Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

Le journalisme est un allié dans la lutte contre la désinformation, selon la conférence de Hanoi

21 Mars 2019

news_210319_hanoi.jpg

UNESCO's Guy Berger and Fojo's Jaldeep Katwala launch the Vietnamese translation of the UNESCO's handbook
© UNESCO

Le journalisme professionnel peut être, et a besoin de cet espace, un antidote efficace contre la désinformation.

Tel était le message du directeur de l'UNESCO pour la liberté d'expression et le développement des médias, Guy Berger, lors du Forum Internet Vietnam organisé à Hanoi cette semaine.

Il s’exprimait dans un groupe de discussion pour lancer la traduction vietnamienne du manuel intitulé « Journalisme, fausses informations et désinformation ». La version a été rendue possible par l’institut suédois de formation au journalisme Fojo, dont Jaldeep Katwala a animé le panel.

« Ce manuel montre que le journalisme, en tant qu'information vérifiable dans l'intérêt public, constitue un rempart contre les faux faits qui sont souvent présentés sur les médias sociaux comme s'il s'agissait de véritables nouvelles », a déclaré Berger. « Pour jouer ce rôle, le journalisme doit exposer ces mensonges ainsi que les acteurs responsables de la désinformation ».

Il a donné l'exemple d'une information erronée sur les prétendus dangers de la vaccination et a averti que la désinformation visait à la fois la science et le journalisme.

La publication originale fait partie de la série sur le renforcement de l’enseignement du journalisme et a été financée par le Programme international pour le développement de la communication (PIDC) de l’UNESCO.
Interrogé sur ce qui peut être fait pour empêcher les journalistes d'être emprisonnés, le directeur de l'UNESCO a déclaré qu'il était important de persuader les autorités de « tolérer le diable qu'elles connaissent, plutôt que de faire pencher la balance du côté du diable de la désinformation, souvent à l'abri des regards comme sur la messagerie sociale ».

Toutes les actions contre les journalistes devraient être conformes à la loi. En cas de sanctions telles que la diffamation, elles devraient également être nécessaires et proportionnées conformément aux normes internationales en matière de limites légitimes à la liberté d'expression, a-t-il ajouté.

Répondant à une question sur la question de savoir si les publics sont aujourd'hui « plus intelligents » ou non, le directeur de l'UNESCO a déclaré qu'il était important que les journalistes adressent leurs frustrations aux médias grand public en se concentrant sur les informations d'élite ou gouvernementales au détriment d'informations crédibles sur les citoyens ordinaires.
« Il est très facile de perdre la confiance du public et les journalistes ne peuvent rivaliser avec les appâts claquants et les faits inventés que s’ils démontrent qu’ils utilisent des normes professionnelles afin de gagner sans cesse leur crédibilité en tant que sources fiables d’informations ».

Dinh Thi Thuy Hang, doyen des Relations publiques et de la publicité de l'Académie de journalisme et de communication, a également pris la parole. Elle a exhorté les journalistes à respecter des normes élevées et à ne pas se laisser manipuler par les relations publiques et en devenir victime.

Bui Le Anh Thu, journaliste au Thanh Nien News, a déclaré au panel que les journalistes devaient être transparents et respecter les normes d'intérêt général.

L’UNESCO a également organisé une table ronde sur les compétences en TIC au Forum Internet Vietnam, publiant des recherches sur le sujet avec des données provenant de quatre pays d’Asie du Sud-Est.

Animé par Jonghwi Park, spécialiste du programme, les intervenants du panel ont évoqué les problèmes de codage et d'algorithmes, de citoyenneté numérique, de cyber-intimidation et de déséquilibres entre les sexes chez le personnel des TIC.