Article

L’Equipe du Projet orientée pour une mise œuvre efficace !

27/11/2020
Bamako, Mali

Le Bureau de l’UNESCO à Bamako, a organisé du 16 au 18 novembre 2020 une session de formation sur les procédures administratives et financières de l’UNESCO, et sur l’élaboration des success stories pour les ONGs locales partenaires d’exécution dans la mise en œuvre du projet « Renforcement de la résilience du système éducatif comme alternative de prévention et de lutte contre les changements climatiques ». Cet atelier de formation a été aussi l’occasion d’échanger sur les progrès réalisés et les défis majeurs rencontrés dans la mise en œuvre du projet.

© UNESCO

D’une importance capitale, l’atelier d’orientation a regroupé une quinzaine de participants représentants les ONGs IWENE, YAGTU, Coalition EPT, GUAMINA ainsi que l’OPNBB, une structure étatique, tous avec une responsabilité cruciale dans la mise œuvre du projet. Dans ses mots d’encouragements, Mr. Edmond MOUKALA, Chef du Bureau de l’UNESCO à Bamako, a félicité l’initiative et a exhorté les participants à « s’atteler davantage dans une mise œuvre efficience et efficace du projet pour l’épanouissement des communautés bénéficiaires ». En conclusion, il a demandé aux ONGs locales de continuer à s’impliquer pleinement dans la mobilisation des ressources financières afin de multiplier les projets de développement dans les communautés vulnérables.

Les participants à l’atelier ont été entretenus sur l’élaboration des rapports techniques et financiers et les procédures administratives et financières de l’UNESCO par un Spécialiste de Programme Education et par la Responsable de l’Administration du Bureau de l’UNESCO à Bamako. Leur expertise a permis aux participants de mieux comprendre la rédaction des rapports techniques, financiers et la présentation des justificatifs qui sont des aspects primordiaux dans le partenariat avec l’UNESCO.

En plus de ce renforcement de capacités, des présentations ont été faites par les ONGs, partenaires de mise en œuvre sur les avancées du projet ainsi qu’une présentation sur comment capturer les « success stories » par le Chargé de Communication du Projet à l’UNESCO.

© UNESCO

L’atelier a favorisé une meilleure compréhension et un renforcement de la synergie d’action pour l’atteinte des objectifs du projet. Les participants ont vivement apprécié les orientations reçues et les discussions tenues pour faire de ce projet un franc succès. 

Par rapport aux acquis de l’atelier, en matière d’information, sensibilisation et communication en plus de tout ce qui a porté sur les autres aspects de renforcement des capacités, les équipes des ONG de Développement Communautaire (ONG-DC) ont été capacités à travers l’approche adaptée d’intervention sur le terrain, l’outillage sur les procédures administratives et financières de l’UNESCO, le développement d’un partenariat fécond, la stratégie de capitalisation et de reporting des résultats porteurs du projet ainsi que la revue et une meilleure préparation de nos interventions futures. A cet effet, nous sortons confiants, mieux préparés et convaincus d’être au rendez-vous lors de la moisson des résultats escomptés

Mr. Mahamadou Ongoiba, Président de l’ONG IWENE

A l’issue de l’atelier, des recommandations suivantes ont été formulées : 1) tenir des visites d’échanges entre les ONGs YAGTU et IWENE pour un meilleur partage des expériences ; 2) renforcer les capacités de l’équipe du projet sur les changements climatiques ; 3) tenir compte de la situation sécuritaire lors de l’organisation des rencontres et 4) avoir l’accompagnement technique de l’UNESCO. Mme Oumou Dicko, prenant la parole pour clôturer les trois jours, a remercié tous les participants pour leur implication et à rassurer les partenaires de l’accompagnement de l’UNESCO pour la mise en œuvre dudit projet.

Le projet  « Renforcement de la résilience du système éducatif comme alternative de prévention et de lutte contre les changements climatiques » est une initiative de l’UNESCO en partenariat avec un consortium de trois ONG (IWENE, YAGTU et Coalition EPT) en collaboration avec l’État (Direction Nationale de la Pédagogie et l’OPNBB). Il sera mis en œuvre dans le Pays dogon et dans la réserve de biosphère de la boucle du Baoulé pour une durée de 3 ans.