News

L’UNESCO et la Global Actions Forum (GAF) associent artistes, journalistes et migrants pour mettre l’art au service de l’information et de la migration au Niger

16/11/2020
08 - Decent Work and Economic Growth
10 - Reduced Inequalities
16 - Peace, Justice and Strong Institutions

Du 11 au 12 novembre 2020, la Maison de la Presse de Niamey au Niger a abrité un atelier d’écriture regroupant des artistes, des migrants de retour et des journalistes. Organisée par l’UNESCO, en collaboration avec l’ONG Global Actions Forum (GAF) et la Commission nationale des droits de l’humain (CNDH), la rencontre avait pour but de renforcer les capacités d’écriture des artistes pour la production de vidéos artistiques sur la thématique de l’information sur la migration.

Des artistes, notamment rappeurs et rappeuses, slameurs-poètes, ont pris part à l’atelier d’écriture organisé à Niamey par l’UNESCO pour la production de contenus artistiques sur l’information et la migration au Niger. Etaient également présents, des journalistes, des experts de la migration et des acteurs de la société civile. Une rencontre similaire avait déjà été organisée les 27 et 28 octobre derniers à Dakar en faveur d’artistes rappeurs et rappeuses sénégalais(e)s.

Répétée dans la capitale nigérienne, l’initiative vient apporter une réponse aux défis d’accès des jeunes aux informations fiables sur la migration.

Cette action est une contribution significative aux efforts menés par les acteurs nationaux et internationaux, pour une gouvernance migratoire cohérente et prenant en compte les droits des migrants, surtout dans ce contexte particulier où la problématique de la migration se pose avec acuité pour le Niger qui cumule la fonction de pays pourvoyeur, de destination et de transit des migrants

M. Khalid IKIRI, Président de la Commission nationale des droits de l’humain (CNDH)

© UNESCO

D’où le choix minutieux des participant(e)s « qui ont été rigoureusement identifiés sur la base de leur expérience », note M. Hamidou MANOU NABARA, Président de Global Actions Forum (GAF), qui met en œuvre l’initiative avec le soutien de l’UNESCO

La mission des artistes venus participer à cet atelier est donc connue : sensibiliser les jeunes du Niger à rechercher la bonne information sur la migration.

En effet, le Niger, notamment à travers la renommée ville d’Agadez, est réputée dans la sous-région ouest-africaine pour être un point important de départ des migrants irréguliers vers la Libye, avec des risques souvent méconnus des candidats à la migration. Et malgré la crise du coronavirus qui a davantage fragilisé le contexte socio-économique, des reportages d’investigations menés par des journalistes des pays de la sous-région et financés par l’UNESCO entre 2019 et 2020 révèlent la continuité des mouvements migratoires irréguliers vers l’Europe. Et pourtant, le Niger et les autres pays de la sous-région regorgent d’opportunités d’emploi méconnues des candidats à la migration, en plus des opportunités de migration régulière.

Face au besoin d’information des jeunes qui sont de plus en plus nombreux à migrer, l’atelier de Niamey était donc l’occasion d’expliquer aux artistes comment aborder les questions liées à la migration, de manière informative et artistique, afin de fournir le maximum d’informations justes et équilibrées à la jeunesse nigérienne et encourager les médias locaux à couvrir la thématique de manière consciente et efficace.

Dans son exposé, M. Hamidou Nabara, par ailleurs sociologue et fort de son expertise sur la migration et la jeunesse au Niger, a insisté, à travers une démarche participative, sur la définition des concepts clés de la migration, le contexte global et national, les chiffres et tendances, et autres aspects de la thématique, afin de renforcer les capacités d’analyse, et de compréhension des artistes. A sa suite, M. Saidou Hamidou, expert en médias, migration et information, s’est concentré sur le pouvoir des médias dans la couverture migratoire et les stéréotypes à éviter.

Sur la base de ces présentations, les artistes ont été répartis en trois groupes pour des travaux sur les contenus à développer : groupe de rap, de slam et de RnB et Afrobeat.

Cet atelier nous a, en si peu de temps, permis de comprendre les mécanismes d’information des jeunes et des migrants et comment ils influencent les choix des migrants. Je vais désormais dans mes productions inclure la migration, et surtout partager les informations utiles

Aichatou YACOUBA, chanteuse

Pour un autre artiste slameur-poète, participer à cette rencontre lui a permis « de comprendre comment la migration tant régulière qu’irrégulière se passe. En tant qu’artiste, je m’engage à faire des compositions et des textes sur la migration afin d’informer et d’orienter nos jeunes frères, notamment à émigrer de façon légale pour éviter des obstacles et drames sur les routes ».

Au sortir de cet atelier d’écriture organisé dans le cadre du projet « Autonomiser les jeunes en Afrique à travers les médias et la communication » financé par le Ministère italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (MAECI) et l’Agence italienne pour la coopération au développement (AICS), les bénéficiaires seront accompagné(e)s dans la production de vidéos artistiques sur l’information et la migration au Niger, qui seront ensuite, par tous les canaux de communication, mises à la disposition du grand public.

 

Contacts :

Théodore SOMDA : tz.somda@unesco.org

Joshua MASSARENTI : j.massarenti@unesco.org