News

De l’importance d'investir dans le bien-être des enfants pour éviter la crise de l'apprentissage

30/10/2020

L’UNESCO, l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont appelé les dirigeants mondiaux à agir dès maintenant et à investir dans la santé et la nutrition dans les écoles pour faire face à la catastrophe actuelle de l’apprentissage et pour ne laisser personne de côté.

La pandémie de COVID-19 est à l’origine de la plus grande perturbation des systèmes éducatifs de l’histoire, touchant près de 1,6 milliard d’enfants d’âge scolaire dans plus de 190 pays. Bien que de nombreux enfants poursuivent leurs études, les estimations actuelles indiquent que 24 millions d’entre eux ne retourneront jamais en classe, dont un nombre disproportionné de filles.

Ces constatations ont été révélées dans un document d’orientation conjoint de l’UNESCO, de l’UNICEF, de l’OMS et du PAM sur l’importance d’investir dans le bien-être des enfants afin de protéger l’éducation contre les effets dévastateurs de la COVID-19. La Sous-Directrice générale de l’UNESCO pour l’éducation, Stefania Giannini, a averti que « la pandémie de COVID-19 pourrait miner des décennies de progrès, exacerber les inégalités ancrées et se transformer en catastrophe générationnelle ».

Pour éviter cette crise, nous devons réinventer la manière dont nous offrons une éducation inclusive et de qualité aux enfants à travers le monde. Cela commence par l’élargissement du concept d’éducation pour y inclure le bien-être des enfants, ce qui nécessite à son tour des investissements urgents et substantiels dans les services de santé et de nutrition scolaires selon les conclusions mises en évidence par le document d’orientation.

Les chefs d’État et de gouvernement, les dirigeants politiques de haut niveau, les décideurs politiques, les partenaires de développement et les acteurs mondiaux de l’éducation se sont récemment engagés à renforcer la coopération mondiale et les investissements dans l’éducation, ainsi que cela est précisé dans la Déclaration de la Réunion mondiale sur l’éducation 2020. Ils se sont engagés à rouvrir en toute sécurité les écoles, à renforcer et à rétablir l’accès à des services tels que les repas scolaires, la santé, l’hygiène et l’assainissement, ainsi que la protection sociale.

En outre, pour éviter le risque que des millions d’enfants ne soient plus scolarisés et pour rebâtir un système d’éducation meilleur et inclusif, le Livre blanc de la campagne #SauvezNotreAvenir souligne également la nécessité de rétablir les programmes de santé et de nutrition à l’école.

Dans le document d’orientation publié aujourd’hui, l’UNESCO, l’UNICEF, le PAM et l’OMS exhortent les gouvernements et la communauté internationale à respecter ces engagements et à considérer que les services de santé et de nutrition scolaires constituent un élément essentiel des plans nationaux de réponse et de relance et des programmes mondiaux de relèvement. Les dirigeants sont invités à promouvoir une approche équitable, inclusive et progressive de l’éducation qui comprend des programmes complets et intégrés de santé et de nutrition dans les écoles pour faire en sorte que tous les enfants et tous les jeunes bénéficient des conditions requises pour apprendre et prospérer.