Construire la paix dans l’esprit
des hommes et des femmes

L’UNESCO réaffirme son soutien au Forum du livre de Mossoul

24 Janvier 2019

mosul_book_forum_1.gif

© Facebook/@摩苏尔读书论坛

Les deux fondateurs du Café littéraire de Mossoul étaient au siège de l’UNESCO pour définir les modalités d’une coopération future, dans le cadre de l’initiative « Faire revivre l’esprit de Mossoul ».

Nicolas Kassianides, Directeur de cabinet de la Directrice générale de l’UNESCO, s’est entretenu avec les fondateurs du Forum du Livre de Mossoul, Messieurs Fahad S. Mansoor al-Gburi and Harith Yaseen Abdulqader, pour évoquer les opportunités de coopération future. La réunion s’est déroulée en présence, entre autres, de l’ambassadeur Délégué permanent de l’Iraq auprès de l’UNESCO, S. Exc. Monsieur Mahmood Al-Mullakhakaf. Depuis son ouverture il y a un peu plus d’un an, le café littéraire de Mossoul s’est imposé comme un carrefour intellectuel important de la ville, un espace de liberté où les jeunes iraquiens se rencontrent pour parler littérature, arts et musique, et reprendre une vie culturelle et sociale interdite sous l’occupation. C’est également l’un des rares endroits de mixité où femmes et hommes peuvent se retrouver pour discuter librement. « Nous admirons votre travail, votre courage et votre vision. L’UNESCO veut vous aider. La reconstruction de Mossoul est une des priorités de l’UNESCO, qui se concentre justement sur la dimension humaine de la reconstruction. Nous nous consacrons à la réhabilitation du patrimoine, la revitalisation de la vie culturelle et éducative car nous croyons que ce sont les fondements de la paix future ». a souligné Nicolas Kassianides en introduction.

« Nous sommes deux jeunes habitants de Mossoul, et nous voulons simplement que Mossoul reprenne sa place sur la carte mondiale de la culture. » a expliqué Fahad S. Mansoor al-Gburi. « Il est important que cette initiative réussisse, et que davantage des jeunes Mossouliotes aient accès au livre et à la culture, pour empêcher le retour de l’extrémisme violent. Nous avons besoin du soutien de la communauté internationale pour acheminer, traduire et acheter des livres, faire revivre les activités culturelles et littéraires de la ville. »

« Reconstruire les monuments et les infrastructures est une chose, mais il faut songer à la reconstruction des esprits et des mentalités. » a ajouté Harith Yaseen Abdulqader. Depuis un an, le Café littéraire de Mossoul a organisé plus de 200 événements et rencontres, avec des écrivains, des artistes, des musiciens. Les deux hommes ont également organisé un concours de poésie, l’un des tous premiers jamais lancés dans le pays. Les projets sont nombreux, avec la création d’un festival pour enfants, d’un cinéma, d’un centre culturel. Pour tous ces projets, les besoins de financement et de soutien sont importants.

 

Investir dans la dimension humaine de la reconstruction : l’éducation et la culture.

« Nous allons travailler ensemble pour définir exactement les besoins et avancer concrètement. Ce projet nous tient beaucoup à cœur, et s’inscrit pleinement dans le cadre de nos activités sur place. » a précisé le Directeur de Cabinet.

Lancée en février 2018 par la Directrice générale Audrey Azoulay à l'occasion de la Conférence du Koweït sur la reconstruction et le développement en Iraq, l’initiative « Faire renaître l'esprit de Mossoul » est une priorité de l'UNESCO. Il s’agit de la plus importante campagne de reconstruction entreprise par l'UNESCO au cours des dernières années. Avec l’appui du Gouvernement iraquien et du Secrétaire général des Nations Unies, l'UNESCO coordonnera les efforts internationaux dans trois domaines principaux: la restauration et la réhabilitation du patrimoine culturel, la revitalisation de la vie culturelle et la relance du système éducatif. Ce programme s’inscrit dans le cadre du Plan du Gouvernement iraquien pour la reconstruction et le développement en Iraq et en lien avec le Programme lancé par le Secrétaire général des Nations Unies pour le relèvement et la résilience en Iraq (PRR).

« Nous avons la conviction que Mossoul reviendra plus forte et plus belle qu’avant. » a ajouté l’ambassadeur Al-Mullakhalaf.

Les deux fondateurs du Forum du Livre étaient accompagnés des équipes de l’ONG « La Guilde européenne du Raid », et son vice-président Hugues Dewavrin, qui soutient de nombreuses initiatives pour la reconstruction de l'Iraq.

 

L’esprit de Mossoul

Mossoul est l'une des villes les plus anciennes du monde, et l’une des plus importantes d'Irak, riche d’histoire, de patrimoine et de culture. En Arabe le nom Mossoul signifie « celle qui relie », et résume bien l’histoire de la ville. Pendant des millénaires, Mossoul fut un lieu de passage stratégique sur le Tigre, reliant le nord au sud, l'est à l'ouest. Durant l'antiquité, les Juifs rencontraient les Assyriens et les Romains rencontraient les Perses à Ninive, sur la rive Est de la rivière. Plus tard, les chrétiens rencontrèrent les musulmans et les Turcs rencontrèrent les Arabes dans la vieille ville à l'ouest. Au cours de ses longues années d’existence, Mossoul a été témoin de nombreux conflits, des disputes intellectuelles et des affrontements militaires se sont succédés entrecoupés par des périodes de paix et d'harmonie durables. Mossoul a connu de longues période d'indépendance, de prospérité économique et d’hégémonie intellectuelle, combinées à un esprit de liberté.

L'histoire extraordinaire de Mossoul est inscrite au cœur même de la vieille ville. Son musée documente l'antiquité assyrienne et arabe de la région. La construction de beaucoup de ses 486 mosquées, sanctuaires et sites funéraires musulmans remontent au XIIe siècle, lorsque Mossoul était la glorieuse capitale de la dynastie Zangid, renommée pour ses magnifiques ferronneries, ses peintures miniatures et ses tapis de soie. Ses trente-deux églises et six monastères attestent de sa vitalité comme centre de culte et d'apprentissage chrétien depuis au moins le quatrième siècle après JC. Le marché des épices de Bab Al-Saray a accueilli des commerçants et des marchandises d'Inde et de Chine pendant plus de mille ans. Les livres vendus dans la rue Al-Nujaifi incarnent la multiplicité des idées qui ont traversé Mossoul depuis des temps immémoriaux. L'esprit de résilience et d'innovation, de diversité et de coexistence est au cœur même de l'identité de Mossoul. Unissons-nous tous avec les habitants de Mossoul pour faire revivre cet esprit de rencontre.