Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

L'UNESCO lance un nouveau modèle de simulation pour l'éducation

30 Avril 2019

simued.jpg

Getty/monkeybusinessimages

S’efforçant d’améliorer leurs systèmes éducatifs, les pays ont eu recours à des politiques alternatives et des voies de réforme visant à améliorer l'apprentissage, mais les résultats n’ont pas souvent été à la hauteur des attentes pour de multiples raisons, telles que l’absence d’une planification appropriée des financements pour assurer une mise en œuvre intégrale.

Convertir une vision en une réalité est un processus compliqué qui exige de toute évidence des ressources adaptées. Que se passe-t-il si nous voulons offrir à tous un enseignement préscolaire gratuit ? Que se passe-t-il si nous voulons rendre le premier cycle de l'enseignement secondaire obligatoire ? Que se passe-t-il si nous voulons accroître le salaire des enseignants pour rendre la profession enseignante plus attractive ? Combien d’élèves entreront dans le système dans les années à venir? Combien d'écoles faut-il construire ? Combien d'enseignants devons-nous former ?

Ce sont là certaines des questions qu’un pays doit traiter lors de l’élaboration de ses plans sectoriels de l’éducation (PSE) qui servent à articuler les politiques, les programmes et les cibles pour les années à venir. Les PSE doivent contenir une partie présentant le coût et la stratégie de financement des actions planifiées, par le biais de ressources nationales et internationales. Sans cet exercice de planification, les pays courent le risque de sous-financer leur PSE, ce qui conduit à réduire, voire à annuler, la mise en œuvre des politiques et des programmes.

En matière d’éducation, l’UNESCO œuvre en faveur de l’élaboration de politiques et de décisions fondées sur des données factuelles. Dans le domaine de la planification de l’éducation, les données peuvent servir de base à des stratégies politiques et à des programmes et priorités liés aux réalités économiques et démographiques d'un pays. Si les politiques et les programmes du secteur de l’éducation doivent être réalisables et réalistes, ils doivent être basés sur ces réalités. Pour aider les pays à estimer les ressources concernant la mise en œuvre du PSE, l’UNESCO a développé en 2001 le modèle EPSSim (Simulation des politiques et stratégies éducatives). Depuis cette date, l’EPSSim et ses différentes versions ont été utilisés dans des dizaines de pays à travers le monde pour appuyer le développement des PSE et la recherche en matière de politiques et de planification de l’éducation.

Deux décennies après le lancement d'EPSSim, l'environnement dans lequel évoluent la politique et la planification de l’éducation s’est considérablement transformé, en particulier avec l'adoption de l’Objectif de développement durable 4 (ODD4) qui souligne l'importance d’assurer l'équité et la qualité dans l'éducation et des possibilités équitables d’apprentissage tout au long de la vie. C’est dans ce contexte que l'UNESCO lance un nouveau modèle de simulation, Simulation for Education (SimuED).

SimuED est un modèle Excel de simulation sectorielle qui couvre tous les sous-secteurs de l'éducation. Il permet aussi aux utilisateurs de projeter une sélection d’indicateurs ODD4 pour faciliter l'exercice national de planification. Grâce à sa structure modulaire, SimuED se distingue des autres modèles de simulation, notamment des versions précédentes d'EPSSim. Bien que SimuED soit encore un modèle « générique », sa nouvelle structure modulaire le met à l’abri de la rigidité des modèles de ce type. Plus de cent modules sont déjà disponibles et il est possible d’en créer de nouveaux. Son interface facilite son utilisation et assure son intégrité en empêchant le changement ou l’altération des formules – un problème souvent associé à d'autres modèles de simulation. Les utilisateurs peuvent maintenant sélectionner un module dans la « bibliothèque » sans entrer ou modifier les formules compliquées d’Excel. Cela simplifie le processus de développement du modèle et réduit de façon significative le temps nécessaire. Le modèle fournit aussi des conseils complets et une aide sur les différentes fonctionnalités, par exemple en expliquant en détail le fonctionnement de ses formules, ainsi que les interdépendances entre ses différents champs de données grâce à sa fonction d'aide intégrée. Il a fait l’objet d’un pilote dans différents pays, au Cambodge, en République démocratique du Congo, en République Centrafricaine et au Cameroun, et il s’est développé progressivement, reflétant les besoins des pays.

Le modèle SimuED est actuellement en cours de mise à jour. La nouvelle version sera disponible début septembre.