News

Avec l’appui de l’UNESCO, Fort-liberté est déclarée « Tsunami Ready »

25/11/2019

La menace d’un probable tsunami pèse lourd sur Fort-Liberté, chef-lieu du département du Nord-Est de l’île d’Haïti. Touchée par un tsunami le 7 mai 1842, la ville de Fort-Liberté respecte aujourd’hui toutes les exigences internationales de préparation et de réponse face aux tsunamis.

Fort Liberté est une ville côtière d’environ 20 000 habitants située au Nord de la République d’Haïti. D’après une modélisation, environ 2 000 personnes seraient potentiellement exposées à une inondation provoquée par un tsunami de source locale impliquant un temps de réponse très court. Conscient du danger, la commune a organisé, en accord avec l’UNESCO, des institutions internationales, nationales et des structures locales, plusieurs exercices d’évacuation pour la population dans le cadre d'une simulation de tsunami. Aujourd’hui, la municipalité de Fort Liberté a une reconnaissance « Tsunami Ready ».

La ville doit cette avancée au programme mis en œuvre avec le soutien de la Direction de la Protection civile et du Service maritime et de navigation d’Haïti (SEMANAH) et de partenaires internationaux, notamment la Commission

océanographique intergouvernementale (COI/UNESCO) et son Centre d’information sur les tsunamis dans les Caraïbes (CTIC), avec le précieux soutien du Service météorologique national de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) et du Programme américain d’alerte aux tsunamis dans les Caraïbes (CTWP).

L’obtention de la reconnaissance « Tsunami Ready » implique la capacité de répondre à une variété d’exigences en matière de préparation. Ainsi, la ville de Fort-Liberté dispose d’une cartographie des itinéraires d’évacuation et des zones susceptibles d’être inondées en cas de tsunami. Avec le support de l’UNESCO et grâce à un financement des Opérations européennes de protection civile et d'aide humanitaire (ECHO), des panneaux de signalisation d’alerte au tsunami ont été installés et des matériels de préparation distribués. La ville dispose désormais de procédures opérationnelles locales relatives aux tsunamis, permettant ainsi la formation de 50 points focaux locaux et nationaux pour la réception et diffusion d’alertes.

 

L’analyse des données sismiques disponibles démontre l’exposition de l’île d’Haïti aux tsunamis, ce qui est confirmé les récits historiques. Des efforts importants ont été consentis pour renforcer les capacités d’observation sismique et de modélisation des tsunamis en Haïti. C’est dans cet ordre d’idées que des cadres du SEMANAH et du CNGIS ont participé à des formations régionales sur le logiciel ComMIT afin d’augmenter les capacités locales de modélisation.

Malgré des résultats probants, les capacités institutionnelles et humaines pour mettre en œuvre des mesures de prévention et de gestion de risque demeurent limitées.  Le risque de tsunami est encore nouveau dans l’agenda du Système national de la gestion des risques et des désastres (SNGRD) et un engagement plus systématique par les institutions est nécessaire afin de réduire la vulnérabilité des villes et populations côtières d’Haïti. 

En ce sens, l’UNESCO continue à soutenir le SEMANAH et le SNGRD pour qu'ils puissent se doter de toutes les capacités nécessaires aux fins d’évaluer efficacement les données reçues et donner l’alerte en cas de tsunami et autres menaces côtières pour une meilleure efficience des interventions.