News

L’UNESCO salue le soutien accru du Canada au Fonds mondial pour la défense des médias

18/11/2020

La Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a chaleureusement salué la contribution importante renouvelée du Canada au Fonds administré par l’UNESCO, le Fonds mondial pour la défense des médias, qui a été annoncée par le Ministre des affaires étrangères canadien, François-Philippe Champagne, lors de la deuxième Conférence mondiale sur la liberté de la presse, le 16 novembre 2020.

« Le soutien renouvelé au Fonds mondial pour la défense des médias que le Canada vient d’annoncer est un signe supplémentaire de l’adhésion au travail de l’UNESCO en faveur de la sécurité, notamment juridique, des journalistes. »

Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO

Elle a participé à la session de clôture de la Conférence, soulignant les nouvelles menaces à l’encontre des journalistes et affirmant que

« la détermination à défendre une presse libre et indépendante est plus que jamais d'actualité, alors que nous nous engageons pour que l’information soit enfin reconnue comme un bien commun de nos sociétés ».

Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO

Le montant additionnel d’un million de dollars canadien vient effectivement doubler la contribution du Canada, initialement effectuée lorsque le Fonds a été lancé à l’initiative du Canada et du Royaume Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord en 2019. 

En annonçant le soutien de son pays, le Ministre Champagne a déclaré que,

« l'UNESCO a fait un travail formidable en administrant le Fonds, et nous sommes heureux de constater que de nouveaux projets s’amorcent déjà. Nous encourageons d’autres personnes à se joindre à nous pour contribuer à cette initiative prometteuse ».

François-Philippe Champagne, Ministre des affaires étrangères canadien

Co-présentée par les gouvernements du Canada et du Botswana, la deuxième Conférence mondiale pour la liberté de la presse s’est tenue en ligne et a rassemblé des dirigeants des Nations Unies, des gouvernements, des journalistes de renom, ainsi que des professionnels des médias et de la société civile, dans le but de renforcer les efforts conjoints pour défendre la liberté de la presse dans le monde.

La Conférence a été ouverte par le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et a accueilli notamment le Ministre des affaires étrangères britannique, Dominic Raab, le Ministre des affaires présidentielles, de la gouvernance et de l’administration publique de la République du Botswana, Kabo Morwaeng, et la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet. La Conférence a également permis l’organisation de la première Réunion ministérielle de la Coalition pour la liberté de la presse, réunissant 35 gouvernements engagés à travailler ensemble pour défendre la liberté de la presse et la protection des journalistes.
 
Le premier appel à propositions pour le Fonds mondial pour la défense des médias qui fut lancé plus tôt cette année, a reçu 110 propositions de la part d’organisations sans but lucratifs issues de plus de 50 pays. Parmi les 44 propositions présélectionnées, 17 proviennent d’Afrique et une majorité viennent du Sud. Le Fonds soutient également le travail du Groupe d'experts juridiques de haut niveau sur la liberté de la presse, créé en même temps que le Fonds par le Canada et le Royaume-Uni.

La nouvelle contribution canadienne s’ajoute à celles déjà reçues par le Fonds, dont notamment trois millions de livres sterling (3,95 millions de dollars des Etats Unis d’Amérique) répartis sur cinq ans de la part du Royaume-Uni, ainsi que les contributions de la République tchèque, de la Lettonie et du Luxembourg.

Les activités du Fonds complètent le travail plus vaste de l’UNESCO dans le domaine de la liberté d’expression, notamment avec les activités menées dans le cadre du Programme multi-donateur pour la liberté d’expression et la sécurité des journalistes et le Programme international pour le développement de la communication (PIDC). Elles contribuent également à la mise en œuvre du Plan d’Action des Nations Unies pour la sécurité des journalistes et la question de l’impunité.