Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

L’UNESCO promeut l’archéologie subaquatique en Amérique latine

22 Juillet 2019

campeche_course_0.jpg

Les participants du stage de Campeche
© INAH

L’Amérique latine et les Caraïbes abritent un riche patrimoine culturel subaquatique. Qu’il s’agisse des légendaires navires remplis de trésors voguant vers l’Espagne, d’épaves de bateaux pirates qui menaçaient jadis les villes le long de la côte ou des vestiges de sacrifices et d'objets religieux dans des grottes sous-marines, les eaux de la région renferment un précieux héritage historique.

Bien que ces sites abritent un patrimoine particulièrement riche, il est difficile pour de nombreux pays d'avoir seuls la capacité de les étudier et de les protéger. L’UNESCO coopère ainsi avec les différentes autorités nationales afin d'accroître la communauté des experts en archéologie sous-marine, de former des spécialistes et de favoriser la coopération pour la protection du patrimoine culturel subaquatique, dans le cadre de sa Convention sur la protection du patrimoine culturel subaquatique (2001).

En juillet 2019, l'UNESCO, avec le soutien financier de l'Espagne, a organisé à Campeche (Mexique) un stage à l'intention de jeunes experts originaires d’Argentine, de Bolivie, du Chili, du Costa Rica, de Cuba, d’Équateur, du Guatemala, du Honduras, du Nicaragua, du Panama, du Paraguay, du Pérou, de République dominicaine et d’Uruguay qui ont reçu une formation dispensée par des professeurs spécialisés venus du Mexique et d'Espagne. Campeche abrite un exemple des Meilleures pratiques concernant le patrimoine culturel subaquatique labellisées par l'UNESCO, le Musée Fuerte El Alto, qui abrite non seulement des objets trouvés dans les fouilles d'épaves et de grottes, mais présente aussi leur contexte archéologique. L'ajout de l'information historique et du contexte environnemental à l'objet récupéré améliore grandement l'expérience du visiteur et l'impact éducatif.

Lors de ce stage unique, une réplique d'un site de naufrage qu'un entrepreneur local a fourni à des fins d'éducation et de formation a été utilisée. Les jeunes archéologues sous-marins présents ont ainsi appris par l'expérience pratique les meilleures normes à suivre en matière de recherche et de protection du patrimoine culturel subaquatique. Les populations locales et le secteur touristique de Campeche, qui se sont également investis dans la protection de ce patrimoine, utiliseront à l'avenir la réplique de l'épave pour les plongeurs et les touristes locaux.

 


© INAH