News

Jeunes en tant que chercheurs - équipes mondiales et régionales : premières conclusions et expériences sur l'impact de COVID-19 sur les jeunes

23/03/2021
16 - Peace, Justice and Strong Institutions

Avec plus de 50 % des équipes de l'initiative YAR du Secteur des sciences sociales et humaines de l'UNESCO ayant soumis leurs propositions, et plus de 25 % ayant été approuvées et menant des recherches, nous sommes heureux de partager leurs réflexions et leurs efforts. Qu'il s'agisse d'équipes mondiales ou régionales, les jeunes chercheurs explorent des sujets tels que la santé mentale, l'accessibilité aux services, la perception de l'éducation et bien d'autres encore, qui ont un impact considérable sur les jeunes du monde entier. L'équipe mondiale des droits de l'homme, l'équipe d'Amérique du Nord, l'action mondiale pour la jeunesse, l'équipe mondiale des petits États insulaires en développement et l'équipe régionale d'Europe partagent leurs premières expériences.

Principaux domaines d'action

En ce qui concerne les services et les droits en matière de santé et de sexualité, l'équipe mondiale des droits de l'homme a pour objectif de faire la lumière sur la manière dont la pandémie a affecté l'accès des jeunes à des services de santé et de droits sexuels et reproductifs (SDSR) adéquats, adaptés aux jeunes, aux niveaux clinique, éducatif et programmatique et adaptés à leurs besoins. L'équipe cherche à découvrir les obstacles auxquels sont confrontées certaines communautés lorsqu'elles tentent d'accéder à des informations ou à des services SDSR pendant la pandémie. D'après leurs conclusions, il est reconnu dans le monde entier que la pandémie met un terme aux droits fondamentaux. Donna Fry, chercheuse en ressources humaines mondiales, s'exprime sur ce point : "Je m'attends à découvrir la confirmation que les opportunités et les services dont les jeunes disposaient auparavant pour exercer ces droits ont été sévèrement impactés dans de nombreux contextes." De même, l'équipe régionale d'Europe vise à mettre en évidence l'impact de la COVID-19 sur les droits et les services ; toutefois, elle l'envisage sous l'angle de la santé mentale. La proposition de l'équipe met en lumière la façon dont COVID-19 a largement affecté l'accès des étudiants universitaires européens aux soins de santé mentale. La proposition est centrée sur l'accessibilité des étudiants dans les limites de la distance sociale : Si les étudiants sont en mesure d'atteindre ces institutions et de demander de l'aide ou s'ils parviennent à mener à bien leurs rendez-vous depuis leur domicile.

S'intéressant à la réduction des services, les recherches de l'équipe mondiale des petits États insulaires en développement portent davantage sur les interruptions dans le domaine de l'éducation et les réalités de ces interruptions pendant la pandémie. Leurs sous-thèmes de recherche comprennent le processus de transition scolaire, l'efficacité perçue de l'apprentissage à distance ou hybride, l'accès à la technologie, la motivation et le bien-être social et émotionnel. La transition éducative la plus importante pour de nombreux étudiants a sans doute été le passage de l'apprentissage en personne à l'apprentissage à distance. Cependant, l'équipe a précisé que les restrictions du COVID-19 pourraient avoir eu un impact même sur les étudiants et les enseignants qui n'ont jamais quitté les salles de classe en personne, car la nécessité d'être physiquement éloigné ou de porter un masque facial pourrait avoir influencé les expériences de nombreux étudiants et enseignants. Dans le même ordre d'idées, l'Action mondiale pour la jeunesse s'appuie également sur l'éducation et les limitations que le COVID-19 entraîne, notamment sur les contraintes des interactions physiques à la lumière des protocoles stricts de distanciation sociale universellement tenus. Cependant, elle vise à battre en brèche l'idée fausse courante selon laquelle les jeunes sont des victimes " passives " de la pandémie. Au lieu de cela, elle examine les diverses manières dont les jeunes ont conservé un haut niveau d'agence et d'innovation en réponse aux défis de la pandémie en matière d'emploi et d'éducation.

Tout comme l'éducation, l'emploi est lui aussi entravé par la pandémie, à des degrés divers selon les hommes et les femmes. À cet égard, l'équipe d'Amérique du Nord a choisi d'explorer l'effet de la pandémie de COVID-19 sur le droit au travail des femmes, et plus particulièrement comment les attentes sexuées en matière de soins familiaux et d'emploi dans l'industrie ont affecté différemment les femmes actives par rapport aux hommes au Canada et aux États-Unis. L'équipe d'Amérique du Nord émet l'hypothèse que les femmes ont dû jongler avec davantage de responsabilités domestiques pendant la pandémie que leurs homologues masculins. D'après leurs recherches, dans les économies de toutes tailles, les femmes doivent faire face aux conséquences de la perte de leur revenu régulier, tout en supportant une augmentation de leur charge de travail domestique. Souvent considérées comme allant de soi, les femmes cumulent les emplois et ne bénéficient pas de la reconnaissance méritée par rapport aux hommes.

Surmonter les obstacles

Alors que les équipes continuent de mener des recherches et de collecter des données au niveau régional, elles sont confrontées à de multiples défis en cours de route. Lorsque la recherche est menée à une échelle aussi vaste et collective, les répondants sont souvent confrontés à l'incertitude : leur anonymat est-il sûr ? L'enquête prend-elle du temps ? Leur association à une initiative mondiale constituerait-elle un conflit d'intérêts dans leur région ?

L'équipe mondiale des droits de l'homme insiste sur la nécessité d'être conscient des différentes perspectives en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs. S'informer sur les lois en vigueur dans les différents pays était leur priorité absolue pour diffuser les enquêtes. En modifiant les enquêtes pour mieux répondre aux besoins des répondants, l'équipe a rendu l'enquête flexible, permettant aux répondants de sauter ou de supprimer des questions. L'équipe Global Youth Action a fait preuve d'une responsabilité similaire lorsqu'il s'est agi de permettre aux répondants de faire preuve de flexibilité. En relevant les défis technologiques, les chercheurs ont utilisé des options à faible bande passante, y compris l'utilisation de l'audio au lieu du format vidéo lors de leurs entretiens en ligne, et l'utilisation de diverses plates-formes technologiques dans le processus de recherche pour faciliter les communications avec les répondants. Même dans leur domaine de communication interne, plusieurs équipes ont constaté des progrès dans l'utilisation d'un large éventail d'outils technologiques qui ont amélioré l'inclusion, l'engagement et la transparence pour tous les participants.

Nous vous invitons...

Voir aussi

Liens associés