Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

L’UNESCO promeut les ODD auprès des commissaires à l’information du monde, discute de la coopération

15 Mars 2019

Un discours liminaire et une session extraordinaire ont été pour l’UNESCO l’occasion de promouvoir l’accès à l’information dans le cadre du développement durable cette semaine, lors de la 11e Conférence internationale des commissaires à l’information, tenue du 10 au 13 mars 2019 à Johannesburg, en Afrique du Sud.

La conférence a permis à l'UNESCO d'expliquer son rôle de gardien du suivi mondial de l'ODD 16.10.2 sur « l'accès du public à l'information et aux libertés fondamentales » et d'indiquer comment les commissaires à l'information pourraient participer à ce processus.

« L’appui au processus de collecte de données de l’UNESCO contribuera réellement à maintenir la dynamique internationale visant à renforcer l’accès à l’information », a déclaré Guy Berger, directeur de l’UNESCO pour la liberté d’expression et le développement des médias, dans un discours liminaire.

Il a informé les commissaires à l’information du modèle de collecte de données de l’UNESCO et les a encouragés à utiliser le même modèle et les mêmes données pour les rapports nationaux aux parlements, ainsi que pour leur participation aux processus de suivi des objectifs de développement durable au niveau national.

L’engagement dans le suivi des objectifs de développement durable aux niveaux mondial et national pourrait amplifier l’impact et « convaincre les acteurs de prendre votre rôle avec une plus grande appréciation, ainsi que d’augmenter les ressources disponibles pour votre travail », a déclaré Berger aux commissaires.

Il les a en outre avertis que les États membres de l'UNESCO avaient déclaré le 28 septembre « Journée internationale de l'accès universel à l'information » et avait encouragé la participation à des événements se déroulant à cette date.

Soulignant les aspects numériques de l’accès à l’information, Guy Berger a également exhorté les commissaires à l’information à adhérer aux principes de l’Université de l’Internet de l’UNESCO. En outre, il a attiré l'attention sur la manière dont le processus d'examen périodique universel du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies pourrait être pertinent pour les travaux des commissions de l'information.

« Dans la mesure où vous fournissez un accès indépendant et authentique aux informations détenues par l'État, il constitue un droit humain ainsi qu'un rempart contre les informations d'origine frauduleuse, les rumeurs et la désinformation » a ajouté Berger.

« Avec les journalistes professionnels, les commissaires à l'information constituent une oasis contre les processus de désinformation liés à la désertification ».

Les opportunités offertes pour promouvoir l'accès à l'information par des plates-formes des Nations Unies telles que l'Examen périodique universel (EPU) et la Journée internationale de l'accès universel à l'information (IDUAI), ainsi que la reddition de comptes au sein du Forum politique de haut niveau sur les ODD (HLPF) ont été discutées à une séance spécifique lors de la session intitulée « Faire participer les commissaires à l’information au programme 2030 ». Le modérateur était Marius Lukosiunas, spécialiste des programmes à l'UNESCO.

Guy Berger, premier orateur de la session, a mis l'accent sur le rôle de l'UNESCO dans l'organisation du suivi et de l'établissement de rapports sur l'ODD 16.10.2. Il a également souligné le rôle de l'UNESCO dans la coordination de la commémoration mondiale de l'IDUAI, visant à renforcer la visibilité de l'accès à l'information et a appelé les commissaires à se joindre aux commémorations mondiales et nationales en utilisant le format « OpenTalks ». Berger a conclu en suggérant que l'EPU pourrait constituer une excellente plateforme des Nations Unies visant à renforcer les lois sur l'accès à l'information basées sur des standards internationaux.

Andrew Ecclestone, ancien enquêteur principal du bureau de l’Ombudsman de la Nouvelle-Zélande, a présenté ses opinions sur les possibilités offertes aux commissaires à l’information d’améliorer l’accès à l’information dans le contexte des objectifs de développement durable. Il a également souligné le caractère habilitant de l'ODD 16.10.2, soulignant que l'accès à l'information jouait un rôle crucial dans la mise en œuvre de tous les objectifs de développement durable.

Alison Tilley, conseillère en défense auprès de l'unité Gouvernance démocratique et droit de l'Université de Cape Town, a mis l'accent sur la nécessité de mener des recherches pour mieux comprendre l'accès aux données relatives à l'information.

Lucy Ndungu, Commissaire du Kenya à l’accès à l’information, a souligné la nécessité de renforcer les capacités des bureaux des commissaires à l’information dans les pays africains. Elle a également discuté d'un large éventail de mesures à prendre pour promouvoir l'accès à l'information de groupes particuliers, tels que les personnes handicapées, les jeunes, les femmes, etc.

Un autre panel de la conférence a été animé par Dian Kuswandini, spécialiste de programme associée à l'UNESCO. Intitulé « Application, surveillance et supervision des lois ATI / FOI: expériences de coopération internationales et régionales », cet événement a souligné la capacité de rendre compte de la mise en œuvre de la loi ATI / FOI comme l’un des principaux défis des institutions de surveillance en Afrique.

Gilbert Sendugwa, Directeur exécutif du Centre africain pour la liberté d’information (AFIC), a déclaré que la production régulière d’un rapport annuel constituait une étape importante dans la négociation des ressources pour faire face aux problèmes de capacité rencontrés par les institutions de supervision ATI / FOI.

"Ils (les institutions de contrôle ATI / FOI) ont déclaré ne pas disposer de ressources, mais un rapport annuel serait alors un instrument permettant de faire participer le Parlement et les autres parties concernées aux besoins et aux défis auxquels ils sont confrontés", a déclaré Sendugwa.

L’expérience du réseau des commissaires à l’information en Amérique latine en est un bon exemple. En produisant une bonne évaluation de leurs activités et de leurs besoins, ils ont réussi à attirer des ressources financières de l'Union européenne.

La discussion a conclu que le partage des charges et des avantages résultant de la coopération régionale et internationale contribue non seulement à améliorer le niveau national, mais contribue également à renforcer la confiance, à réduire les disparités régionales et à renforcer la cohésion sur un territoire. Cela inclut la coopération dans le domaine de la collecte de fonds et de l’apprentissage entre pairs.

Grâce aux subventions octroyées par la Suède, les Pays-Bas et l’Allemagne au Programme international de l'UNESCO pour le développement de la communication, l'UNESCO a également aidé les commissaires à l'information de huit pays africains à se joindre à leurs homologues d'une trentaine d'autres pays assistant à l’évènement.