News

L’UNESCO célèbre la première Journée internationale de lutte contre le trafic illicite des biens culturels

14/11/2020

Le 14 novembre 2020, l’UNESCO célèbre la première Journée internationale de lutte contre le trafic illicite des biens culturels, adopté par la Conférence générale de l’UNESCO en 2019. Cette journée internationale revêt une symbolique particulière, puisque nous célébrons également cette année le 50e anniversaire de la Convention de 1970.

En commémorant cette nouvelle journée internationale, l’UNESCO vise à sensibiliser au trafic illicite et appelle la communauté internationale à lutter davantage contre ce fléau pour souligner l’importance de cet enjeu car, piller, vendre, ou acheter un bien culturel issu du trafic illicite, participe à déposséder les peuples de leur patrimoine, de leur histoire, de leur identité et donc de leur avenir.

Le trafic illicite des biens culturels touche toutes les régions du monde. L’UNESCO continue à renforcer ses efforts pour lutter contre ce fléau, ensemble avec ses Etats membres, ses principaux partenaires – INTERPOL, ICOM, l’OMD, UNIDROIT, les Carabiniers italiens, et tant d’autres – sans oublier la société civile. La protection du patrimoine culturel et la lutte contre le trafic illicite nous concerne tous.

Ces cinq dernières décennies ont vu une augmentation exponentielle du trafic illicite de biens culturels. La pandémie a rendu le patrimoine culturel plus fragile encore, en affectant la surveillance des sites archéologiques et en les rendant plus vulnérables aux fouilles illicites. Puis, le trafic illicite des biens culturels en ligne a connu une très forte augmentation.

Le multilatéralisme, la protection du patrimoine culturel et la lutte contre le trafic illicite seront au cœur de la conférence internationale, qui se déroulera en ligne du 16 au 18 novembre.  La conférence est organisée par le ministère fédéral des affaires étrangères allemand, en partenariat avec l’UNESCO, la Commission européenne et le Conseil de l'Europe.