Lancement du projet UNESCO-Fonds-en-dépôt de Shenzhen au Togo

23 Novembre 2017

Le projet UNESCO-Fonds-en-dépôt de Shenzhen : renforcer l’assurance qualité dans l’enseignement supérieur en Afrique a été officiellement lancé au niveau national au Togo le 21 novembre 2017, à l’Institut Confucius, à l’Université de Lomé, en collaboration avec le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche du Togo, le Bureau régional multisectoriel de l’UNESCO à Abuja et l’Université de Lomé.

La cérémonie de lancement au Togo a donné lieu à des discours d’invités prestigieux tels que S. E. M. Octave Nicoué Broohm, Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche du Togo, et de S. E. M. Yuxi Liu, Ambassadeur de la République populaire de Chine au Togo. Le Professeur Komlan Batawila, Vice-Président de l’Université de Lomé, le Professeur François Kuassi Deckon, point focal du projet au Togo, Mme Tortian Hassmik, spécialiste de programme au Siège de l’UNESCO, et M. Abdoulaye Salifou, spécialiste de programme au Bureau de l’UNESCO à Abuja, étaient également présents à la cérémonie, ainsi que plus de 300 représentants d’établissements d’enseignement supérieur, du gouvernement, d’agences de développement, d’organisations de la société civile et du secteur privé.

Le projet est financé par le Gouvernement municipal de Shenzhen en Chine, dans le but de renforcer les systèmes d’enseignement supérieur aux niveaux institutionnel, national et régional dans les pays africains en mettant au point des mécanismes d’assurance qualité. S. E. M. Yuxi Liu, Ambassadeur de la République populaire de Chine au Togo, a exprimé l’espoir que le projet fournisse au Togo un soutien essentiel pour améliorer son mécanisme d’assurance qualité dans l’enseignement supérieur en vue de son développement durable.

En tant qu’un des dix pays bénéficiaires du projet, le Togo a pour objectif de créer son agence nationale d’assurance qualité avec le soutien technique de l’UNESCO.

« Nous devons maintenant adopter l’approche de qualité en tant que facteur structurel dans nos décisions et actions », a dit le Professeur Komlan Batawila, Vice-Président de l’Université de Lomé. Le Professeur François Kuassi Deckon, point focal du projet au Togo, a indiqué que le Togo mettrait l’accent sur la promotion de la culture de l’assurance qualité en menant des campagnes de sensibilisation, en renforçant les capacités des professionnels de l’assurance qualité, et en créant une agence nationale d’assurance qualité ainsi que des unités internes d’assurance qualité dans les universités.

« Pour tirer pleinement parti de l’investissement en capital humain, la qualité de l’enseignement supérieur doit être améliorée en Afrique subsaharienne, ce qui se traduira par l’amélioration des capacités technologiques et de la productivité », a déclaré M. Abdoulaye Salifou, spécialiste de programme au Bureau de l’UNESCO à Abuja, qui s’est adressé au public au nom de M. Yao Ydo, directeur du Bureau régional multisectoriel de l’UNESCO à Abuja.

Mme Tortian Hassmik a rappelé que l’UNESCO continuerait de fournir un appui technique au Togo pour l’établissement de l’agence nationale d’assurance qualité en facilitant l’accès aux bonnes pratiques, en renforçant les capacités et en soutenant la création de réseaux avec les agences d’assurance qualité existantes.

Outre le Togo, les autres pays participants sont la Côte d’Ivoire, l’Égypte, la Gambie, le Malawi, le Mali, la Namibie, le Niger, le Sénégal et la Zambie. En savoir plus.