L’UNESCO lance l’Observatoire des journalistes assassinés, qui répertorie les mesures prises pour punir les crimes commis contre les professionnels des médias

06 Novembre 2018

observatory.png

© UNESCO

A l’occasion de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes, le 2 novembre, l’UNESCO a lancé l’Observatoire des journalistes assassinés. Cet observatoire est une base de données en ligne qui fournit des informations sur l’état d’avancement des enquêtes judiciaires menées sur chaque meurtre de journaliste ou de professionnel des médias recensé par l’UNESCO depuis 1993, sur la base des informations fournies par le pays dans lequel le meurtre a été commis.

 

Selon le Rapport de la Directrice générale de l'UNESCO sur la sécurité des journalistes et le danger d'impunité 2018, un journaliste ou membre des médias est tué tous les quatre jours. Ces décès fournissent une illustration tragique des risques qu’encourent beaucoup de journalistes dans l’exercice de leurs fonctions et les dernières statistiques de l’UNESCO montrent que dans 89% des cas, les auteurs de ces actes restent impunis.

 

Ce tout récent Observatoire compte 1 293 meurtres depuis 1993, dont plus de 80 depuis le début de cette année. La base de données en ligne permet aux journalistes, aux chercheurs et au grand public d’obtenir des informations sur les journalistes tués et d’effectuer des recherches par nationalité, par pays du meurtre, par nom, par genre, par type de média, et par statut professionnel.

 

La base de données fournit également des informations sur l’état d’avancement des enquêtes judiciaires et, dans de nombreux cas, elle donne accès à des documents émanant des autorités nationales sur les procédures judiciaires. Les profils par pays permettent d’évaluer les niveaux d’impunité de chaque pays.

 

L’UNESCO, en tant qu’agence des Nations Unies chargée de promouvoir la liberté d’expression et la sécurité des journalistes, effectue un suivi des meurtres et aide les États membres à faire face au climat actuel d'impunité pour ces attaques.

 

****

 

Voir également : Sécurité des journalistes