De jeunes français reçoivent une master class contre le racisme et les discriminations à Caen

12/03/2020

L'Institut international des droits de l'Homme et de la paix a organisé, en partenariat avec l'UNESCO et la Région Normandie, une Master Class contre le racisme et les discriminations pour 100 jeunes normands, à Caen (France), le 10 mars 2020.  L'objectif était de les sensibiliser et de les inciter à mettre en œuvre des actions concrètes pour lutter contre le racisme et les discriminations.  

Animée par Jonas Bochet, directeur de l’Institut international des droits de l’Homme et de la paix, la journée a débuté par une discussion interactive avec Evelyne Heyer, professeure d’anthropologie génétique au Muséum national d’Histoire Naturelle, et Tania de Montaine, journaliste et écrivaine.

Conçue comme une "formation pour formateurs", la Master Class a abouti à l’expression de plusieurs idées par les jeunes, pour s’engager dans la lutte contre le racisme et les discriminations :

  • Des jeunes du centre de formation du stade Malherbe ont proposé de quitter systématiquement le terrain et d’interrompre le match en cas de propos raciste ou homophobe dans le stade.
  • Les jeunes ont également proposé de répondre, à travers des messages percutants ou humoristiques (memes ou gif par exemple) aux publicités véhiculant des messages stéréotypés.
  • Un élève a suggéré de créer le mot : « l’égalistisme » afin de résumer l’ensemble des combats en faveur de la lutte contre les discriminations, et d'unir les forces de chacun.
  • Des élèves ont souhaité la systématisation d’actions de sensibilisation dans leurs établissements pour promouvoir l’égalité de tous, à travers des outils ludiques et basés sur l’échange et les expériences de chacun.e.  

Les jeunes ont pu participer à différents ateliers animés par l'Institut, Amnesty International, Ensemble contre la peine de mort (ECPM) et les « Centres d’Entraînement Aux Méthodes d’Éducation Actives » (CEMÉA) de Normandie.

La peine de mort est-elle discriminante ?
Ensemble contre la peine de mort (ECPM) a proposé un brainstorming pour définir de manière collective ce qu’était la peine de mort. Un jeu de rôle a été proposé aux jeunes au cours duquel ils/elles incarnaient différentes personnes condamnées à mort. Cet exercice a permis de les amener à prendre conscience que les inégalités socio-économiques nuisent à l’accès à la justice et à un procès équitable, et peuvent ainsi faciliter des condamnations à mort.

Racisme et discriminations dans les médias
L’objectif de cet atelier, proposé par les « Centres d’Entraînement Aux Méthodes d’Éducation Actives » (CEMÉA) de Normandie, était de faire prendre conscience que les médias permettent de véhiculer des propos ; et que les professionnels de l’informationet l’ensemble des utilisateurs des médias ont un rôle essentiel à jouer pour faire preuve d’esprit critique, de ne pas croire toutes les informations, de dénoncer certains comportements et de ne pas contribuer à la prolifération du racisme et des discriminations. L’atelier a également permis au groupe de clarifier des notions clés abordées dans différentes publications : racisme, réfugié, migrant, LGBTQI+, discrimination, média, fausse information.

L’intersectionnalité : à la croisée de différentes formes de discriminations
Amnesty International  et Amnesty jeunes ont proposé un jeu de rôle afin de mettre en lumière les différentes formes de discriminations que des personnes peuvent subir en fonction des représentations dont elles sont victimes par rapport à différents critères qui les définissent (le sexe, l’âge, la situation personnelle, le lieu de vie, les origines, l’orientation sexuelle…). Partant des constats faits à travers ce jeu de rôle, les participants ont réfléchi à des solutions pour lutter contre les discriminations, en ayant à l’esprit la notion d’intersectionnalité qui désigne la situation de personnes subissant simultanément plusieurs formes de discrimination dans une société.

Racisme, discriminations et discours de haine
A travers des activités d’éducation aux droits de l’Homme et à la citoyenneté démocratique, l’Institut international des droits de l’Homme et de la paix a proposé de réfléchir aux conséquences du racisme et des discriminations : la cristallisation de récits oppressifs à l’origine de discours de haine. Les participants ont ainsi réalisé que chacun est susceptible de véhiculer des stéréotypes et d’alimenter la haine envers certaines personnes. Un outil numérique a été utilisé pour illustrer le fait que les nouvelles technologies représentent un outil pour endiguer les manifestations de haine qui sont (trop) souvent présentes dans les médias numériques.

***
En plus d’un certificat de participation, chaque élève a reçu un guide pratique "Déconstruire le racisme et les discriminations", fruit d'une collaboration entre l'UNESCO et le Musée de l'Homme. Ce guide fournit un cadre conceptuel et un ensemble d'exercices pratiques en groupe que les élèves peuvent utiliser pour leurs ateliers de formation en milieu scolaire.

Cette journée était proposée aux jeunes issus des réseaux de l'Institut, et notamment du Centre Interprofessionnel de Formation de l'Artisanat du Calvados (CIFAC), du Centre de Formation du Stade Malherbe de Caen, de l'Université de Caen Normandie, du lycée Alain Chartier de Bayeux, du lycée Victorine Magne de Lisieux, et des jeunes services civiques à l'AFEV de Caen et du Havre, mobilisés par la Région Normandie.

***

Lancée par l'UNESCO en novembre 2019, la série de Master Class contre le racisme et les discriminations vise à donner aux étudiants les moyens de devenir des champions de la jeunesse dans leurs propres écoles et communautés, et de les sensibiliser les gens à la manière de déconstruire les mécanismes qui sous-tendent le racisme et les discriminations. Il s'agit d'une « formation de formateurs ».

Voir également