L’UNESCO alerte sur une catastrophe générationnelle

07/04/2021

En une année de pandémie, la scolarité a été perturbée 25 semaines en moyenne en raison de la fermeture des établissements. Résultat : plus de 100 millions d’enfants de plus ne sauront pas lire et écrire correctement. En effet, 584 millions d’enfants ne possèdent pas les compétences de base en lecture, soit une hausse de 20 % en un an.

C’est ce que montre un rapport de l’Institut de statistique de l’UNESCO rendu public en mars, qui souligne que c’est dans la région Amérique latine et Caraïbes, ainsi qu’en Asie centrale et du Sud que les pertes d’apprentissage sont les plus marquées. Plus inquiétant encore, un retour à la situation d’avant la crise sanitaire pourrait prendre une décennie, d’après l’étude. La reprise pourrait intervenir toutefois d’ici 2024 si des efforts exceptionnels sont déployés pour proposer des cours et des stratégies de rattrapage.

Ces préoccupations étaient au cœur de la réunion ministérielle convoquée par l’UNESCO le 29 mars. Intitulée Un an de COVID : donner la priorité à la relance de l’éducation pour éviter une catastrophe générationnelle, cette réunion a rappelé à quel point il était crucial de soutenir la continuité de l’apprentissage dans un contexte où 65 % des gouvernements des pays à faible revenu ont d’ores et déjà réduit le financement de l’éducation. Alors que des mesures fiscales pourraient injecter davantage de ressources dans l’éducation, l’UNESCO estime que 2 % seulement sont réservés à l’instruction dans les plans de relance budgétaire.

Inde : les jeunes à l’épreuve de la crise sanitaire, Le Courrier de l’UNESCO, avril-juin 2021

Lectures complémentaires :

Une occasion de réinventer l’école, Le Courrier de l’UNESCO, juillet-septembre, 2020

 

Abonnez-vous pour découvrir l’actualité du Courrier. L’abonnement à la version numérique est 100 % gratuit.

Suivez le Courrier sur : Twitter, Facebook, Instagram