News

L'UNESCO et le Japon collaborent pour renforcer le rôle des acteurs du judiciaire en Afrique sur la liberté d'expression et la sécurité des journalistes

10/11/2020

Le ministère des Affaires étrangères du Japon a signé un accord avec le secteur de la Communication et de l'information de l'UNESCO le 28 octobre 2020 pour soutenir un projet visant à favoriser la liberté d'expression, l'accès du public à l'information et la sécurité des journalistes en Afrique, pour une période de 24 mois.

Ce partenariat renforcera le travail de l'UNESCO sur le continent avec les acteurs du judiciaire, notamment les juges, les procureurs, les avocats et les juristes, sur les normes internationales et régionales en matière de liberté d'expression.

L'objectif du projet est de sensibiliser et d'informer les acteurs du judiciaire sur les normes internationales et la jurisprudence régionale en matière de liberté d'expression, d'accès à l'information, des défis numériques liés à l'Internet et de la sécurité des journalistes. Des activités de formation et des échanges entre les membres du judiciaire seront organisés en anglais, en français et en portugais, et mis en œuvre avec des partenaires nationaux et régionaux, tels que les cours régionales des droits de l'homme, afin de garantir une meilleure appropriation et la durabilité du projet.

Le rôle du pouvoir judiciaire dans la protection de la liberté d'expression est essentiel pour garantir ce droit fondamental. Les juges et autres acteurs du judiciaire sont essentiels pour assurer un environnement dans lequel la presse peut agir librement et indépendamment et dans lequel l'accès à l'information est garanti. Leur rôle est également crucial pour protéger la sécurité des journalistes et lutter contre l'impunité pour les crimes commis contre les professionnels des médias.

Xing Qu, le Directeur adjoint de l’UNESCO

Le projet sera réalisé à travers des formations sur le terrain, des ateliers de formation des formateurs et un cours en ligne ouvert et massif (MOOC) mis à jour pour les acteurs du judiciaire et les représentants de la société civile en Afrique afin de maximiser l'impact et la portée du projet. A cet effet, le projet prévoit 3 résultats clés :

  1. la sensibilisation des juges et des membres du judiciaire à la liberté d'expression et à la sécurité des journalistes au niveau régional,
  2. le renforcement des capacités des instituts de formation judiciaire sur les thèmes susmentionnés, et 
  3. la sensibilisation sur la coopération Sud-Sud et Nord-Sud dans le domaine de la liberté d'expression entre les juges et les membres du judiciaire de diverses régions, notamment en ce qui concerne la réalisation de l'objectif 16 de l'Agenda 2030 pour le développement durable.

L'UNESCO est l'agence spécialisée des Nations unies qui a pour mandat de promouvoir la liberté d'expression et son corollaire, la liberté de la presse. Le projet de formation des juges a été initié pour la première fois en 2013 afin de renforcer les connaissances et l'expertise des acteurs du judiciaire par le biais d’une série de cours en ligne (MOOC), d'ateliers et de séminaires sur des questions liées à la liberté d'expression. Depuis lors, plus de 17 000 acteurs du judiciaire et représentants de la société civile ont été formés sur la liberté d'expression, l'accès à l'information et la sécurité des journalistes en Amérique latine, en Afrique et dans la région arabe.

Le projet, qui s'inscrit dans la priorité globale de l'UNESCO pour l'Afrique, sera mis en œuvre dans le cadre du plan d'action des Nations unies sur la sécurité des journalistes et la question de l'impunité, qui vise à créer un environnement libre et sûr pour les journalistes et les professionnels des médias.

Cet article est disponible en Japonaise sur ce lien.