Interview

L'enseignement inclusif à distance pour les étudiant.e.s en situation de handicap à l'Université de Padoue

29/05/2020
03 - Good Health & Well Being
04 - Quality Education
16 - Peace, Justice and Strong Institutions

La pandémie COVID-19 a entraîné la fermeture d'écoles dans le monde entier et l'adoption de l'enseignement à distance. Les étudiant.e.s en situation de handicap sont parmi celles et ceux qui rencontrent les plus grands obstacles, car le soutien spécifique et les outils pédagogiques dont ils et elles ont besoin ne sont pas toujours disponibles dans l'enseignement à distance et en ligne. 

L'université de Padoue (Italie), institution hôte de la Chaire UNESCO sur les droits humains, la démocratie et la paix, a adopté des mesures spécifiques pour répondre à leurs besoins et leur garantir l'accès à l'enseignement en ligne et à d'autres services. 

Dans cet entretien, la professeure Laura Nota, vice-rectrice pour l'inclusion et les handicaps et professeure de conseil psychologique pour l'inclusion des handicaps et du malaise social à l'Université de Padoue, nous en dit plus sur ces mesures d'inclusion.

Comment le corps enseignant prend-il en compte les besoins des étudiant.e.s ayant une déficience auditive ou visuelle dans la préparation de leurs cours en ligne ?

Depuis l'épidémie de COVID-19, l'unité d'inclusion de l'université de Padoue a étendu ses services en ligne, y compris un soutien spécifique lié à l'enseignement en ligne pour les étudiant.e.s présentant toutes sortes de vulnérabilités. Par exemple, les étudiant.e.s ayant une déficience auditive peuvent bénéficier du service de sténotypie en ligne, qui consiste en la transcription de cours synchrones et asynchrones, ce qui leur permet de suivre facilement leurs cours. En ce qui concerne les étudiant.e.s ayant une déficience visuelle, l'unité d'inclusion les a contacté.e.s pour les informer des services spéciaux mis en place. Le « service de tutorat inclusif » de l'université a été mis en ligne pour fournir un soutien aux étudiant.e.s tout au long de la préparation des examens. 

L'université a-t-elle élaboré des lignes directrices pour répondre aux besoins des personnes ayant des déficiences auditives ? D'autres lignes directrices - plus générales ou spécifiques - ont-elles été élaborées ?

Dès le début de la période d'urgence, des tutoriels sur l'utilisation des plates-formes en ligne ont été mis à disposition par le Bureau de l'apprentissage numérique et du multimédia de l'université. De même, l'unité d'inclusion a élaboré des lignes directrices spécifiques sur la manière de préparer des documents numériques accessibles à tous les étudiant.e.s, y compris celles et ceux qui sont en situation de handicap. Le recteur de l'université de Padoue a appelé l’ensemble des professeur.e.s à faire tout leur possible pour prendre en considération ces lignes directrices afin de garantir l'accessibilité aux cours en ligne à chaque étudiant.e. 

L'unité d'inclusion a collaboré avec tou.te.s les professeur.e.s dont les cours nécessitent un service de sténotypie, afin de garantir que les étudiant.e.s ayant un handicap auditif puissent accéder à ce service en ligne.

Plus généralement, le personnel académique de l'université de Padoue a été très actif dans le cadre de l'initiative « Teaching4Learning » qui vise à faciliter le soutien continu entre pairs, à partager les expériences et à discuter des défis liés à l'enseignement en ligne pendant la pandémie de COVID-19. 

L'université de Padoue, en collaboration avec l'université de Turin, est aussi en train de développer de nouvelles lignes directrices en matière d'accessibilité pour l'élaboration de tests d'admission en ligne pour les personnes en situation de handicap, en particulier les étudiant.e.s souffrant de déficience visuelle et de troubles d'apprentissage.

 


© Université de Padoue - Massimo Pistore

Combien d'étudiant.e.s ont déjà bénéficié ou devraient bénéficier de ces mesures ?

Entre le 9 mars et le 23 avril 2020, l'Unité d'inclusion a fourni 234 services de sténotypie pour un total de 335 heures d'enseignement. Dans le même temps, l'Unité a organisé 24 réunions en ligne avec ses étudiant.e.s, ainsi que de futur.e.s étudiant.e.s, en situation de handicap ou ayant des difficultés d'apprentissage et a reçu une vingtaine de demandes d'examens personnalisés. En outre, le service de tutorat inclusif a été activé pour 19 étudiant.e.s. 

En ce qui concerne les tests d'admission pour l'année scolaire 2020/2021, l'Unité d'inclusion devrait recevoir plus de 300 demandes d'examens personnalisés.

Quel est le rôle de la Chaire UNESCO en droits humains, démocratie et paix en ce qui concerne ces mesures ?

La Chaire participe au groupe interdisciplinaire de l'université de Padoue qui développe un projet sur la promotion d'un environnement d'apprentissage inclusif qui assure l'égalité des chances pour les étudiant.e.s en situation de handicap. La communauté étudiante de l'université de Padoue étant de plus en plus diversifiée, le projet vise à adapter l'enseignement aux besoins des étudiant.e.s et à le rendre plus inclusif. 

Le projet vise en particulier à :

  1. accroître les connaissances des professeur.e.s sur les handicaps et les conditions de santé difficiles. L'université a créé une plate-forme en ligne à travers laquelle les professeur.e.s ont accès à : des vidéos et d'autres matériels numériques sur la valeur de l'enseignement inclusif et des contextes d'apprentissage inclusifs ; des conseils d'expert.e.s sur les troubles de l'apprentissage et les handicaps et la description des services pertinents de l'université ; l'expérience de première main à l'université d'étudiant.e.s en situation de handicap ou ayant des troubles d’apprentissage.
  2. encourager les professeur.e.s à réfléchir à leurs pratiques éducatives et à la manière de les rendre plus inclusives par l'adoption de mesures spécifiques adaptées aux besoins des étudiant.e.s, telles que l'enseignement et les examens personnalisés. De même, les professeur.e.s seront invité.e.s à faire participer les étudiant.e.s aux activités éducatives, à promouvoir des attitudes d'équité et d'inclusion et à défendre les droits humains et la durabilité sociale. 
  3. établir des réseaux universitaires sur l'apprentissage inclusif qui rassemblent les professeur.e.s, le personnel technico-administratif et les étudiant.e.s.
  4. maintenir le cours général (CG) « Droits humains et inclusion » accessible aux étudiant.e.s en licence et en master. Le CG vise à sensibiliser à la diversité présente dans notre tissu social et aux droits humains, ainsi qu'à souligner la nécessité d'investir dans une société inclusive. Le CG a été lancé il y a quatre ans dans le cadre du cours de licence « Sciences politiques, relations internationales et droits humains » dirigé par le titulaire de la Chaire UNESCO. Cette année, le CG, organisé en mode télématique, a été suivi par plus de 430 étudiant.e.s.

Des actions pilotes visant à tester l'efficacité de ces mesures ont été lancées en ligne. 

***

La professeure Laura Nota travaille au département de philosophie, sociologie, pédagogie et psychologie appliquée de l'université de Padoue, qu'elle a rejoint en 2000. Ses recherches portent notamment sur la psychologie des handicaps et de l'inclusion et sur la psychologie de l'orientation. Depuis janvier 2020, elle coordonne le groupe de travail « Inclusion et justice sociale » au sein du Réseau des universités pour le développement durable.

 

Voir aussi

La coopération entre l'UNESCO et ses Chaires traitant des droits humains et de l'inclusion sociale découle de la nécessité de mieux comprendre l'impact social du COVID-19 sur groupes vulnérables, et les mesures d'atténuation adoptées jusqu'à présent.

Cet article a été préparé avec la contribution de la Chaire UNESCO en droits de l'homme, démocratie et paix de l'Université de Padoue (Italie).