Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

L'UNESCO partage ses travaux sur l'éducation aux médias et à l'information lors de manifestations parallèles du FPHN-ONU

19 Juillet 2019

news_190719_mil.jpg

UNESCO's Guy Berger with Finland education minister Li Andersson
© UNESCO

La liste des compétences pour être citoyen du monde pourrait bien inclure la maîtrise de l'information et des médias (MIL), une réunion entendue cette semaine en marge du forum politique de haut niveau des Nations unies pour examiner les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de développement durable (ODD).

Guy Berger, directeur de la Division pour la liberté d'expression et le développement des médias de l'UNESCO, a transmis ce message lors d'un événement parallèle organisé par la Finlande et les Fidji, en partenariat avec les ONG Fingo et Bridge 47, ainsi que le Centre UNESCO de catégorie 2, Centre d'éducation pour la compréhension internationale Asie-Pacifique (APCEIU.

Berger a parlé à l’audience de l’éducation à la citoyenneté mondiale de l’UNESCO dans les domaines de la prévention de l’extrémisme violent, de l’Holocauste et du génocide et de l’état de droit.

« Face à la montée de la haine, de la xénophobie et de la discrimination fondée sur le sexe, ainsi que contre la science, encouragés par la désinformation, nous estimons qu’il est urgent d’intégrer la MIL dans l’éducation des citoyens du monde », a déclaré Berger. Cela s’applique notamment à la compréhension par les jeunes du fonctionnement des plateformes de médias sociaux, at-il ajouté.

Berger a attiré l’attention de la réunion sur le fait que MIL constituait une synergie entre l’ODD 4.7 sur l’éducation à la citoyenneté mondiale et 16.10 sur l’accès du public à l’information et aux libertés fondamentales.

La ministre finlandaise de l’Éducation, Li Andersson, a pris la parole au même moment en utilisant l’analogie selon laquelle les gens décident d’agir de toute urgence si leur maison prend feu. « Notre planète brûle et nous devons éteindre les flammes dès que possible », a-t-elle déclaré, précisant que pour devenir actif, il fallait commencer par l'éducation et la formation.

Dans des remarques ultérieures, le ministre a décrit l'éducation de qualité comme une garantie contre l'exclusion en raison de son rôle d'égaliseur puissant.

L'ODD 4 devrait guider les investissements dans l'éducation formelle et informelle, et même si cela nécessite de l'argent, « nous ne pouvons pas nous permettre les coûts du non investissement ».

Lors d’un autre événement parallèle au FPHN, Berger de l’UNESCO a expliqué la pertinence de la MIL pour le rôle de la technologie numérique dans la progression des objectifs de développement durable.

« Plus les machines numériques sont intelligentes, plus l'homme doit être intelligent sur le plan numérique. Et les compétences dont nous avons besoin devraient également comprendre une compréhension de la façon dont la société développe et utilise la technologie numérique », a-t-il déclaré.

Ses contributions faisaient partie d'un événement intitulé « Un cadre pour l'alphabétisation, les compétences et la préparation numériques », organisé par le DQ Institute, l'IEEE SA et le Forum économique mondial.

Berger répondait à une initiative appelée DQ Global Standards Report 2019 et aux démarches connexes en vue de l'établissement d'une norme mondiale IEEE pour l'intelligence numérique. Le modèle DQ comprend la sécurité numérique, la protection numérique, l'intelligence émotionnelle numérique et l'identité numérique, entre autres catégories de compétences.

« L’ensemble des compétences de l’UNESCO relevant de la norme MIL englobe les compétences numériques, tandis que le concept DQ d’intelligence numérique présente certaines compétences MIL dans sa liste plus étendue de compétences numériques », a-t-il déclaré. Berger a toutefois souligné l'intérêt de ne pas se focaliser sur les différences de nomenclature dans le domaine mais sur les compétences spécifiques de plus en plus requises dans un monde en mutation.

Dans le cadre des ODD, la réunion a examiné ce dont tout le monde pourrait avoir besoin à mesure que les emplois changent et la société se transforme, mais elle a également examiné la question du soutien des connaissances et des compétences pour les milliards de personnes qui deviendraient connectées à relativement court terme.

Berger a déclaré que l'inclusion des « libertés fondamentales » dans l'ODD 16.10 en tant que cible indiquait une dimension des droits de l'homme, ce qui signifie qu'elle devrait constituer un élément important des compétences numériques en rapport avec le développement durable.

Par exemple, les connaissances sur le droit à l’égalité pourraient aider les gens à évaluer les assistants vocaux numériques, a déclaré le directeur, évoquant la récente étude de l’UNESCO   « Je rougirais si je pouvais », dans laquelle les biais technologiques sous-jacents sont exposés.

Berger a ensuite souligné qu'il importait que les compétences numériques ne se concentrent pas uniquement sur la compétitivité dans l'économie numérique, mais englobent également le savoir-faire en matière de coopération - comme il en fallait pour défendre et promouvoir les droits de l'homme dans l'espace numérique.

« Il n'est pas réaliste de s'attendre à ce que les gens apprennent à protéger efficacement leurs données en tant qu'individus atomisés. Ils ont besoin des connaissances et des compétences pour s’unir efficacement, en tant que consommateurs et citoyens, et appellent à des mesures de protection de la vie privée au niveau institutionnel et sociétal ».

Berger a conclu en expliquant que les compétences numériques pourraient permettre de connaître les quatre principes clés mis en évidence par le cadre ROAM de l’UNESCO, à savoir droits, ouverture, accessibilité et participation multipartite.

« Si les compétences numériques doivent être complètes, elles doivent inclure la connaissance de toutes ces compétences et devraient en particulier responsabiliser les personnes en tant que parties prenantes de la gouvernance numérique ».