Press release

L’UNESCO et le Programme alimentaire mondial unissent leurs efforts en faveur de la santé et de la nutrition scolaires pour aider les enfants à rebondir après la fermeture des écoles

02/04/2021
03 - Good Health & Well Being
04 - Quality Education

(Rome/Paris) - L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont reconduit leur partenariat pour le renforcement des programmes de santé et de nutrition à l’intention des écoliers et les deux organisations uniront leur expertise pour permettre aux enfants et aux jeunes d’apprendre, de grandir et de contribuer à l’avenir de leur pays.

Avec la réouverture des écoles, les programmes de santé et de nutrition scolaires ont plus d’importance que jamais car ils permettent d’empêcher les enfants d’avoir faim, de veiller à ce qu’ils reçoivent des aliments nutritifs, d’inciter les parents à rescolariser leurs enfants et d’augmenter les taux de rétention, en particulier chez les filles. Cela contribue à résoudre l’une des plus importantes crises de l’apprentissage de l’histoire.

Selon le Protocole d’accord signé aujourd’hui, l’UNESCO et le PAM plaideront pour que soient pris en compte les besoins en matière d’éducation, de santé, de nutrition et de bien-être des enfants et des jeunes en âge d’être scolarisés. Les deux agences mettront également en avant l’importance des réponses intersectorielles et celle de la santé et de la nutrition scolaires pour aider les enfants à se remettre de cette pandémie et à réaliser leur potentiel.

En œuvrant simultanément dans les domaines du plaidoyer, de la recherche, des politiques et des programmes, les organisations soutiendront les initiatives en matière de santé et de nutrition dans les écoles à travers le monde afin d’appuyer la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD).

Selon Stefania Giannini, Sous-Directrice générale pour l’éducation à l’UNESCO, il ne faut pas sous-estimer l’importance d’une nutrition de qualité et de la santé pour garantir à tous les enfants et à tous les jeunes l’accès aux possibilités d’apprentissage et la capacité à en tirer pleinement parti.

« La pandémie de COVID-19 et les fermetures d’écoles qui ont suivi ont mis en lumière les relations existantes entre l’éducation et la santé. Nous avons vu que les écoles sont non seulement essentielles pour dispenser un enseignement, mais aussi pour offrir un espace social vital et fournir des services clés comme l’alimentation scolaire, la vaccination et l’éducation sanitaire, qui sont au cœur de la santé, du sentiment d’appartenance et du bien-être des apprenants » a déclaré Mme Giannini.

« Nous sommes impatients de renforcer notre collaboration avec le Programme alimentaire mondial, de coordonner et d’harmoniser les efforts et les investissements destinés à renforcer une santé et une nutrition scolaires efficaces avec nos partenaires et de faire en sorte que tous les enfants et tous les jeunes puissent jouir pleinement de leur droit à une éducation de qualité. »

Valerie Guarnieri, Directrice exécutive adjointe du Programme alimentaire mondial, a ajouté qu’avant la pandémie, plus de 73 millions d’enfants en situation d’extrême pauvreté allaient à l’école l’estomac vide, ce qui les empêchait de se concentrer et d’apprendre. Un nombre encore plus élevé d’enfants n’allait même pas à l’école en raison de maladies évitables et traitables et de la malnutrition, entraînant chaque année la perte de l’équivalent de 500 millions de jours d’école à cause de problèmes de santé ; la pandémie de COVID-19 a aggravé une situation déjà mauvaise.

« Les nations doivent intensifier leurs programmes de santé et de nutrition scolaire intégrés, y compris les repas scolaires, pour faire face à la crise mondiale de l’apprentissage. Les enfants qui dépendaient des repas quotidiens servis à l’école ont été gravement touchés par la fermeture des écoles. Le rétablissement des programmes de santé et de nutrition dans les écoles à fur et à mesure de leur réouverture est essentiel pour construire de meilleurs systèmes éducatifs ainsi que des systèmes alimentaires qui stimulent les économies locales et soutiennent les populations et les communautés. »

« Nous sommes impatients de renforcer nos relations avec l’UNESCO. Ensemble, nous travaillerons avec l’UNICEF et d’autres partenaires pour rétablir l’accès aux programmes de santé et de nutrition à l’école et les intensifier là où les enfants en ont le plus besoin. »

L’UNESCO et le PAM vont également assurer un suivi mondial des progrès en matière de santé, de nutrition et de bien-être des enfants d’âge scolaire et des adolescents et informeront l’élaboration des politiques et des programmes éducatifs. Au niveau régional et des pays, les agences œuvreront avec leurs partenaires pour aider les gouvernements à mettre en place des politiques et des programmes multisectoriels répondant aux besoins des apprenants et renforçant les systèmes éducatifs nationaux.

 

Photo: spass/Shutterstock.com