Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

L’UNESCO et l’Angola misent sur l’enseignement supérieur pour la paix et le développement en Afrique.

20 Septembre 2019

tmb_luanda-l.png

© UNESCO

Luanda, 18 septembre 2019 – La Directrice générale de l’UNESCO et la Ministre de l’enseignement supérieur de l’Angola ont signé un programme national de formation doctorale en science, technologie et innovation pour un montant inédit de 50 millions de dollars, visant la formation de 160 chercheurs.

Ce lancement a marqué l’ouverture de la Biennale de Luanda pour une culture de la Paix qui se déroule du 18 au 22 septembre dans la capitale de l’Angola, en présence de João Manuel Gonçalves Lourenço, Président de l'Angola, Ibrahim Boubacar Keïta, Président du Mali, Hage Geingob, président de la Namibie, Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l'Union africaine, et Denis Mukwege, Prix Nobel de la paix.

« La paix n’est pas simplement l’absence de guerre. La paix durable repose sur liberté de la presse, sur la défense de la vérité et de la dignité. Elle repose sur la transmission du patrimoine, qui assure la souveraineté des imaginaires et aide à se projeter vers les autres et vers l’avenir. Elle repose sur l’éducation de qualité pour tous, filles et garçons, jusqu’au plus haut niveau. » a déclaré la Directrice générale en Ouverture du forum.

Le projet, mis en œuvre par l’UNESCO, mettra l’accent sur les 7 domaines prioritaires : l’environnement, l’eau, l’énergie, les technologies numériques, les sciences de la vie, la gestion des ressources naturelles et, la gestion des ressources marines. Il accordera une attention particulière à la participation des femmes, pour amener 30% d’entre elles au niveau doctorat.

Concrètement, il permettra d’augmenter le nombre de chercheurs du pays, de renforcer la filière de recherche grâce à de nouveaux équipements, de mettre en place des équipes et réseaux scientifiques multidisciplinaires et de renouveler les programmes des formations scientifiques universitaires. La formation tout au long de la carrière et la participation à des échanges régionaux et internationaux seront également favorisés.

 « L’UNESCO est déterminée à soutenir l’Angola dans (sa) stratégie de paix et de développement misant sur la jeunesse, la technologie et l’éducation. » a ajouté la Directrice générale.

Après une guerre civile de presque 27 ans (1975-2002), l’Angola s’efforce de développer son système de formation et d’enseignement supérieur, clé pour l’avenir’ du pays. Le taux brut de scolarisation au niveau universitaire de sa population est inférieur à 9.5% (5% pour les femmes). En valeur absolue, il y a aujourd’hui moins de 1 900 chercheurs dans tout le pays.