Le lauréat d’un Prix UNESCO rend autonomes des jeunes filles en situation de handicap grâce à un apprentissage inclusif dans des communautés isolées d'Égypte

31/12/2019
,

« Je rêvais de savoir lire et écrire. Personne ne sait lire dans ma famille. En fait, très peu de gens de mon village savent lire » dit Wafaa Mohamed Ahmed alors qu’elle se remémore la première fois où elle a franchi la porte de son école communautaire.

Née avec un trouble de la croissance et une atrophie musculaire, Wafaa, 15 ans, ne peut se déplacer qu’en fauteuil roulant. Elle est la première de sa fratrie de sept enfants à fréquenter l'école primaire.

Dans les zones éloignées d'Égypte, de nombreux enfants et adolescents, et en particulier les filles, n'ont pas accès à l'école ou à des possibilités d'apprentissage. Pour aller à l'école, les filles doivent souvent parcourir de longues distances, entre 5 et 7 kilomètres, ce que de nombreuses familles ont du mal à autoriser ou n’ont peut-être pas les moyens de se permettre.

L'école la plus proche du domicile de Wafaa était à une distance de 6 kilomètres environ. Avec les moyens limités de sa famille et le coût du transport, l'éducation formelle n’était pas accessible pour elle ou pour ses frères et sœurs, jusqu'à ce que la Fondation Misr El Kheir, lauréate 2018 du Prix UNESCO pour l’éducation des filles et des femmes, crée une école communautaire à proximité alors qu’elle avait 10 ans.

L'inclusion par l'enseignement communautaire

« J’ai été tellement heureuse lorsque l’enseignante de la Fondation nous a rendu visite. Ma mère ne pensait pas qu’on puisse m'accepter comme élève à cause de mon handicap, mais quand j'ai posé la question à l'enseignante, elle m’a dit que si j’en avais vraiment envie, ils feraient en sorte de construire l'école à proximité pour que je puisse y aller. »

L'inclusion des élèves en situation de handicap est une valeur fondamentale de l’action de la Fondation, qui poursuit ses efforts pour élargir l'accès à une éducation de qualité dans les zones les plus pauvres et les moins bien desservies d'Égypte.

Alors que les élèves handicapés ont accès à l’école publique dans les centres urbains les plus riches d'Égypte, ils sont rarement intégrés avec leurs pairs dans les salles de classe ordinaires, ce que Amal Mobadda, Responsable des campagnes de financement pour la Fondation Misr El Kheir, souhaite faire changer.

« Par le biais de notre programme de solidarité sociale, nous fournissons aux enfants des fauteuils roulants ou des prothèses auditives pour qu’ils puissent participer pleinement à la vie scolaire. Les enseignants sont également formés à adapter leur enseignement aux apprenants qui ont des besoins et des difficultés d'apprentissage particuliers » explique-t-elle.

Selon Wafaa, l'inclusion de tous les élèves a changé leur vie. « Des centaines d'enfants handicapés ne sont pas acceptés à l'école, mais pour moi, aller à l'école et savoir lire et écrire est le moyen de me sentir belle et normale. »

Depuis lors, la Fondation Misr El Kheir a mis en place à l'école de Wafaa des cours pour les apprenants en âge d’être scolarisés dans le secondaire, afin qu'elle et d'autres élèves qui ne peuvent pas se rendre dans des écoles plus éloignées puissent poursuivre leurs études.

De l'inclusion à l'autonomie

Aujourd'hui, Wafaa est appréciée au sein de la communauté de son école. Elle excelle en arabe et en mathématiques et elle défend ardemment l'éducation des filles dans sa communauté.

Lorsqu’elle a appris que la Fondation Misr El Kheir avait remporté le Prix UNESCO 2018 pour l'éducation des filles et des femmes, elle a pensé à tout le soutien que lui a apporté son école communautaire.

« J'espère que ce prix donnera à d'autres élèves comme moi la possibilité d'apprendre. Nous sommes des milliers de filles et de garçons confrontés à de grands défis. Dans mon village, pouvoir aller à l'école nous rend très fiers, nous et nos familles. »

Wafaa souhaite devenir enseignante afin de pouvoir transmettre ce qu'elle a appris. « Je veux être en mesure de soutenir ma communauté, de la même manière qu’elle m’a soutenue. »

Lauréate du Prix UNESCO 2018 pour l'éducation des filles et des femmes, la Fondation Misr El Kheir s'est engagée à élargir l'accès des filles à une éducation de qualité dans les communautés les plus défavorisées et les plus pauvres d'Égypte.

Le Prix a été créé en 2015 avec le soutien financier du Gouvernement de la République populaire de Chine, pour récompenser les contributions exceptionnelles et innovantes faites par des individus, des institutions et des organisations pour faire progresser l'éducation des filles et des femmes.

En savoir plus :