Article

Laboratoire d’idées : 5 semaines, 6 pays, 1 500 filles ont résolu des problèmes de leurs communautés à l’aide de l’intelligence artificielle

02/12/2020

« Je suis motivée par mon amour pour notre planète Terre et les organismes qui y habitent » a déclaré Emerald Akhaumere. Au début de cette année, Emerald, 17 ans, a développé un prototype pour un outil d’intelligence artificielle qui aide les utilisateurs à trouver des moyens respectueux de l’environnement pour éliminer les déchets - en particulier les plastiques, qui finissent souvent brûlés et contribuent à la mauvaise qualité de l’air dans son pays d’origine, le Nigeria.

Emerald a développé l’outil à partir du Laboratoire d’idées, un programme d’apprentissage créatif destiné aux filles et géré en partenariat par l’UNESCO et Technovation, membre de la Coalition mondiale pour l’éducation.

Le programme pilote Laboratoire d’idées de Technovation a aidé les filles à continuer d’apprendre à distance pendant la pandémie de COVID-19.

« J’ai choisi de résoudre ce problème parce que c’est un problème mondial qui touche aussi ma communauté » a déclaré Emerald. « Selon l’hôpital national d’Abuja, au Nigéria, environ 65 % des maladies cardiaques et pulmonaires sont provoquées par l’inhalation des produits chimiques toxiques qui se dégagent dans l’atmosphère lors de la combustion de plastiques et d’autres matières recyclables. Je voulais aussi participer à la protection de ma planète d’origine parce qu’il n’y a pas de planète B. »

Dans le cadre du programme du Laboratoire d’idées, 1 500 filles âgées de 10 à 18 ans au Brésil, en Inde, au Kenya, au Mexique, au Nigéria et au Pakistan ont appris l’intelligence artificielle (IA) et son fonctionnement en construisant leurs propres modèles d’IA. Les modèles aident les filles à concrétiser leurs idées pour résoudre les problèmes des communautés, notamment la déforestation, la contamination de l’eau potable et les maladies des cultures.

Le programme a été hébergé par Google Classroom, qui a permis aux filles de se connecter et de collaborer avec leurs pairs et leurs mentors à travers le monde. Une enquête post-programme a montré qu’au moins 60 % des filles ont déclaré des gains de leur auto-efficacité et une amélioration de leurs compétences (en particulier en IA et en résolution de problèmes).

Le projet pilote a montré que les filles peuvent s’engager efficacement dans des expériences d’apprentissage en ligne autodirigé à condition de pouvoir s’appuyer sur des cours vidéo ou des réunions en temps réel, d’avoir de nombreuses occasions de se faire entendre et de bénéficier d’un retour constant pendant toute la durée du programme. Il est également essentiel de célébrer le travail acharné de chacune à travers une petite réunion virtuelle à la fin du programme.

Des mentors bénévoles travaillant dans des entreprises comme Ericsson, SAP, Uber, Google et NVIDIA ont fourni un retour et un soutien aux élèves tout au long du projet pilote. La Fondation Micro:bit a également donné des micro:bits (tablettes équipées de ressources éducatives) pour récompenser les filles dans les pays participants.

« En tant que mentor, je veux aider autant d’élèves que possible à réaliser leurs rêves d’explorer le monde de la technologie » a indiqué Sunday Orjingene, un mentor du Laboratoire d’idées et ingénieur solutions IP chez Ericsson. « J’ai été heureux de voir les filles déployer une grande énergie, et la flexibilité de les soutenir à distance depuis différents pays m’a certainement motivé. »

Sunday a soutenu Emerald tout au long du développement de son idée et de l’apprentissage de son modèle, l’encourageant à ajouter plus de données d’apprentissage pour améliorer la précision du modèle. Il l’a également félicitée et encouragée à poursuivre la construction et à imaginer des solutions à la pollution atmosphérique et à l’élimination des déchets.

Emerald a dit que ce mentorat combiné à l’accent qui est mis sur l’aspect pratique a donné vie aux cours. « Le programme d’enseignement permet à des filles comme moi d’aller au-delà de ce que je me limitais moi-même à faire. J’ai pu acquérir des compétences qui m’ont émancipée et qui m’ont aidée à me sentir plus confiante, sachant que je possède la capacité et l’aptitude d’avoir un impact positif sur ma communauté et sur le monde en général. »

Emerald est une fille qui a eu une idée incroyable - imaginez ce que les 11 millions de filles qui risquent de ne pas retourner à l’école pourraient construire si elles avaient accès à des possibilités d’apprentissage. Nous devons œuvrer tous ensemble afin que les filles restent scolarisées pendant cette pandémie et au-delà.

Dans le cadre de la Coalition mondiale pour l’éducation de l’UNESCO, le programme phare Égalité des genres protège les progrès accomplis en matière d’égalité des genres et d’éducation. L’une des parties intégrantes du programme phare est d’accélérer le déploiement d’approches d’apprentissage à distance adaptées aux femmes pour soutenir la continuité pédagogique, en mettant particulièrement l’accent sur les filles marginalisées. L’UNESCO poursuit sa coopération avec Technovation, portant sur son programme phare Technovation Girls qui s’efforce d’atteindre 20 000 filles à travers le monde.