrent de nouvelles possibilités remarquables pour l’éducation et la prestation de services. C’est peut-être plus important que jamais dans le contexte de la COVID-19, les interventions numériques étant de plus en plus considérées comme une alternative aux interventions en personne. À cause de la fermeture généralisée des écoles, l’enseignement et l’apprentissage en ligne ont été utilisés en 2020 à une échelle sans précédent.

Alors que les interventions numériques deviennent ces dernières années de plus en plus populaires, une analyse documentaire récente effectuée par l’UNESCO et l’Institute of Development Studies a révélé la faible importance du contrôle de qualité ou de la normalisation des contenus, et le peu de preuves solides de ce qui fonctionne.

L’UNESCO a demandé à des groupes de jeunes de réagir à ce cadre lors du symposium Switched On organisé au début de cette année. Un jeune a déclaré : « Il est essentiel d’engager les jeunes dès le début et à chaque étape du processus ». Reconnaissant l’importance d’un engagement significatif des jeunes, le cadre met en évidence les considérations uniques à prendre en compte pour encourager l’implication des jeunes.