L'UNESCO lance une consultation mondiale dans le cadre de son initiative Les Futurs de l'éducation

22/01/2020

Le savoir et l’apprentissage sont les meilleures ressources renouvelables pour relever les défis et inventer des alternatives. Cependant, l’éducation fait plus que répondre à un monde en mutation : elle transforme des vies, et le monde.

En septembre 2019, l’UNESCO a lancé l’initiative « Les futurs de l’éducation » afin de réinventer la manière dont le savoir et l’apprentissage peuvent façonner l’avenir de l’humanité dans un contexte de complexité, d’incertitude et de précarité croissantes. Du changement climatique à l’augmentation des inégalités, de l’intelligence artificielle aux résultats de l’apprentissage, l’UNESCO veut répondre aux défis, ainsi qu’aux opportunités qui auront un impact sur l’éducation et le bien-être des générations futures. L’Organisation invite maintenant les gens du monde entier à partager leurs points de vue sur ce à quoi devrait ressembler l’avenir de l’éducation.

Qu’est-ce que l’initiative « Les futurs de l’éducation » ?

L’initiative « Les futurs de l’éducation » se projette en 2050 et au-delà, et cherche à comprendre comment l’éducation peut façonner l’avenir de l’humanité et de la planète. Elle catalyse un débat mondial sur la manière dont il faut repenser le savoir, l’éducation et l’apprentissage afin de relever les défis d’aujourd’hui et de demain.

L’initiative conjugue le concept de futurs au pluriel pour refléter les nombreux moyens différents d’apprendre et d’être à travers le monde. Elle reconnaît que le futur englobe de multiples dimensions et qu’il y aura probablement plusieurs futurs désirables et non désirables. Le projet mobilisera des voix du monde entier. Il s’appuie sur un processus consultatif large et ouvert qui fait participer les jeunes, les enseignants, la société civile, les gouvernements, les entreprises et d’autres parties prenantes.

Comment l’initiative fonctionnera-t-elle exactement ?

L’UNESCO a réuni une Commission internationale indépendante sous l’égide de la Présidente Sahle-Work Zewde de l’Éthiopie, afin d’élaborer un rapport mondial sur les futurs de l’éducation qui sera publié en 2021. Les membres de la commission sont des figures intellectuelles dans les domaines de l’éducation, des politiques, de la recherche universitaire, des arts, des sciences et des affaires. Ils s’emploieront à repenser le rôle de l’éducation, de l’apprentissage et du savoir à la lumière des grands défis et opportunités associés aux futurs prévus, possibles et privilégiés. La commission examinera également avec attention les contributions reçues par le biais des différents processus consultatifs qui feront participer les jeunes, les enseignants, la société civile, les gouvernements, les entreprises et les autres parties prenantes.

Comment puis-je contribuer au rapport ?

Les consultations dans le monde entier prendront en compte les visions et les aspirations d’un large éventail de parties prenantes, étant entendu que l’innovation et l’appropriation du futur devront être ancrées localement tout en faisant l’objet de discussions à l’échelle mondiale. L’objectif consiste à générer des discussions et des débats dans le monde entier pour s’assurer que chacun puisse avoir son mot à dire et partager ses points de vue sur l’avenir de l’apprentissage.

L’UNESCO a lancé une série de plates-formes en ligne pour inviter les gens du monde entier à exprimer leurs opinions et leurs visions.

Des enfants et des jeunes aux enseignants, aux chercheurs, aux représentants de la société civile, ainsi qu’aux entreprises et à la technologie – chaque point de vue compte. Les contributions seront recueillies par différents moyens, notamment par le biais d’une brève enquête, de soumissions par écrit ainsi que d’œuvres d’art. Toutes les contributions écrites, les œuvres d’art et les réponses à l’enquête seront soigneusement analysées et éclaireront le rapport mondial sur les futurs de l’éducation.

Pourquoi l’UNESCO produit-elle ce rapport maintenant ?

Le rapport sur « Les futurs de l’éducation » est le dernier d’une série de rapports mondiaux commandés par l’UNESCO tous les quarts de siècle pour relever les défis à venir et pour inspirer le changement et fournir des recommandations stratégiques pour l’éducation.

Le premier de ces rapports, Apprendre à être : Le monde de l’éducation aujourd’hui et demain a été mis au point en 1971-1972 et préparé par une commission présidée par Edgar Faure, ancien premier ministre et ministre de l’éducation de la France. Le rapport Apprendre à être a mis en garde sur les risques d’inégalités, de privation et de souffrance et souligné les caractéristiques universelles de l’éducation. Le rapport Faure a appelé à l’expansion continue de l’éducation et de l’apprentissage tout au long de la vie.

Entre 1993 et 1996, une deuxième commission internationale sous la direction de Jacques Delors, ancien président de la Commission européenne et ancien ministre de l’économie et des finances de la France, a préparé un rapport intitulé L’éducation : Un trésor est caché dedans. Ce rapport a rappelé l’importance d’une approche humaniste de l’éducation et défini « les quatre piliers » de l’éducation, à savoir : apprendre à être, apprendre à connaître, apprendre à faire et apprendre à vivre ensemble.

Parmi les autres publications majeures de l’UNESCO sur l’éducation dans les années qui ont suivi figure le rapport de 2015, intitulé Repenser l’éducation : Vers un bien commun mondial ?, qui a proposé une refonte de l’éducation et du savoir en tant que biens communs mondiaux. Le rapport Les futurs de l’éducation s’inscrira dans cette tradition de lancement de rapports mondiaux phares sur l’éducation.