L’éducation dans un monde post-Covid : neuf idées pour l’action publique

22/06/2020
04 - Quality Education

Le Covid-19 a dévoilé les vulnérabilités, mais il a aussi fait remonter à la surface l’ingéniosité et le potentiel extraordinaires des humains. Les décisions qui sont prises aujourd’hui auront des conséquences à long terme sur l’avenir de l’éducation. Les choix doivent être fondés sur une vision humaniste de l’éducation et du développement et sur les cadres des droits de l’homme.

Dans son nouveau rapport intitulé L’éducation dans un monde post-Covid : neuf idées pour l’action publique, la Commission internationale sur Les futurs de l’éducation présente des idées d’actions concrètes pour faire progresser l’éducation de demain.

 « Le Covid-19 a le potentiel de remodeler radicalement notre monde, mais nous ne devons pas rester passifs et nous contenter d’observer ce qui se passe, » a dit S.E Sahle-Work Zewde, Présidente de l’Éthiopie et Présidente de la Commission internationale sur Les futurs de l’éducation. « Le moment est venu d’une délibération publique et d’une reddition de comptes démocratique. Le moment est venu d’adopter une action collective intelligente. »

Neuf idées pour l’action publique

1. S’engager à renforcer l’éducation en tant que bien commun. L’éducation est un rempart contre les inégalités. En éducation comme en santé, nous sommes en sécurité lorsque tout le monde est en sécurité ; nous nous épanouissons quand tout le monde s’épanouit.

2. Élargir la définition du droit à l’éducation afin qu’il tienne compte de l’importance de la connectivité et de l’accès aux connaissances et à l’information. La Commission appelle à un débat public mondial, qui inclura notamment les apprenants de tous âges, sur les moyens d’élargir le droit à l’éducation.

3. Valoriser la profession enseignante et la collaboration entre les enseignants. Les éducateurs ont fait preuve, dans leur réponse à la crise du Covid-19, d’une innovation remarquable et les systèmes les plus engagés auprès des familles et des communautés on tété les plus résilients. Nous devons encourager les conditions qui offrent aux éducateurs de première ligne l’autonomie et la flexibilité nécessaires pour agir en collaboration.

4. Promouvoir la participation et les droits des élèves, des jeunes et des enfants. La justice intergénérationnelle et les principes démocratiques devraient nous obliger à donner la priorité à la participation des élèves et des jeunes à la co-construction d’un changement souhaitable.

5. Protéger, dans notre transformation de l’éducation, les espaces sociaux que représente l’école. Celle-ci, en tant qu’espace physique, est indispensable. L’organisation traditionnelle des salles de classe doit céder la place à une multitude de façons de « faire l’école », mais il convient de préserver l’école en tant qu’espace-temps distinct de la vie collective, spécifique et différent des autres espaces d’apprentissage.

6. Mettre les technologies libres et open-source à la disposition des enseignants et des élèves. Il est essentiel de soutenir les ressources éducatives libres et les outils numériques en libre accès. L’éducation ne peut pas prospérer sur un contenu prêt à l’emploi créé en dehors de l’espace pédagogique et des relations humaines entre les enseignants et les élèves. L’éducation ne peut pas non plus dépendre des plates-formes numériques contrôlées par des entreprises privées.

7. Inclure l’alphabétisation scientifique dans le programme d’enseignement. Le moment est venu d’avoir une réflexion approfondie sur le programme, alors que nous luttons contre le déni des connaissances scientifiques et que nous combattons activement la désinformation.

8. Protéger les financements nationaux et internationaux de l’éducation publique. La pandémie a le pouvoir de miner plusieurs décennies de progrès. Les gouvernements nationaux, les organisations internationales et tous les partenaires de l’éducation et du développement doivent reconnaître la nécessité de renforcer la santé publique et les services sociaux, mais dans le même temps de se mobiliser autour de la protection de l’éducation publique et de son financement.

9. Promouvoir la solidarité mondiale pour mettre fin aux niveaux actuels des inégalités. Le Covid-19 nous a montré à quel point nos sociétés exploitent les déséquilibres de pouvoir et notre système mondial s’appuie sur les inégalités. La Commission appelle à un engagement renouvelé en faveur de la coopération internationale et du multilatéralisme, ainsi qu’à une solidarité mondiale redynamisée axée sur l’empathie et l’appréciation de notre humanité commune.

Le Covid-19 présente un réel défi et nous impose une réelle responsabilité. Les idées présentées ici invitent à un vrai débat, à un engagement et à la prise de mesures par les gouvernements, les organisations internationales, la société civile, les professionnels de l’éducation, ainsi que les apprenants et les parties prenantes à tous les niveaux.