Journée internationale de la fille : la Directrice générale confie symboliquement à une jeune fille la responsabilité de la représenter à l’UNESCO

11 Octobre 2018

if_day-girl.jpg

© UNESCO

A l’occasion de la Journée de la Fille, l’UNESCO et Plan International France, avec le soutien du Ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères, ont organisé un événement le 11 octobre au Siège de l’UNESCO, autour de l’éducation des filles intitulé « Apprendre pour s’émanciper ». La Directrice générale a décidé de saisir cette opportunité pour confier la responsabilité de la représenter à une jeune guinéenne de 17 ans sélectionnée par Plan International, une façon symbolique de souligner l’engagement de l’UNESCO en faveur de l’émancipation des filles.

A cet égard, Audrey Azoulay a déclaré : « A l’UNESCO, nous nous engagerons inlassablement pour fédérer et coordonner les initiatives de la communauté internationale afin de faire tomber les barrières qui continuent de freiner les filles afin de leur donner toute leur place dans le monde ».

« L’émancipation des filles et l’évolution de nos sociétés passe par l’éducation.  Leur accès à une éducation de qualité n’est pas seulement un droit individuel et la clé pour libérer le potentiel, elle a aussi un pouvoir de rendre notre monde plus juste, plus inclusif et plus prospère. Parce qu’une fille éduquée est une force de changement, donner aux filles les moyens d’apprendre, et de s’émanciper constitue la promesse d’un monde meilleur. C’est dans cet esprit que j’ai demandé à Kadiatou, jeune guinéenne au parcours remarquable, notamment du fait de son combat contre les mariages forcés, de me représenter au siège de l’UNESCO pour l’événement sur l’Education des filles», a-t-elle ajouté.

La soirée s'est clôturé par la cérémonie de remise du prix UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes. La Sous-Directrice générale de l’UNESCO pour l’éducation, Stefania Giannini, et le Vice-ministre de l’éducation de la République populaire de Chine, Xuejun Tian, ont remis le Prix d’un montant de 50 000 dollars aux lauréats, le Women’s Centre de Jamaïque et la Fondation Misr El-Kheir d’Égypte.

132 millions de filles ne sont pas scolarisées aujourd’hui. L’UNESCO peut jouer un rôle de coordination à travers sa collaboration continue avec les Etats membres, la société civile et autres organisations partenaires pour promouvoir une éducation de qualité pour toutes et tous.

 

Veuillez trouver les photos de la journée ici