La jeunesse gabonaise enthousiaste aux perspectives d’avenir qu’offre l’intelligence artificielle

21/01/2020

Dans l’optique de favoriser une réflexion sur l’Intelligence artificielle au Gabon, l’UNESCO à travers son Programme Information pour tous (PIPT) et en collaboration avec la Commission mondiale d’éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST) ont organisé un atelier sensibilisation sur l’intelligence artificielle, les 26 et 27 novembre 2019, à Libreville, Gabon.

Compte tenu de la récente expansion de L'Intelligence Artificielle, une nouvelle vision des sociétés du savoir inclusives est à repenser, en soulignant l'importance de la création, de la diffusion, de la préservation et de l'utilisation de l'information et du savoir à l'aide de ces technologies émergentes.

L’expansion de ces technologies est spectaculaire et donne lieu à des inventions qu'on n'aurait pas pensé possibles. Désormais, les ordinateurs et les robots sont capables d'apprendre, d’améliorer leur travail et même de prendre des décisions – Bien entendu par le truchement d'un algorithme n’ayant pas de conscience individuelle. Mais, tout de même, ce genre de prouesse nous amène à des questionnements éthiques.  Les participants des deux jours de réflexion ont analysé l’impact de l’intelligence artificielle, ainsi que les aspects éthiques, en partant des domaines de compétences de l’UNESCO que sont l’éducation, la science, la culture et la communication, ainsi que les dimensions éthiques et mondiales de la paix, de la diversité culturelle, de l’égalité des genres et de la durabilité.   

La Commission mondiale d’éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST) à contribuer également a orienté le débat sur l’impact des questions émergentes, telles que l'intelligence artificielle et son rapport avec l’internet des objets ou encore la vie privée à l'ère numérique.

Ce débat a initié le Gabon à prendre part aux discussions internationales sur le sujet, et les participants ont pu explorer tant leur assurance et réticence afin de réduire le fossé numérique.  Cet écart se démarque plus au Gabon que dans d’autres pays comme l’Afrique du Sud, le Kenya, le Maroc, le Nigéria et le Rwanda, a souligné Monsieur Vincenzo Fazzino, Représentant de l’UNESCO au Gabon.
 

L’atelier à Libreville a ainsi permis aux participants d’apprendre et de renforcer leurs connaissances sur ce qu’est l’intelligence artificielle, d’appréhender les enjeux en prenant en compte les défis, les opportunités qu’offre l’IA et de voir comment nous pourrons le contextualiser dans notre pays.

Au terme dudit atelier, les parties prenantes ambitionnent de promouvoir l’intelligence artificielle sur tout l’étendu du territoire national, encourager la coopération régionale africaine, favoriser un cadre éthique et mettre en place un Forum gabonais des associations d’intelligence artificielle.

Dans la publication de l’UNESCO  Piloter l’IA et les TIC avancées pour les sociétés du savoir l’Intelligence Artificiel est evalue dans le cadre de l’écosystème plus large d’Internet et d’autres TIC avancées, comprenant les méga-données, l’Internet des objets, les chaînes de blocs, etc. Pour évaluer les avantages et défis apportés par l’IA et les autres TIC avancées – en particulier pour ce qui concerne la communication et l’information –, les principes DOAM de l’UNESCO sur l’Universalité de l’Internet constituent une approche utile. Ces principes appellent à un développement numérique qui soit aligné sur les Droits de l’homme, l’Ouverture, l’Accessibilité et la gouvernance Multipartite pour guider l’ensemble des valeurs, normes, politiques, règlements, codes et éthique qui régissent le développement et l’utilisation de l’ l’Intelligence Artificiel.

A propos du PIPT

Le Programme Information pour tous (PIPT) a été créé en 2001 pour offrir une plate-forme de coopération internationale dans le domaine de l'accès à l'information et au savoir pour la participation de tous dans les sociétés du savoir. Le PIPT est un programme intergouvernemental unique de l'UNESCO qui vise à faire en sorte que tous les individus aient accès à l'information qu'ils peuvent utiliser pour améliorer leur vie. Le Bureau du PIPT est composé de huit États membres nommés par le Conseil directeur. Il se réunit deux fois par an pour évaluer, sélectionner et approuver les projets ainsi que pour tenir des débats thématiques sur des questions importantes pour le programme.