Lancement de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes

04/06/2021
15 - Life on Land

Il n'y a jamais eu de besoin aussi urgent de restaurer les écosystèmes endommagés qu'aujourd'hui. Les écosystèmes soutiennent toute la vie sur Terre. Plus nos écosystèmes sont sains, plus la planète - et ses habitants - sont en bonne santé. L'UNESCO est convaincue que réconcilier l'humanité avec toute vie sur Terre est à la fois essentiel et possible. Aujourd'hui, nous avons des solutions qui peuvent être diffusées pour atteindre les objectifs de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes et arrêter et inverser la dégradation des écosystèmes sur chaque continent et dans chaque océan. Cette décennie peut contribuer à mettre fin à la pauvreté, à lutter contre le changement climatique et à prévenir une extinction massive. Elle ne pourra réussir que si chacun y participe.

La stratégie intersectorielle de l'UNESCO en faveur de la biodiversité repose sur trois piliers : rétablir la relation entre l'humain et la nature et régénérer les écosystèmes ; préserver l'harmonie de nos écosystèmes ; et amplifier le pouvoir de la jeunesse. La contribution de l'UNESCO à la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes s'inscrit dans la sauvegarde de la diversité biologique et de la diversité des visions du monde, des pratiques sociales, des expressions culturelles, des langues et des systèmes de connaissances des communautés, dans le respect du vivant. L'épine dorsale de cette stratégie est constituée par les sites désignés par l'UNESCO, qui offrent plus de 1 000 lieux pour sa mise en œuvre dans le monde.

En tant qu'agence collaboratrice de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes, l'UNESCO organise deux événements suivants pour son lancement officiel :
 

Les deux événements présenteront comment l'appel de l'UNESCO pour une réconciliation des humains et de la nature à travers ses programmes qui favorisent la coopération transdisciplinaire des scientifiques, des peuples autochtones et des communautés locales, de l'éducation au développement durable et de la protection du patrimoine culturel et naturel pourrait être amplifié et approprié par les principaux leaders et acteurs de la transformation. Les actions menées dans les sites désignés par l'UNESCO et les réseaux connexes résultant de ces valeurs partagées constituent une "culture de vie" qui inclut toutes nos connaissances et cultures qui valorisent et transmettent la diversité, la beauté et la richesse de la vie sur Terre. Les panels discuteront de la manière dont l'investissement dans les liens solidaires, la créativité humaine, l'éthique du vivre ensemble et les capacités de transformation pour comprendre et respecter les autres espèces, peut donner du pouvoir aux générations actuelles et futures et assurer la responsabilité individuelle et collective pour arrêter la destruction de notre maison commune.

 

Restaurer le lien Humains - Nature – le rôle de l'éducation, des sciences et de la culture

Panel de haut niveau

En direct sur cette page le 4 juin 2021, 12:00 - 12:45 (UTC)

Au-delà de la protection d'une partie de la surface de la Terre, l'UNESCO souhaite se mobiliser pour réconcilier 100% de la population mondiale avec la nature, dont nous faisons partie. Compte tenu du rôle clé que joue la biodiversité dans l'économie, la santé et notre bien-être, cela implique de placer les préoccupations environnementales au cœur de nos décisions et actions dans tous les domaines.

Ce panel de haut niveau vise à présenter des stratégies, des politiques et des expériences de terrain qui peuvent être répliquées à plus grande échelle et qui permettraient de réconcilier toutes les formes de vie sur terre.

Avec un accent général sur le rôle de la science, de l'éducation et de la culture dans la restauration des écosystèmes et la solidarité intergénérationnelle et internationale, l'événement sera structuré comme un panel interactif avec un modérateur d'une conversation entre trois leaders clés impliqués dans ce processus de réconciliation. 
 

Modérateur :

  • Jeremy Wilks, Correspondant espace, science et climat d'Euronews/Africanews

Ouverture :

Panélistes :

La stratégie intersectorielle de l'UNESCO pour la biodiversité repose sur 3 piliers : restaurer la relation entre les humains et la nature et régénérer les écosystèmes ; conserver l'harmonie de nos écosystèmes ; et amplifier le pouvoir de la jeunesse. La contribution de l'UNESCO à la décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes s'inscrit dans la sauvegarde de la diversité biologique et de la diversité des visions du monde, des pratiques sociales, des expressions culturelles, des langues et des systèmes de connaissances des communautés, dans le respect du vivant. Les sites désignés par l'UNESCO constituent l'épine dorsale de cette stratégie et fourniront plus de 1 000 lieux pour sa mise en œuvre.

L'ambition de protéger 30 % de notre planète est un objectif important, mais elle serait vaine si nous continuions à détruire les écosystèmes qui soutiennent la vie partout ailleurs. En tant qu'agence collaboratrice de la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes et de son mouvement, l'UNESCO a pour ambition de réconcilier 100 % des humains avec le reste de la nature, afin que tous les humains deviennent les gardiens de la Terre, notre maison et notre patrimoine communs, que nous habitons et partageons avec toutes les autres espèces vivantes. Outre l'arrêt de la destruction et la restauration des écosystèmes, nous devons restaurer et régénérer notre relation avec la nature et la vie en créant de nouveaux comportements éthiques de soin, de responsabilité et de solidarité.

En raison de son mandat transdisciplinaire, l'UNESCO encourage les liens entre la nature et la culture et considère que la valeur intrinsèque et l'importance de la biodiversité pour notre identité, notre patrimoine et le bien-être humain pourraient être reconnues de manière holistique dans les objectifs proposés actuellement en matière de biodiversité. L'UNESCO joue un rôle de premier plan dans l'approche de la base de preuves multiples pour les évaluations de la biodiversité et des écosystèmes, en impliquant des scientifiques, des peuples autochtones, des communautés locales et des décideurs politiques. Les sites désignés par l'UNESCO (1,121 sites du patrimoine mondial, 714 réserves de biosphère et 161 géoparcs mondiaux) couvrent 6 % de la masse continentale de la Terre et sont des zones clés où les gens apprennent à vivre en harmonie avec les autres espèces vivantes et où les expériences sont partagées au profit de tous.    

    

 

50 ans de restauration des écosystèmes dans les sites désignés de l'UNESCO

Restauration en action

En direct sur cette page le 5 juin 2021, 11:00 - 11:45 (UTC)

Modérateur:

  • Jeremy Wilks, Correspondant espace, science et climat d'Euronews/Africanews

Ouverture:

  • Shamila Nair-Bedouelle, Sous-Directrice générale pour les sciences exactes et naturelles, UNESCO
  • Dr Adeshola Adepoju, Directeur général de l'Institut forestier du Nigeria (FRIN), Président du Conseil international de coordination du Programme sur l'Homme et la biosphère (MAB) de l'UNESCO

Panélistes:

Depuis plus d'un demi-siècle, l'UNESCO est chef de file dans la promotion de solutions de terrain aux défis mondiaux de la perte de biodiversité terrestre, côtière et marine, tout en s'engageant également dans la culture humaine, l'éducation et les valeurs qui sous-tendent notre prise de décision. 

Cet événement illustrera la pertinence de cette approche holistique et intersectorielle pour la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes en fournissant des informations sur l'expérience accumulée par l'UNESCO et sa contribution actuelle et future à l'effort de restauration des écosystèmes dans le monde entier à travers des exemples concrets de sites internationaux désignés par l'UNESCO et de réseaux connexes.

 

Orateurs

S. Exc. M. Jai Bir Rai

Panel de haut niveau
Ministre de l'Education, Bhoutan

L'honorable ministre de l'Éducation est originaire de Phuentsholing, sous Chhukha Dzongkhag. Son Excellence a obtenu une maîtrise en administration des affaires avec une spécialisation en comptabilité et en finances de la Maastricht School of Management, aux Pays-Bas. Son Excellence a occupé le poste de Chief Leadership Officer et de Principal Trainer pour le groupe d'entreprises AMG avant de rejoindre la politique. Il a également servi le gouvernement royal du Bhoutan dans la fonction publique pendant plus de 10 ans, de 2002 à 2012, en tant que responsable des finances au ministère de la santé (2002 - 2005), responsable des finances à l'université royale du Bhoutan (2006 - 2009) et responsable des finances au ministère de l'agriculture et des forêts (2010 - 2012).

Il a travaillé en tant que chercheur en sciences sociales et consultant pour le gouvernement royal du Bhoutan et d'autres entreprises. En outre, il a été consultant et formateur national et régional dans le domaine de la gestion de projets, du développement du leadership, de la gestion stratégique, de la gestion financière, de la planification et des prévisions budgétaires.

Le ministre de l'éducation voue un grand respect aux écrivains et est un lecteur passionné. Parmi ses autres passions figurent l'aide aux communautés/sociétés, le bénévolat pour des causes sociales, la collection de livres, de magazines, d'articles, d'objets d'art et de peintures, le jardinage, la méditation, la peinture de paysages et la photographie.

 

S. Exc. M. Guᵭmundur Ingi Guᵭbrandsson

Panel de haut niveau
Ministre de l'Environnement et des Ressources naturelles, Islande

Guðmundur Ingi Guðbrandsson a pris ses fonctions de ministre de l'Environnement et des Ressources naturelles le 30 novembre 2017 pour le Parti de la gauche et des Verts. Guðmundur Ingi est né le 28 mars 1977.

Il est titulaire d'une licence en biologie de l'Université d'Islande et d'un master en gestion environnementale de l'Université de Yale.

Il a été PDG de Landvernd - Association islandaise pour l'environnement de 2011 à 2017. Il a également travaillé pour l'Université d'Islande où il a mené des recherches en écologie et en sciences de l'environnement, et pour le Service de conservation des sols d'Islande dans les domaines des études et de la recherche mondiales. Depuis 2006, Guðmundur Ingi a été conférencier invité à l'Université d'Islande, à l'Université agricole d'Islande et au centre universitaire des Westfjords. Ces dernières années, il a également travaillé comme garde forestier presque tous les étés.
 
Guðmundur Ingi a été l'un des fondateurs de la Société islandaise des scientifiques de l'environnement. Il a été le premier président de la société, en 2007-2010. Actuellement, Guðmundur Ingi est le président de l'Association des anciens étudiants Fulbright en Islande.

 

Hindou Oumarou Ibrahim

Panel de haut niveau
Représentante des Peuples autochtones du lac Tchad, Défenseure des Objectifs de développement durable des Nations Unies

Hindou Oumarou Ibrahim est une militante de l'environnement, membre de la communauté pastorale Mbororo du Tchad, fondatrice et présidente de l'Association pour les femmes et les peuples autochtones du Tchad (AFPAT), dont le but est d'introduire des activités génératrices de revenus pour les femmes et la cartographie participative en 3D afin de mettre en place une gestion durable des écosystèmes et de réduire les conflits liés aux ressources naturelles.

Elle défend également les objectifs de développement durable des Nations unies, est membre du Comité de coordination des peuples autochtones d'Afrique (IPACC) et a été coprésidente du Forum international des peuples autochtones sur le changement climatique lors de la conférence historique des Nations unies sur le changement climatique (COP21) à Paris. Elle est également Senior Fellow de Conservation International, vice-présidente de la Global Forest Coalition et membre du Earthshot Prize Council. Elle a reçu de nombreuses récompenses, dont le Pritzker Emerging Environmental Genius Award, le 2020 Refugee International's Holbrooke Award et le prix Danielle Mitterrand. La conférence TED de Hindou a été vue plus d'un million de fois.

 

Shamila Nair-Bedouelle

Panel de haut niveau et Panel « La restauration en action »
Sous-Directrice générale pour les sciences exactes et naturelles, UNESCO

Shamila Nair-Bedouelle a pris ses fonctions de Sous-Directrice générale pour les sciences exactes et naturelles à l'UNESCO le 1er avril 2019. Elle arrive à l'UNESCO en provenance du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), où elle occupait le poste de directrice du programme OzonAction depuis 2012. Responsable de la mise en œuvre du Fonds multilatéral pour le Protocole de Montréal, elle avait coordonné un réseau unique de 147 bureaux nationaux Ozone Action, fournissant aux pays en développement des conseils scientifiques et techniques quant aux technologies alternatives à choisir face aux substances chimiques appauvrissant la couche d'ozone. Fervente partisane du renforcement du rôle des femmes dans les domaines de la science et de l'ingénierie, elle a lancé le premier programme de formation des techniciennes du PNUE.
Shamila Nair-Bedouelle est titulaire d'un doctorat en sciences de la vie de l'université de Capetown en Afrique du Sud. Elle a poursuivi sa carrière de chercheuse à l'Institut Pasteur à Paris à partir de janvier 1992 puis au sein de l'industrie pharmaceutique au MIT University Park à Boston, USA, de janvier 1994 à janvier 1996, date à laquelle elle a intégré l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). Elle a publié dans de nombreuses revues scientifiques et est co-inventeur de plusieurs brevets.

 

Adeshola Adepoju

Panel « La restauration en action »
Directeur général de l'Institut forestier du Nigéria, Président du Conseil international de coordination du Programme sur l'Homme et la biosphère (MAB) de l'UNESCO

Dr Adeshola Olatunde Adepoju est le directeur général du FRIN. Il a obtenu un doctorat en économie de l'agriculture et de l'environnement en 2002, puis a poursuivi une carrière dans le milieu universitaire et la gestion. Il a été membre du Comité des présidents sur le projet national Allanblackia et a été officier de liaison du FRIN sur le budget, les relations interministérielles et l'interface avec l'Assemblée nationale. Lors de sa nomination, il était doyen de l'Ecole polytechnique fédérale de sylviculture, un établissement d'enseignement placé sous l'égide de FRIN. En 2020, il a été élu Président du Conseil international de coordination du programme MAB.

 

 

 

 

Phoebe Benedict Samwel

Panel « La restauration en action »
Institut Jane Goodall, Réserve de biosphère de Gombe Masito Ugalla, Tanzanie

Travaillant depuis 20 ans pour des organisations internationales en Tanzanie, Mme Phoebe Benedict Samwel a acquis une expérience considérable dans le travail avec les membres des communautés en matière de gestion et de gouvernance des ressources naturelles, d'autonomisation des communautés, de promotion des moyens de subsistance et de promotion de la santé communautaire.
Dans le cadre de son expérience, par exemple, elle a mis en œuvre, pendant plus d'une décennie, des formations et des programmes d'épargne et de prêt (Village Savings and Loans (VSL)/Microcredit) afin d'aider les communautés à sélectionner, planifier et gérer des activités génératrices de revenus et des entreprises respectueuses de l'environnement. 
Depuis six ans, elle travaille avec l'Institut Jane Goodall et dirige actuellement le département de développement communautaire dans le cadre du projet JGI intitulé "Conservation du paysage en Tanzanie occidentale", le projet le plus actif dans la réserve de biosphère de Gombe Masito Ugalla.

 

Ove Hoegh-Guldberg

Panel « La restauration en action »
Chef scientifique, Fondation pour la Grande Barrière de corail

Ove est un scientifique marin de renommée internationale et une autorité de premier plan en matière de science et de conservation des récifs coralliens, qui a passé plus de 20 ans à mettre au point des solutions révolutionnaires pour aider les écosystèmes marins à s'adapter et à prospérer.
 
Il est un contributeur clé du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), membre de l'Académie australienne des sciences et lauréat du prix du changement climatique décerné par S.A.S. le prince Albert II de Monaco en 2014. Il a également été reconnu comme l'un des 20 climatologues les plus influents au monde selon la liste Reuters de 2021.

 

 

 

 

Nguyen Hoang Tri

Panel « La restauration en action »
Président du Comité National MAB du Vietnam

M. Nguyen Hoang Tri est titulaire d'une licence, d'une maîtrise en écologie et d'un doctorat en écologie de l'Université nationale du Vietnam (Hanoi). Il est spécialisé dans l'écologie des mangroves et l'écologie humaine. Il est le président du Comité national MAB du Vietnam (MAB Vietnam), depuis 2018 et a participé à la nomination de la réserve de biosphère de mangrove de Can Gio en 2000 ainsi que de 9 autres dans le pays.

 

Moderateur

Jeremy Wilks

Panel de Haut Niveau et Panel « La restauration en action »
Correspondant espace, science et climat d'Euronews/Africanews

Jeremy Wilks est correspondant scientifique senior à Euronews. Il couvre le changement climatique, les questions environnementales, les soins de santé et l'exploration spatiale pour la plus grande chaîne d'information européenne. Il a animé des événements en direct lors de conférences majeures telles que Web Summit, CES, Mobile World Congress, VivaTech et ITU World Congress.

Aller plus loin

Contacts:

Pour plus d'information:

 

Photos: top photo © James Spalding Hellmers / Itaipu Biosphere Reserve, Paraguay; toutes les autres images sont diffusées avec l'accord des participants et du modérateur.