Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

La Jamaïque accueillera la prochaine session du Comité du Patrimoine culturel immatériel

15 Décembre 2019

Bogota, le 14 décembre—Le Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du Patrimoine culturel immatériel, réuni depuis le début de la semaine à Bogota en Colombie, a conclu samedi sa quatorzième session.

Sous la présidence de María Claudia López Sorzano, déléguée à la culture à la mairie de Bogota, le Comité a adopté des lignes directrices pour la sauvegarde du Patrimoine culturel immatériel dans les situations d’urgence, telles que les conflits, les catastrophes – naturelles ou humaines. Ces lignes directrices sont inspirées à la fois de la recherche et de l’expérience acquise par l’UNESCO ces dernières années, notamment auprès des réfugiés syriens, des populations déplacées à l’intérieur de la République démocratique du Congo (RDC), ainsi que des stratégies de réduction des risques dans les îles du Pacifique.

Au dernier jour de la session, le Comité a décidé que la quinzième session se tiendrait du 30 novembre au 5 décembre 2020 à Kingston, sous la présidence de la ministre de la Culture, du genre, des loisirs et du sport de la Jamaïque, Olivia Grange.

Par ailleurs, le Comité a inscrit cinq éléments sur la Liste de sauvegarde urgente du patrimoine culturel immatériel et 35 sur la Liste représentative du Patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

Il a ajouté deux projets au Registre de bonnes pratiques de sauvegarde et alloué 387 770 dollars, du Fonds du patrimoine culturel immatériel, en faveur du renforcement des capacités du Burkina Faso en matière de sauvegarde du Patrimoine culturel immatériel.

Pour la première fois, le Comité a retiré un élément de la Liste représentative  du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

La session, qui a rassemblé plus d’un millier de participants, a été ouverte le 9 décembre par le Président Iván Duque Márquez de la Colombie et par la Directrice général de l’UNESCO, Audrey Azoulay.

Nouvelles inscriptions à la Liste de sauvegarde urgente du Patrimoine culturel immatériel

Le rite du printemps de Juraǔski Karahod (Belarus)

Le seperu, danse populaire et pratiques associées (Botswana)

Les rituels et pratiques associées au sanctuaire de Kit Miyaki (Kenya)

Le Séga tambour des Chagos (Maurice)

Le Buklog, système de rituels de gratitude des Subanen (Philippines)

La Liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente recense les éléments du patrimoine vivant dont la pérennité est menacée. Elle permet de mobiliser la coopération et l’assistance internationales nécessaires pour renforcer la transmission de ces pratiques culturelles en accord avec les communautés concernées.

Éléments ajoutés à la Liste du Patrimoine culturel immatériel de l’humanité

L’écriture arménienne et ses expressions culturelles (Arménie)

La transhumance, déplacement saisonnier de troupeaux le long des routes migratoires en Méditerranée et dans les Alpes (Autriche, Grèce, Italie)

Les connaissances, savoir-faire, traditions et pratiques associés au palmier dattier (Bahreïn, Égypte, Iraq, Jordanie, Koweït, Mauritanie, Maroc, Oman, Palestine, Arabie saoudite, Soudan, Tunisie, Émirats arabes unis, Yémen)

L'Ommegang de Bruxelles, cortège historique et fête populaire annuels (Belgique)

La festivité de la Santísima Trinidad del Señor Jesús del Gran Poder de la ville de La Paz (État plurinational de Bolivie)

Le complexe culturel du bumba-meu-boi du Maranhão (Brésil)

La morna, pratique musicale de Cabo Verde

Le chant byzantin (Chypre, Grèce)

L’alpinisme (France, Italie, Suisse)

La musique et la danse de la bachata dominicaine

L’Épiphanie éthiopienne

Les savoir-faire traditionnels liés à la fabrication et à la pratique du dotâr (République islamique d’Iran)

Processus de fabrication de la talavera artisanale de Puebla et de Tlaxcala (Mexique) et de la céramique de Talavera de la Reina et d’El Puente del Arzobispo (Espagne)

Le procédé traditionnel de préparation de l’aïrag dans un khokhuur et les coutumes associées (Mongolie)

La tradition du pencak silat (Indonésie)

Les services et l’hospitalité offerts pendant la visite de l’Arba’in (Iraq)

La pratique de la harpe irlandaise (Irlande)

La fête du grand pardon (Italie)

L’artisanat de l’ak-kalpak, connaissances et savoir-faire traditionnels liés à la fabrication et au port du chapeau masculin kirghiz (Kirghizistan)

Gnaoua (Maroc)

Le silat (Malaisie)

Le kwagh-hir, représentation téâtrale (Nigeria)

La pratique de la danse et de la musique traditionnelles dans la vallée de Setesdal en Norvège, jouer d’un instrument, danser et chanter (stev/stevjing) 

Le lazgi, danse de Khorezm (Ouzbékistan) 

L’« hatajo de negritos » et l’« hatajo de pallitas » de la côte sud-centrale du Pérou 

Le carnaval de Podence, fête de la fin de l’hiver (Portugal)

Le 'ie Samoa, ou natte fine, et sa valeur culturelle (Samoa)

Drotárstvo, art et artisanat à partir de fil de fer (Slovaquie)

Processions de la Semaine sainte à Mendrisio (Suisse)

Les pratiques et l'artisanat associés à la rose damascène à Al-Mrah (République arabe syrienne)

Le nuad thai, massage thaïlandais traditionnel (Thaïlande)

Le tir à l’arc traditionnel turc (Turquie)

L’art traditionnel de la fabrication des tapis au Turkménistan

La céramique peinte traditionnelle de Kossiv (Ukraine)

Les pratiques du then par les groupes ethniques Tày, Nùng et Thái au Viet Nam

La Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité vise à assurer une plus grande visibilité aux traditions et aux savoir-faire portés par les communautés sans pour autant leur reconnaître de critère d’excellence ou d’exclusivité.

Inscriptions au Registre de bonnes pratiques de sauvegarde

Stratégie de sauvegarde de l’artisanat traditionnel pour la consolidation de la paix (Colombie)

Le programme bioculturel pour la sauvegarde de la tradition du palmier béni au Venezuela

Le Registre des bonnes pratiques de sauvegarde permet aux États Parties, aux communautés et aux autres parties prenantes de partager des expériences de sauvegarde réussies et des exemples de la manière dont ils ont relevé les défis rencontrés au cours de la transmission de leur patrimoine vivant, sa pratique et des connaissances à la génération future. Ces méthodes et approches sont des leçons et modèles utiles qui peuvent être adaptés à d’autres situations, y compris celles des pays en développement.