Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

L’alphabétisation et le développement des compétences, au cœur de la conférence de l’UNESCO sur la Journée internationale de l’alphabétisation à Paris

07 Septembre 2018

La conférence de l’UNESCO organisée à l’occasion de la Journée internationale de l’alphabétisation s’est tenue le 7 septembre 2018 au siège de Paris, sur le thème des approches intégrées à l’alphabétisation et au développement des compétences.

Organisée la veille de la Journée internationale de l’alphabétisation proprement dite, elle a réuni des intervenants et des décideurs du monde entier pour étudier comment des approches intégrées de l'alphabétisation et du développement des compétences peuvent aider à combler l'écart en matière d'alphabétisation et à améliorer la capacité des apprenants à répondre aux besoins d’un marché de l'emploi de plus en plus mondialisé et numérisé.

« L’alphabétisation est plus indispensable que jamais pour satisfaire les demandes des sociétés de plus en plus mondialisées et des marchés du travail en pleine évolution » a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Audrey Azoulay, dans son intervention.

S’adressant à près de 200 participants venus du monde entier, y compris aux cinq lauréats des prix internationaux d’alphabétisation de l’UNESCO 2018, Mme Azoulay a rappelé l’objectif de la conférence et son importance pour la communauté internationale.

“Nous sommes réunis aujourd'hui pour mettre en avant des exemples remarquables d'initiatives qui comblent les écarts et transforment le monde, pour tenir la promesse du Programme 2030 pour le développement durable, qui est de ne laisser personne de côté. »

Des millions d'enfants, de jeunes et d’adultes sont toujours analphabètes

Aujourd'hui, au moins 750 millions de jeunes et d’adultes ne possèdent toujours pas les compétences de base en matière d'alphabétisation. Les deux tiers des personnes concernées sont des femmes et 102 millions d’entre elles ont entre 15 et 24 ans (ISU, 2017). Parallèlement, sur les 192 millions de chômeurs dans le monde, nombre d’entre eux ne parviennent pas à trouver un moyen de subsistance décent en raison de leur manque de compétences de base, dont l'alphabétisation, et de leur incapacité à répondre aux demandes de compétences d’un marché du travail en constante évolution.

Le Directeur général adjoint de l’UNESCO, M. Xing Qu, a inauguré la conférence en ces termes :

« Dans de nombreux pays, des emplois disparaissent au même rythme que d’autres apparaissent ; le chômage et le sous-emploi, en particulier parmi les jeunes, constituent une préoccupation urgente dans le monde. Le chômage atteint un niveau critique en particulier dans les communautés où les jeunes et les adultes peu instruits et peu qualifiés ne sont pas bien préparés pour les emplois de l'économie du savoir en pleine expansion.

C'est pourquoi cette année la Journée internationale de l’alphabétisation est consacrée à l'alphabétisation et au développement des compétences, afin d’examiner les liens qui existent entre l’alphabétisation, le développement des compétences et le monde du travail. »

Le Secrétaire d'État à l’enseignement préscolaire et général de la République d’Angola, M. Joaquim Felizardo Alfredo Cabral, a centré son introduction sur la situation en Afrique, soulignant que les conflits et des conditions économiques difficiles ne devaient pas entraver les efforts pour investir dans l'alphabétisation et le développement des compétences tout au long de la vie.

« Notre continent africain se trouve aujourd’hui dans une situation compliquée, pour des causes liées entre elles de diverses manières : conflits intérieurs en rapport avec une crise économique financière, violents affrontements sociaux, voire quelques manifestations de terrorisme. Tous ces facteurs génèrent de l'insécurité et ils entraînent la mobilité territoriale d’innombrables familles qui, au lieu de développer leurs compétences pour une vie meilleure, émigrent pour leur survie, sans cesse à la recherche de conditions sûres » a-t-il déclaré.

« Notre plan inclut une stratégie fondée sur une approche combinant alphabétisation et développement des compétences afin de permettre aux populations d'améliorer leurs conditions de vie et leurs moyens de survie. »

Une approche combinée à l'alphabétisation et au développement des compétences

Au fil des différentes tables rondes, les possibilités et les bonnes pratiques visant à améliorer le fruit des approches intégrées à l'alphabétisation et au développement des compétences, dans une perspective d'apprentissage tout au long de la vie, ont été présentées, identifiées et explorées par les spécialistes d’organisations internationales, de gouvernements, d’ONG, du secteur privé et d’universitaires.

Le programme a présenté les nouvelles tendances et questions internes aux approches intégrées au développement des compétences et à l’alphabétisation ; constatation des résultats sur le terrain ; gouvernance et partenariats efficaces pour assurer le succès de ces approches et conséquences de l’utilisation des technologies numériques pour faire avancer la question des compétences requises pour le monde du travail.

Les lauréats des prix d’alphabétisation de l’UNESCO 2018 d’Afghanistan, du Nigéria, d’Espagne, de la République islamique d’Iran et de l’Uruguay, ont présenté leurs projets qui contribuent à faire progresser l’alphabétisation et le développement des compétences.

Mme Azoulay a présenté et remis les prestigieux prix d’alphabétisation de l’UNESCO aux cinq lauréats. Elle a insisté sur l'engagement de l’UNESCO à soutenir les États membres dans la promotion de l'alphabétisation et du dialogue mondial, et à mettre en œuvre des actions destinées à inclure les jeunes et les adultes les plus vulnérables dans la société, par l’accroissement du nombre de possibilités d'apprentissage tout au long de la vie.

« Ce grave problème de chômage, qui touche plutôt les jeunes et les adultes déjà en butte à une marginalisation disproportionnée a pour origine le fait qu’il n’existe pas un ensemble approprié de compétences nécessaires au travail décent » a-t-elle déclaré. « Ce souci est particulièrement important dans les communautés où les jeunes et les adultes sont peu instruits et peu qualifiés, et ne sont pas bien préparés aux emplois et aux nouvelles compétences qu’exige l'économie du savoir en plein essor. De tels défis exigent que l’on multiplie les possibilités d'apprentissage tout au long de la vie, en particulier à l’intention des groupes défavorisés et des populations marginalisées. »