L'UNESCO et l'ICCROM renforcent le réseau mondial de secouristes culturels formés pour sauver la culture dans les situations d’urgence

29/11/2018
Bamako, Mali

L’UNESCO, en partenariat avec le Centre International d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), renforce le réseau mondial de secouristes culturels, alors que des experts en patrimoine culturel, issus de plus de 19 pays de quatre continents, s'apprêtent à clore une   formation à Bamako, au Mali, en matière de sauvetage culturel en temps de crise.

La formation de trois semaines intitulée “Aide d'urgence au patrimoine culturel en temps de crise” (FAC AFRICA) est soutenu par le Ministre de la Culture du Mali, le Musée National du Mali, l’Ecole de maintien de la Paix Alioune Blondine Beye, la Gendarmerie Nationale, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et l’ONG SAVAMA-DCI, qui a pour mission la sauvegarde et la préservation des anciens manuscrits du Mali. Conçu comme programme international de renforcement de capacités, la formation vise à améliorer la préparation et la réponse aux urgences afin d'assurer la protection du patrimoine culturel matériel et immatériel. Ce faisant, l'initiative correspond aux objectifs de la Stratégie pour le renforcement de l’action de l'UNESCO en matière de protection de la culture et promotion du pluralisme culturel, adoptée en 2015.

L’expérience de l’UNESCO au Mali, notamment la reconstruction des mausolées détruits par des extrémistes et la sauvegarde des manuscrits anciens de Tombouctou, ainsi que les succès de réhabilitation du patrimoine culturel et le relèvement humanitaire, a fourni des cas d’études centraux.

Pratique et multidisciplinaire, la formation se base sur l’expertise des enseignants et des participants déjà actifs dans le domaine du patrimoine culturel, comprenant une grande variété d'institutions, y compris des ministères de la culture, des musées, des archives, des bibliothèques, des cabinets d’architectes, des instituts de conservation, des universités et des organismes humanitaires.

Les participants ont eu l'occasion d'appliquer leurs nouvelles compétences en aide d'urgence dans le cadre de plusieurs simulations pratiques. Les scénarios ont nécessité la stabilisation d'urgence d'une structure et l'évacuation d'objets suite à une inondation ; l'évacuation d'urgence d'une collection muséale ; ainsi que l'évacuation d'objets d'un temple en coordination avec l'armée, la police et le Comité international de la Croix-Rouge suite à la détonation d'une bombe par un groupe armé. 

Pour l'un des enseignants, Babu Joseph Ayindo, chercheur dans le domaine de la paix et des conflits au Kenya, le cours est une occasion d’apprendre d'autres personnes plus expérimentées dans l'aide d'urgence au patrimoine culturel et de transmettre aux jeunes générations l’importance de la culture pour surmonter les différences. 

D'après M Ayindo,« Dans le cas d'un conflit ou d'une catastrophe,  nous perdons parfois des atouts culturels de grande valeur- Nous devons trouver des façons de pouvoir les préserver, afin que les générations à venir pourrons profiter de nos expériences, même si eux-mêmes produiront leurs propres expressions culturelles pertinentes à leurs propres défis».

A la complétion de la formation, les secouristes du patrimoine culturels seront équipés pour agir pour la protection du patrimoine culturel dans des situations d'urgences complexes résultant de conflits ou de catastrophes en vue de promouvoir le redressement, la paix et la réduction des risques.

Lien photos : https://www.flickr.com/photos/masterpro1-emp/albums/72157700646818202