L’UNESCO et l’Union européenne unissent leurs forces pour lutter contre le trafic de biens culturels

12/10/2020

L’Union européenne (UE), un des protagonistes du marché mondial de l’art et des antiquités, a fixé des normes strictes à ses États membres pour lutter contre le trafic illicite de biens culturels. Conformément à la convention de l’UNESCO de 1970, aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies en la matière et à son propre cadre juridique concernant l’exportation, l’importation et la restitution des objets culturels, l’UE s’est associée à l’UNESCO et a investi plus de 1,2 million d’euros pour soutenir la mise en œuvre de ces instruments réglementaires par des activités concrètes.

Depuis 2017, plus de 600 professionnels des secteurs public et privé ont participé à des ateliers et des conférences de sensibilisation et d’échange sur les moyens de lutter contre le trafic illicite. Le renforcement de la diligence requise (les vérifications concernant le vendeur et l’objet vendu) au sein du marché européen de l’art est un élément essentiel de cette lutte. La collaboration de l’UNESCO avec la sphère des échanges commerciaux a été réaffirmée en mars 2018, lors d’une conférence de renforcement des capacités intitulée « Engager le marché européen de l’art dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels », qui s’est tenue au siège de l’Organisation à Paris.

Le projet commun avec l’UE a également débouché sur des outils pratiques tels que l’ouvrage : Lutter contre le trafic illicite de biens culturels : guide pratique pour les autorités judiciaires et les forces de l’ordre européennes, un cours en ligne ouvert à tous (MOOC) et des modules d’apprentissage en ligne. La sensibilisation du grand public dans les pays du marché européen – notamment par le biais de vidéos – est un élément essentiel de la lutte, tout comme les synergies entre les autorités des pays de destination, de transit et d’origine.

L’initiative commune UE-UNESCO « Action interrégionale et transversale » vise actuellement un ensemble de professionnels clés – autorités culturelles et muséales, fonctionnaires, responsables judiciaires et répressifs – en élargissant le champ d’action au-delà des États membres de l’UE pour impliquer les pays partenaires des Balkans occidentaux et de l’Instrument européen de voisinage (IEV) du Sud.

 

 

Le marché de l’art victime de son succès, Le Courrier de l'UNESCO, octobre-décembre 2020

 

Photo capture from video : © UNESCO Beirut Office / Keeward / Squarefish