Press release

L’UNESCO salue la mémoire du poète et ancien diplomate libanais Salah Stétié

20/05/2020

L’UNESCO salue la mémoire de Salah Stétié, poète, essayiste, critique d'art, ancien diplomate et Délégué permanent du Liban auprès de l’UNESCO, décédé le 19 mai à Paris.

« La poésie ? Elle ne sert à rien qu'à donner des nouvelles du cœur et de l'âme. »

Salah Stétié 

« C’est une figure majeure de la poésie contemporaine qui vient de s’éteindre mais aussi un humaniste engagé », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay. « L’œuvre foisonnante que nous lègue Salah Stétié est un hommage à la fois aux traditions de la poésie arabe et à la langue française, qu’il n’a cessé d’animer avec passion tout au long de sa carrière. Son engagement auprès de l’UNESCO est visible encore aujourd’hui ».

Poète, écrivain traduit dans plus de vingt-cinq pays, traducteur de l’arabe, fondateur de l’hebdomadaire culturel L’Orient littéraire, diplomate aguerri, musulman arabophone élevé dans une école chrétienne francophone, ce « grand itinérant du songe et de l’action », né à Beyrouth le 28 décembre 1929 et installé à Paris, n’est contenu dans aucune de ces identités, et dans toutes à la fois.

« Être du double pays, c’est un immense risque – et c’est une chance », écrivait Salah Stétié en 1997, qui voyait dans l’homme à la double culture un médiateur indispensable au dialogue entre les peuples. Plus de vingt ans après, son message est plus pertinent que jamais dans un contexte où face à la montée des extrémismes, la culture et le dialogue interculturel et interconfessionnel sont un rempart à la violence et une condition sine qua non de la construction de la paix entre les peuples.

L’UNESCO est honoré de l'avoir compté parmi ses ambassadeurs, en tant que Délégué permanent du Liban auprès de l’UNESCO. À ce titre, il a marqué de son empreinte l’histoire de notre Organisation par le rôle primordial qu’il a joué dans la mise au point et la réalisation du plan mondial de sauvegarde des monuments de Nubie lors de la construction du barrage d’Assouan en Égypte. Il a par la suite été élu président du Comité intergouvernemental de l’UNESCO pour le retour des biens culturels à leur pays d’origine en cas d’appropriation illégale ou de trafic illicite, poste qu’il occupera avec succès pendant sept ans. Grand défenseur des valeurs de l’UNESCO, il a souvent contribué aux débats sur le rôle de la culture, de sa voix toujours décisive. L'UNESCO exprime ses sincères et profondes condoléances au peuple libanais et aux proches de Salah Stétié.

****