Press release

L’UNESCO, l’ONU et l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste commémorent la Journée en mémoire des victimes afin de lutter contre le révisionnisme et la distorsion des faits

19/01/2021

Paris, 18 janvier—Lors de la prise d'assaut du Capitole de Washington au début du mois, un homme a été photographié portant un maillot sur lequel figurait l'expression « Camp Auschwitz » surmontée d'une tête de mort ; des vidéos ont circulé sur les médias sociaux montrant un journaliste israélien pris à partie par un émeutier l’abreuvant d’insultes antisémites. Se souvenir et enseigner l'Holocauste constitue un outil essentiel pour contrer cette haine immémoriale.

L'antisémitisme, y compris la négation et la déformation des faits concernant l'Holocauste, est en hausse partout dans le monde, avec des conséquences dévastatrices pour les individus, les collectivités et les démocraties. L'éducation joue un rôle crucial dans la lutte contre ce phénomène

En transmettant l'histoire de cet événement, nous défendons les principes de justice en refusant la logique haineuse du national-socialisme et en défiant ceux qui nient l'Holocauste ou relativisent les crimes commis envers les Juifs et d'autres groupes persécutés car, ce faisant, ils cherchent à perpétuer le racisme et l'antisémitisme qui ont causé le génocide.

Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO

Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, Audrey Azoulay, et la chancelière allemande Angela Merkel rendront hommage aux victimes de la persécution nazie lors d’une cérémonie en ligne le 27 janvier qui se tiendra de 17 à 18h, heure française (16h-17h TU).

L’événement sera suivi l’heure suivante (18h-19h, h.f.) d’un débat sur le révisionnisme et la distorsion des faits auquel participeront l’historienne Deborah Lipstadt, engagée dans la lutte contre le révisionnisme, Philippe Sands, écrivain à succès et avocat, Hella Pick, journaliste et survivante d’un convoi d’enfants, Marian Turski, Président de l’Association de l’Institut historique juif et Vice-Président du Comité international d’Auschwitz, et Robert Williams, Président de la commission sur l’antisémitisme et la négation de la shoah de l'Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste (IHRA). Les deux événements seront retransmis par la chaîne de l’ONU UN Web TV et par les comptes UNESCO des médias sociaux. Un communiqué “Notez la date” sera envoyé dans le courant de la semaine avec le lien de l’événement.

Le défi est considérable : 63% des jeunes Américains ignorent combien de personnes ont été assassinées durant le génocide perpétré par les nazis et 47% des Allemands sondés répondaient en 2020 que l’Allemagne n’était « pas particulièrement coupable ».

La négation de la shoah est le symptôme d'une désinformation, d'un discours de haine et de préjugés croissants partout dans le monde. Un rapport suédois a montré que 35% des messages des médias sociaux faisant référence aux Juifs comportaient des stéréotypes antisémites et des déclarations hostiles. La pandémie de coronavirus a accéléré cette tendance avec une explosion de théories conspirationnistes antisémites sur les médias sociaux, dont beaucoup s'inspirent de tropes antisémites historiques. Les protestations contre les restrictions relatives au coronavirus dans de nombreux pays européens seraient imprégnées de rhétorique antisémite et d'extrême droite.

La commémoration de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste est organisée conjointement par l’UNESCO, les Nations Unies et l'IHRA actuellement sous présidence allemande. L’événement est soutenu et en partie produit par CNN International.

 

Autres activités

Cette semaine, l’UNESCO, les Nations Unies, l’IHRA et la Commission européenne lancent aussi une campagne d’information visant à sensibiliser et instruire sur les périls de la négation de la shoah et la distorsion des faits.

À Paris, l’UNESCO présente du 18 janvier au 12 février sur les grilles de son siège une exposition du photographe Luigi Toscano intitulée « Lest We Forget » (n’oublions pas) qui affiche les portraits de plus de 200 survivants des persécutions nazies. Cette exposition a le soutien des délégations permanentes à l’UNESCO de l’Autriche, de la France, de l’Allemagne et de l’Union européenne, ainsi que du Congrès juif mondial. Son inauguration aura lieu en ligne le 25 janvier à 16h, heure locale. Les instituts culturels européens à Paris organiseront une série d’événement et de projections de films pour marquer la Journée internationale.

De concert avec le programme de sensibilisation des Nations Unies sur l’Holocauste, l’UNESCO est la seule agence de l’ONU ayant le mandat de promouvoir l’éducation à la shoah et la prévention du génocide. Les activités de l’UNESCO concernant la Journée internationale sont soutenues par les délégations permanentes de l’Autriche, de la France et de Monaco à l’UNESCO.

 

Contact média: Clare O’Hagan, +33 145681729