Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

L’UNESCO lance une initiative mondiale sur les Futurs de l’éducation à l’Assemblée générale des Nations Unies

26 Septembre 2019

L'UNESCO a lancé mercredi 25 septembre un projet phare intitulé Les Futurs de l'éducation qui vise à repenser la manière dont le savoir et l'apprentissage peuvent façonner l'avenir de l'humanité, dans un contexte de complexité, d'incertitude et de précarité croissantes.

Présentée lors d’un événement de haut niveau qui s'est tenu dans le cadre de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, cette initiative vise à concevoir la manière dont le savoir et l'apprentissage peuvent contribuer au bien commun de l'humanité. Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO a rappelé que l’Organisation, chargée de piloter et de coordonner l’Agenda Éducation 2030 de l’ONU, entendait « le faire à partir de son ADN profondément humaniste qui ne saurait accepter de réduire l’éducation à une question technique ou technologique, ou encore à visée purement économique ».

Assistaient au lancement de cette initiative, les Présidents de l’Éthiopie, Sahle-Work Zewde, du Portugal, Marcelo Rebelo de Sousa, de la Bulgarie, Rumen Radev, ainsi que les Premiers ministres de la Norvège, Erna Solberg, et de l’Andorre, Xavier Espot.


© UNESCO

«  L'UNESCO a un rôle important à jouer dans l'élaboration d'une vision et d'une stratégie sur ce que devraient être le rôle et les objectifs de l'éducation », a déclaré Mme Zewde. « Cette nouvelle initiative fait entrer ce leadership intellectuel mondial dans une nouvelle ère. Face aux défis profonds et aux possibilités passionnantes qui s'offrent à nous, a-t-elle ajouté, nous avons l'obligation profonde d'écouter les enfants et les jeunes et de les faire participer pleinement aux décisions concernant l'avenir de notre planète commune. »

Le professeur Arjun Appadurai (New York University et Hertie School de Berlin) a renchéri en estimant que « l'une des tâches essentielles des éducateurs au cours des prochaines décennies serait de renforcer la capacité des jeunes, des pauvres et des personnes en marge à imaginer, à anticiper, à se projeter ».

Des éducateurs, des représentants de la société civile, de l’université, du secteur privé et des technologies de pointe, ont également exprimé leur point de vue sur les défis à relever, et les opportunités à exploiter en matière de politiques éducatives.

La création d'une Commission internationale indépendante sur Les Futurs de l'éducation a été annoncée lors de ce lancement. Sous la présidence de Sahle-Work Zewde, elle sera chargée d'élaborer un rapport de référence sur le sujet à paraître en 2021.

Pour la Directrice générale de l’UNESCO, « ce projet, c’est celui d’une conversation mondiale et d’un rapport sur l’avenir de l’éducation, qui mobilise les nombreuses et riches façons d’apprendre dans le monde, avec le regard résolument tourné vers l’avenir et enraciné dans les valeurs des droits humains, au service de la dignité de chacun ».

Outre, Mme Zewde et M. Appadurai, les membres de la Commission sont : Masanori Aoyagi, Professeur émérite à l’Université de Tokyo, Patrick Awuah, fondateur et président de l’Université Ashesi (Ghana), Abdel Basset Ben Hassen, Président de l’Institut arabe des droits de l'homme, Cristovam Buarque, Professeur émérite à l’Université de Brasilia, Elsa Guerra Cruz, Fondatrice du Colegio Valle de Filadelfia (Mexique), Badr Jafar, PDG de Crescent Enterprises (Émirats arabes unis), Doh-Yeon Kim, président de l’Université scientifique et technologique de Pohang (République de Corée), Evgeny Morozov, écrivain, Karen Mundy, professeur à l’Ontario Institute for the Study of Education (Canada), António Nóvoa, ambassadeur du Portugal à l'UNESCO, Ngozi Okonjo-Iweala, président du conseil d’administration de Gavi L’Alliance du vaccin et de l’African Risk Capacity, Fernando M. Reimers, Professeur à la Graduate School of Education de Harvard (États-Unis), Tarcila Rivera Zea, Directrice exécutive du Centro de Culturas Indigenas del Perú, Vaira Vike-Freiberga, Présidente de la World Leadership Alliance/Club de Madrid, ancienne Présidente de la Lettonie, et Maha Yahya, Directrice du Centre Carnegie pour le Moyen-Orient (Liban).

****