Press release

Journée mondiale des enseignant(e)s : avec plus de 63 millions d’enseignants touchés par la crise du COVID-19, l’UNESCO appelle à accroître l’investissement en leur faveur pour la reprise de l’apprentissage

05/10/2020

© Kwame Amo/Shutterstock.com

L’édition 2020 de la Journée mondiale des enseignant(e)s, le 5 octobre, qui met à l’honneur leur rôle essentiel pour soutenir les apprenants pendant la pandémie de COVID-19, souligne la nécessité d’améliorer la formation, le perfectionnement professionnel et les compétences de leadership des enseignants pour réduire les écarts d’apprentissage et favoriser l’éducation inclusive à tous les niveaux, pendant et après la reprise.

Cette journée est marquée par une conférence en ligne consacrée au thème de l’édition 2020 de la Journée mondiale des enseignant(e)s, « Enseignants : leaders en temps de crise et façonneurs d’avenir », ainsi que par la remise du Prix UNESCO-Hamdan bin Rashid Al Maktoum récompensant des pratiques et des performances exemplaires pour améliorer l’efficacité des enseignants à des programmes mis en œuvre au Brésil, en Égypte et au Portugal. Elle donne le coup d’envoi à une semaine de manifestations en ligne d’envergure mondiale, qui porteront sur tous les aspects et tous les niveaux de l’enseignement dans une perspective d’apprentissage tout au long de la vie.

Sans mesures d’urgence et sans augmentation des investissements, la crise de l’apprentissage pourrait se transformer en déroute.

« Sans mesures d’urgence et sans augmentation des investissements, la crise de l’apprentissage pourrait se transformer en déroute », avertissent la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, la Directrice générale de l’UNICEF, Henrietta Fore, le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder, et le Secrétaire général de l’Internationale de l’éducation, David Edwards. Ils appellent dans une déclaration conjointe à protéger le financement de l’éducation, à investir dans une formation initiale de qualité pour les enseignants et à poursuivre la formation professionnelle du personnel enseignant. « Si nous voulons renforcer leur résilience en temps de crise, tous les enseignants doivent recevoir les compétences numériques et pédagogiques nécessaires pour enseigner à distance, en ligne et à l’aide d’approches d’apprentissage mixte ou hybride, quel que soit l’environnement technologique dont ils disposent », affirment-ils.

Cette déclaration prend acte des conséquences de la crise du COVID-19, qui a touché plus de 63 millions d’enseignants, révélé les faiblesses de nombreux systèmes éducatifs et exacerbé les inégalités.

D’après une enquête réalisée conjointement par l’UNESCO, l’UNICEF et la Banque mondiale sur les réponses apportées au COVID-19, seulement la moitié des pays couverts par l’enquête ont proposé à leurs enseignants une formation complémentaire sur l’enseignement à distance, et moins d’un tiers leur ont offert un soutien psychosocial pour les aider à gérer cette crise.

En parallèle, des données récemment publiées par l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU), l’Équipe spéciale internationale sur les enseignants et le Rapport mondial de suivi sur l’éducation (GEM) montrent que 81% des enseignants du primaire et 86% des enseignants du secondaire possèdent les qualifications minimales requises, avec d’importantes variations régionales. De nombreux enseignants sont donc mal préparés à faire face aux difficultés qui se posent à eux.

En Afrique subsaharienne, seulement 65% des enseignants du primaire et 51% des enseignants du secondaire possèdent les qualifications minimales requises, chiffres qui s’élèvent respectivement à 74% et 77% en Asie du Sud. Au niveau mondial, il faudrait, selon les estimations, 69 millions d’enseignants pour assurer l’éducation primaire pour tous d’ici à 2030, conformément aux objectifs de développement durable des Nations Unies (plus de 24 millions pour le primaire et de 44 millions pour le secondaire), soit un effectif proche de l’ensemble du corps enseignant des cycles primaire et secondaire en 2019.

Par ailleurs, avec le risque de voir les inégalités d’apprentissage se creuser, un nouveau document d’orientation de l’UNESCO publié ce 5 octobre montre que moins des deux tiers des pays forment leurs enseignants à l’inclusion. Élaboré par le GEM et l’Équipe spéciale internationale sur les enseignants, ce document indique qu’environ quatre pays sur dix seulement abordent la formation à l’inclusion dans leur législation et leurs politiques ; il invite à intégrer l’inclusion dans tous les programmes de formation des enseignants.

À l’occasion de la Journée mondiale des enseignant(e)s, le Prix UNESCO-Hamdan bin Rashid Al-Maktoum, qui est soutenu par Sheikh Hamdan Bin Rashid Al-Maktoum des Émirats arabes unis, vise à améliorer l’efficacité de l’enseignement et l’apprentissage. Il sera décerné aux programmes suivants :

La plate-forme Escolas Conectadas (Écoles connectées) de la Fondation Telefónica Vivo, lancée en 2015 pour promouvoir l’ouverture des éducateurs à la culture numérique et encourager l’acquisition des compétences du XXIe siècle chez les élèves. En 2019, les 38 cours de formation à distance qu’elle propose ont bénéficié à 65 000 éducateurs de toutes les régions du Brésil.

Le programme School Transformation Journey de la Fondation Educate Me, dont la mise en œuvre s’étend sur trois ans et qui a pour objectif de développer les capacités des éducateurs pour en faire des spécialistes de l’apprentissage du XXIe siècle, en mettant l’accent sur une culture d’autonomie. À ce jour, ce programme a bénéficié à 6 000 éducateurs de 430 établissements d’enseignement publics, dans sept gouvernorats d’Égypte.

Le programme Apps for Good, mis en œuvre depuis 2015 par le Centre pour l’inclusion numérique du Portugal, qui incite élèves et enseignants à développer des applications pour smartphones ou tablettes informatiques, leur faisant ainsi découvrir les potentialités des technologies pour transformer leurs communautés. Au cours des six dernières années, 13 080 élèves et 1 133 enseignants de 448 écoles ont participé à ce programme et mis au point plus d’un millier de solutions technologiques.

****