News

Journée mondiale de l'eau : Audrey Azoulay invite les États, la société civile et chaque individu, à se mobiliser pour l’or bleu

22/03/2020
06 - Clean Water and Sanitation

Dans son message à l’occasion de l’édition 2020, de la Journée mondiale de l’eau, Madame Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO a décrié les menaces des ressources en eau, en quantité et en qualité, pour l’avenir dues au dérèglement climatique. De ce fait, elle a invité tout un chacun à s’engager pleinement pour les générations futures.

Célébrée chaque année, le 22 mars, la Journée mondiale de l’eau permet d’attirer l'attention des populations du monde entier sur l'importance de l'eau douce et de plaider en faveur de la gestion durable des ressources en eau douce. Elle est également l'occasion d'en apprendre davantage sur les questions liées à l'eau, d'inspirer les autres et de prendre des mesures pour faire la différence.

 

Malgré la crise sanitaire mondiale de la pandémie du Covid-19, l’UNESCO a tenu à célébrer cette Journée avec l’ONU-eau à travers la présentation du nouveau Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau. Celui-ci porte sur l’eau et les changements climatiques.  Il dresse des solutions concrètes pour assurer un accès à l’eau pour tous :  améliorer la gestion des ressources hydriques, atténuer les risques liés à l’eau, ou encore assurer un accès plus facile et plus durable à l’assainissement.

 

En effet, « en ce moment, nous avons plus que jamais besoin de sciences, nous avons aussi plus que jamais besoin de coopérations internationales. C’est vrai pour la recherche scientifique et c’est très vrai sur l’eau. Puisque, plus de 60% des flux d’eau traversent les frontières nationales. Alors, ce rapport fait le point sur les données, les outils et les connaissances, pour améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement et pour lutter contre les changements climatiques à travers une meilleure gestion de l’eau », a souligné Madame Azoulay.

 

Par ailleurs, elle a relevé qu’ « une crise hydrique est une crise globale : l’éducation de qualité, ou le développement de sociétés plus prospères et plus justes, sont par exemple des objectifs qui ne seront pas atteints sans un accès durable à l’eau. L’histoire le prouve : ainsi, en Chine ou en Moyen-Orient, les grands fleuves (Yang Tsé Kiang, Nil, Euphrate) ont par exemple permis le développement des premières grandes civilisations agraires et urbaines. Face à cette urgence, la décennie qui s’ouvre doit être la décennie de l’action.