News

La Journée mondiale de la liberté de la presse revient aux sources : la Namibie accueillera la conférence de la JMLP 2021

13/10/2020
16 - Peace, Justice and Strong Institutions

A l'approche de la Journée mondiale de la liberté de la presse (JMLP) 2021, la Namibie et l'UNESCO ont organisé un événement de lancement pour la passation de relais du pays hôte de la Conférence mondiale de cette année, les Pays-Bas. La commémoration de 2021 coïncidera avec le 30ème anniversaire de la Déclaration de Windhoek pour le développement d'une presse libre, indépendante et pluraliste, qui sera célébrée conjointement avec la JMLP du 1er au 3 mai 2021, dans la capitale namibienne.

Le Directeur général adjoint de l'UNESCO, Xing Qu, dans sa fonction de Sous-directeur général par intérim pour la communication et l'information, a ouvert la cérémonie de passation de relais depuis le siège de l'UNESCO à Paris. Il a exprimé sa gratitude aux Pays-Bas pour leur préparation de la célébration conjointe de la JMLP et de la Journée internationale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre des journalistes, qui se tiendra les 9 et 10 décembre 2020, dans un format numérique innovant en raison de la pandémie de Covid-19.

Il a poursuivi en exprimant ses remerciements au gouvernement de Namibie.

Je tiens à féliciter l'engagement de la Namibie à accueillir la conférence mondiale de la Journée mondiale de la liberté de la presse dans le cadre d'un processus à plus long terme visant à promouvoir la liberté de la presse et à organiser un événement qui, une fois de plus, pourrait laisser un héritage et inspirer les prochaines générations pour des initiatives fortes dans ce domaine. Un moment charnière de chaque célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

Xing Qu, UNESCO Directeur général adjoint

"La Journée mondiale de la liberté de la presse revient aux sources", a déclaré Hans Wesseling, ambassadeur des Pays-Bas auprès de l'UNESCO, lors du passage de relais à la Namibie. Il a précisé que les Pays-Bas seraient heureux de partager les enseignements tirés de la tenue de l'événement mondial de cette année sur une plateforme numérique et de soutenir la JMLP 2021.

L'ambassadeur Albertus Aochamub, Délégué permanent de la Namibie auprès de l'UNESCO, a souligné que la Namibie était ravie de prendre le relais, insistant sur le fait que la JMLP n'est pas une activité ponctuelle et que la liberté de la presse est une question à laquelle les gens doivent s'intéresser en permanence. Il a encouragé les gouvernements, les sociétés civiles et les professionnels des médias à former un partenariat pour assurer la protection et la défense de la liberté de la presse. Il a exprimé son espoir sincère que "le monde reste libre et libre pour tous".

Le ministre Peya Mushelenga, du Ministère des technologies de l'information et de la communication, a déclaré que dans le cadre de la pandémie de Covid-19, "nous célébrerons cette occasion significative et historique de manière appropriée, dans le cadre de la nouvelle normalité. La Namibie est prête à accueillir cet événement prometteur".

La cérémonie de passation et de lancement qui s'est tenue au Centre de communication du gouvernement à Windhoek le 8 octobre 2020 a réuni Jennelly Matundu, vice-ministre des relations internationales et de la coopération, Sen PANG, coordonnateur résident des Nations unies en Namibie, ainsi que d'autres représentants du gouvernement, des médias et de la société civile namibienne.

Le chef du bureau et représentant de l'UNESCO en Namibie, Djaffar Moussa-Elkadhum, a noté que des étapes importantes avaient déjà été franchies dans la préparation de la JLMP 2021. "La Namibie ouvre à nouveau ses bras pour accueillir les professionnels des médias et les journalistes du monde entier, et pas seulement d'Afrique, pour célébrer à Windhoek la Journée mondiale de la liberté de la presse", a-t-il déclaré.

L'événement s'est terminé par un discours de remerciement de Frank Steffen, président du Forum des éditeurs de Namibie.

La liberté et la sécurité des médias, ce n'est pas quelque chose qui ne peut être accordé que sur un bout de papier [...], c'est quelque chose dont nous devons nous montrer à la hauteur, quelque chose que nous devons nourrir et protéger, pour garder et préserver un droit de l'homme aussi précieux et unique qu'il est.

Frank Steffen, Président du Forum des éditeurs de Namibie

En 1993, l’Assemblée générale des Nations Unies, suivant la recommandation adoptée lors de la vingt-sixième session de la Conférence générale de l’UNESCO en 1991, a proclamé le 3 mai comme étant la Journée mondiale de la liberté de la presse. Tous les ans, cette journée permet de célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, d’évaluer la liberté de la presse à travers le monde, de défendre l’indépendance des médias et de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu leur vie dans l’exercice de leur profession.