News

L’UNESCO impulse une consultation nationale en faveur d’une éducation et des services de santé sexuelle et de la reproduction de qualité

27/05/2021
Libreville, Gabon
04 - Quality Education

Dans l’optique de susciter l’engagement du Gabon au plus haut niveau pour garantir à tous les adolescents et les jeunes un accès aux services de santé sexuelle et reproductive (SSR) et à l’éducation complète à la sexualité (ECS), l’UNESCO a mobilisé, du 27 au 29 avril 2021, l’OMS, l’UNFPA, l’ONUSIDA, la CEEAC, les réseaux de jeunes et les organisations de la société civile pour recueillir leurs recommandations de fond afin de renforcer l'éducation complète à la sexualité et les services de SSR.

L’organisation des consultations nationales en vue d’un engagement de haut niveau en faveur des adolescents et des jeunes pour les maintenir en bonne santé, dynamiques et autonomes dans les pays   de l’Afrique de l’Ouest et du Centre est soutenue par la Directrice Générale de l’UNESCO Mme Audrey AZOULEY qui a mobilisé plusieurs entités telles que l’OMS, l’UNFPA, l’ONUSIDA, la CEEAC, les réseaux de jeunes et les organisations de la société civile qui œuvrent dans cette thématique.

 

La cérémonie de Libreville a vu la participation du Ministre de l’éducation nationale, du Ministre des affaires sociales et des droits de la femme et de des Représentants de l’UNESCO, l’UNFPA, l’OMS, l’UNICE et l’ONUSIDA. Cette forte présence des hauts dirigeants témoigne de l’intérêt que les autorités accordent au processus.

En octobre 2015, des représentants des ministères de la santé et de l’éducation, des organisations et réseaux de jeunes, de la société civile et des organisations des Nations unies de 17 pays d'Afrique de l’Ouest et du Centre (AOC) ont exprimé la nécessité d'un engagement régional de haut niveau pour garantir à tous les adolescents et les jeunes un accès aux services de santé sexuelle et reproductive (SSR) et à l’éducation complète à la sexualité (ECS).  Ils ont également exprimé ce besoin en incluant une recommandation spécifique dans l'Appel à l'action de Dakar.

 

Un peu plus tard, en 2018, les mêmes représentants, mais cette fois-ci de 22 pays, ont convenu d'une feuille de route pour l'engagement de l'AOC, qui prévoit des consultations au niveau national comme une étape essentielle du processus précité (Conférence d’Abidjan).

 

La consultation de Libreville a permis de : (1) examiner et valider les données et les conclusions du pays sur la situation des adolescents et des jeunes en ce qui concerne les grossesses des adolescentes, le mariage des enfants, le VIH, les VBG et l'éducation ; (2) proposer des recommandations pour répondre aux besoins des adolescents et des jeunes en termes d'accès à une éducation à la sexualité de qualité et aux services de SSR, de prévention des VBG et de protection au niveau national ; (3) proposer des messages clés pour la formulation de l'engagement régional de haut niveau et (4) élaborer une feuille de route pour l'engagement des parties prenantes dans le processus d'engagement au niveau national, tout au long du développement, de la promotion, de la mise en œuvre ainsi que dans le suivi et l'évaluation.

 

Cet atelier a été aussi l’occasion d’apporter à la communauté éducative du Gabon, les clarifications nécessaires sur les orientations, buts et objectifs de l’Education complète à la sexualité et les résultats déjà obtenus dans le domaine.

 

Au cours de cette consultation, la coordination régionale de l’éducation pour la santé, en Afrique de l'Ouest et du Centre basée à Dakar a apporté un appui technique et financier.

 

Le Bureau de l’UNESCO à Libreville y a contribué par la coordination technique des activités préparatoires et par l’animation dudit atelier.

 

Le rôle de coordination de l’UNESCO continuera jusqu’à l’obtention du résultat final : améliorer la sensibilisation, fournir un cadre politique pour renforcer l’élargissement des programmes nationaux d’éducation à la sexualité.