L'UNESCO lance un programme mondial de formation de 200 000 jeunes sur le climat et la biodiversité

24/09/2019

L'engagement fort de l'UNESCO auprès des jeunes vise à leur donner une voix et à stimuler l'innovation et le changement social, afin de leur permettre de participer pleinement aux politiques qui définissent leur avenir. Lors du Sommet des Nations Unies sur le climat, l'organisation a annoncé un programme de formation et de renforcement des capacités sur la connaissance du climat pour autonomiser 200 000 jeunes par an, et a appelé tous les gouvernements à se joindre à ce mouvement pour atteindre l'objectif de 2 millions de jeunes formés d'ici 2030.

L'organisation a été l'un des principaux sponsors du très réussi Sommet de la jeunesse sur l'action pour le climat, en rassemblant plus de 50 jeunes engagés dans l'action climatique venant de réserves de biosphère désignées par l'UNESCO dans le monde entier et en soutenant la participation de 35 jeunes sélectionnés par l'ONU.

Pendant le sommet, Amanda R. Carvalho, de la Réserve de biosphère de la ceinture verte de São Paulo, au Brésil, a expliqué que les réserves de biosphère sont des observatoires et des laboratoires idéaux pour le développement durable, en explorant et testant les politiques, technologies et innovations pour la gestion durable de la biodiversité et des ressources naturelles. « La réserve de biosphère où j'ai grandi entoure l'une des plus grandes villes du monde, et les habitants de la ville ne sont pas conscients de ce que sont les réserves de biosphère et de leurs impacts sur les populations, bien qu'ils en bénéficient directement », a-t-elle poursuivi, ajoutant que les forêts fournissent un air et une eau propres, sans mentionner leur importance pour la biodiversité, le climat et le bien-être des populations vivant dans les forêts, notamment les populations autochtones, ainsi que les habitants des villes comme Sao Paulo.

 

 

L'UNESCO entend tirer parti de ses vastes réseaux de sites désignés pour soutenir le leadership des jeunes : 1 200 sites du patrimoine mondial, 701 réserves de biosphère et 140 géoparcs mondiaux UNESCO, qui abritent 70 millions de jeunes, serviront de centres de formation pour former 200 000 personnes par an à la connaissance du climat et leur donneront les outils nécessaires pour traduire leurs idées en actions climatiques.

 

« Unissons-nous derrière la science » a été l’appel de ralliement des participants du Sommet de la jeunesse sur le climat. La semaine précédente, les participants au Forum des jeunes du MAB avaient également appelé les scientifiques, le secteur privé, les gouvernements, les ONG et les communautés à s'attaquer au changement climatique et à ses effets sur les réserves de biosphère. En tant qu'organisation scientifique des Nations unies, l'UNESCO mobilisera ses réseaux scientifiques et intergouvernementaux internationaux pour protéger et valoriser les écosystèmes critiques d'une valeur écologique exceptionnelle pour la planète dans ses 2 200 sites désignés, et favoriser des solutions naturelles au changement climatique et aux grands défis environnementaux qui menacent le développement durable.

Dans le bassin du lac Tchad, où la désertification, les conflits et les migrations touchent 40 millions de personnes, un système d'alerte a été mis au point par l'UNESCO pour aider la communauté à faire face aux phénomènes météorologiques extrêmes tels que les sécheresses et les inondations, et des initiatives d'économie verte, notamment pour les femmes, sont actuellement mises en place.

Dans 52 réserves de biosphère africaines, des panneaux solaires alimenteront 108 écoles et 120 centres communautaires en énergie renouvelable. L'UNESCO forme la communauté, et en particulier les femmes, à l'utilisation et à l'entretien des panneaux, et contribue à assurer la sécurité des écoles.

Dans la Réserve de biosphère de Principe, une campagne « pas de plastique » protège une biodiversité précieuse, y compris dans les zones marines, et fournit des points d’eau potable dans les écoles, les marchés et autres espaces publics clés.  

L'UNESCO apporte de nombreuses autres solutions au Sommet des Nations Unies sur le climat cette semaine.