Jeter des ponts au lieu d’ériger des murs

11/10/2018

Le nombre de personnes qui se déplacent dans le monde – volontairement ou chassées de chez elles – étant plus élevé que jamais, les implications de ces déplacements pour l’éducation sont énormes et appellent des solutions flexibles et innovantes. C’est le thème central du Rapport mondial de suivi sur l’éducation 2019, publication annuelle de l’UNESCO, qui porte le titre Migration, déplacement, éducation : jeter des ponts au lieu d’ériger des murs. Il analyse plusieurs solutions, mises à l’essai et à l’épreuve avec plus ou moins de succès, et s’achève sur une série de recommandations à l’intention des décideurs travaillant sur la question.

L’éducation joue un rôle direct ou indirect dans la décision que prennent les personnes de migrer et dans le choix de leur destination. Elle influe sur leur résilience, leurs attitudes, leurs aspirations, leurs croyances et leur sentiment d’appartenance. Pourtant, pour de nombreuses personnes en mouvement, en particulier pour les personnes déplacées, les obstacles administratifs ou discriminatoires qu’elles rencontrent leur barrent souvent complètement l’accès à l’éducation, alors même que celle-ci peut leur offrir un refuge.

Ce rapport argumente en faveur de l’octroi, dans les pays d’accueil, de la priorité à l’éducation des migrants et des réfugiés. La plupart des migrants sont des personnes douées et motivées ; nombre d’entre eux ont dû surmonter de sérieux obstacles dans leur tentative pour améliorer leur sort. Élargir l’accès à une éducation de qualité aux personnes en mouvement, c’est améliorer leur vie.

Ignorer l’éducation dans la réponse au phénomène des migrations revient à ne pas reconnaître la capacité de l’éducation à gérer la diversité et à favoriser l’inclusion. Grâce à une formation efficace des enseignants et à du matériel pédagogique adapté, une bonne éducation peut apporter aux personnes les compétences voulues pour intégrer des cultures différentes et remettre en question leurs propres stéréotypes. L’éducation peut jeter, par-dessus leurs différences, des ponts entre les cultures, qui font cruellement défaut, et tracer ainsi la voie vers un monde plus uni et plus juste.

Retour à l'article : L’éducation pour les migrants : un droit de l’homme inaliénable