L'UNESCO met en garde contre une application imprudente de l'édition génétique

30 Novembre 2018

geneediting.jpg

© Shutterstock

A la lumière de rapports récents faisant état de la naissance des premiers bébés génétiquement modifiés, l'UNESCO rappelle la nécessité absolue de tenir compte des principes internationalement reconnus qui affirment la valeur des droits de l'homme et de la dignité humaine comme préalable à toute recherche et intervention médicale sur les êtres humains.

Si l'évolution des techniques d'édition du génome représente un progrès scientifique prometteur et potentiellement bénéfique pour l'humanité, l'UNESCO se doit de rappeler aux gouvernements et à la communauté scientifique les principes éthiques de la Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l'homme (1997).

Il convient de faire preuve de prudence s'agissant des modifications génétiques qui seront transmises aux générations futures, comme la thérapie germinale et les interventions sur les embryons humains. A cet égard, le Comité international de bioéthique (CIB) de l'UNESCO a appelé à un moratoire sur l'ingénierie du génome de la lignée germinale humaine, au moins tant que la sécurité et l'efficacité des procédures ne seront pas prouvées (cf. le Rapport du CIB de 2015 sur la mise à jour de sa réflexion sur le génome humain et les droits de l'homme).

Conformément à ces recommandations, l'UNESCO souhaite rappeler aux chercheurs, aux institutions et aux gouvernements la nécessité de respecter les principes et procédures universellement reconnus en matière de recherche, et appelle les gouvernements à coopérer pour mettre en place des mesures garantissant une recherche éthique et l'application de techniques de révision génomique qui respectent la dignité humaine et les droits de l'homme.

L'UNESCO continuera à suivre et réfléchir aux nouvelles questions éthiques liées à l'édition du génome et autres développements dans le domaine des sciences de la vie. L'Organisation appelle à la poursuite du dialogue international sur les implications éthiques de la révision du génome pour l'individu, la société et l'humanité tout entière.

****